Ministre de l’Environnement et militants s’affrontent sur les objectifs climatiques de la Belgique

Le ministre flamand de l’Environnement Zuhal Demir et les militants belges pour le climat se sont affrontés sur les ambitions climatiques de la Belgique.

Mercredi, le groupe belge Youth for Climate s’est réuni devant le cabinet Demir pour protester contre les décisions du ministre prises ces derniers jours, relatives à la demande de la Belgique d’objectifs de réduction d’émissions inférieurs et à son refus de rejoindre un groupe de pays appelant à des objectifs plus ambitieux. .

« C’est insultant de voir comment un pays riche comme la Belgique se dérobe à ses responsabilités et essaie de bloquer tout progrès au niveau international », a déclaré Anuna De Wever, militante belge pour le climat et membre de Youth for Climate, au Brussels Times.

« De nombreux politiciens belges minimisent complètement la crise climatique, à la fois dans leurs propos et dans leurs politiques, et cela doit changer. C’est pourquoi nous continuons à pousser. Il n’y a pas d’alternative. »

Plus tôt cette semaine, il a été annoncé que la Belgique, en raison de la résistance de la Flandre, ne rejoindrait pas la High Ambition Coalition for COP26, un groupe de pays exhortant les gouvernements à adopter des objectifs d’émissions pouvant maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 ° C.

Articles Liés

L’Union européenne, ainsi que les États membres voisins tels que l’Allemagne, la France et les Pays-Bas, ont approuvé la déclaration, mais Demir a déclaré qu’il était peu utile de signer ce qui constitue des promesses creuses.

« La déclaration de la HAC dit littéralement ‘Arrêtez les subventions inefficaces aux combustibles fossiles dès que possible.’ Comment la Belgique peut-elle signer cela avec un gouvernement fédéral qui fait exactement le contraire ? », a-t-elle déclaré.

READ  Lyle Foster ouvre le compte de la ligue pour Westerlo avec le doublé massif

Il a ajouté que la Flandre « continue d’approuver l’Accord de Paris » et qu’elle est également tout à fait prête à faire des efforts concrets pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

Ignorer vos responsabilités

En fin de semaine dernière, Demir a déclaré que l’Europe devrait abaisser les objectifs de réduction de CO2 fixés pour la Belgique (elle doit réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 47% d’ici 2030) et qu’un meilleur équilibre doit être trouvé entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest.

Selon De Wever, comparer la Belgique avec « des pays comme la Bulgarie et la Roumanie n’est aussi qu’une excuse pour ne pas prendre ses responsabilités ».

« Le fait que la Flandre soit responsable de l’arrivée de la Belgique à la COP26 sans accord fédéral et donc de l’impossibilité d’atteindre les objectifs européens était déjà plus que honteux. Et maintenant Demir ose aussi demander que la Belgique fasse moins au niveau national ? »

L’UE mesure les contributions nationales nécessaires en fonction des outils, des ressources et de la situation financière de chaque pays pour fixer des objectifs. « L’objectif de la Belgique devrait être plus élevé, car nous sommes plus responsables de la crise et avons une empreinte carbone individuelle plus importante », a déclaré De Wever.

Pendant ce temps, malgré l’accord du gouvernement flamand sur un plan climat la semaine dernière, les ministres n’ont pas encore été en mesure de parvenir à un accord global au niveau fédéral sur le climat, selon le ministre wallon du climat et président de la Commission nationale pour le climat, Philippe Henry.

READ  La France assouplit les règles du pass santé

« Malheureusement, il n’est pas possible de parvenir à un accord intra-belge à court terme suffisamment ambitieux sur le partage des efforts dans le domaine de la politique climatique. Il y a encore trop de distance entre les ambitions des deux parties », a-t-il déclaré mardi.

Les différents ministres du climat se sont rencontrés mardi pour discuter de la manière dont les responsabilités pour atteindre les objectifs climatiques seraient partagées entre les gouvernements, mais n’ont pas réussi à parvenir à un accord, ce qui signifie qu’il semble peu probable qu’un plan climatique belge soit présenté à la COP26.

Henry a souligné qu’il rendra compte de la situation lors du prochain comité consultatif et que les discussions techniques se poursuivront afin qu' »un accord politique solide puisse être trouvé ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here