Maxime Battistella: Djokovic en 5 sets

Si l’on suit la logique statistique à Roland Garros, il est difficile de voir autre chose que la victoire de Rafael Nadal. Lorsqu’il est en finale, le majorquin gagne toujours. Et comme l’a dit Novak Djokovic lui-même, vainqueur d’un seul (le dernier) de leurs 7 duels précédents à Paris: le terrain de Philippe-Chatrier est le “domicile de Rafa”. Mais une fois que ce n’est pas coutumier, je crois que le Serbe est capable de démystifier la «bulle de Manacor» pour deux raisons principales.

La première tient aux conditions de jeu: la fraîcheur automnale et la lourdeur des balles ne permettent pas à l’ascenseur de Nadal d’exprimer tout son potentiel. Le Djoker ne fera pas un effort comme d’habitude pour délivrer son formidable revers à deux mains pour contrer le coup droit inférieur de l’adversaire. La seconde est due à l’état de confiance du numéro 1 mondial: invincible régulièrement en 2020 (37 victoires et une disqualification), il est en mission pour chasser les records et sait qu’il a les clés tactiques pour battre Nadal.

Il me semble que la route immaculée de l’Espagnol est une farce. Jannik Sinner méritait franchement de prendre un set et Nadal montrait quelques signes de faiblesse contre Diego Schwartzman au troisième set. Léger, je suis d’accord, par rapport aux trois manches que Djokovic a perdues, mais loin d’être insignifiantes. Rafa est un tel phénomène sur l’ocre que je ne peux imaginer autre chose qu’un combat acharné que Djokovic pourrait arracher après 5 sets.

READ  Football Bordeaux - Marché des transferts: la répression annuelle de la ville rend Bordeaux jubilatoire

Novak Djokovic

Crédits: Getty Images

Alexandre Coiquil: Noël en 4 sets

Un blockbuster pour terminer le dernier Grand Chelem de cette année 2020 amusante. Que demander de plus? Rencontrer Novak Djokovic et Rafael Nadal dans une finale majeure est la meilleure nouvelle pour tout le monde. Les chiffres sont déjà là, implacables: un Djokovic – Nadal en Grand Chelem est devenu une rareté absolue. Ce ne sera que la troisième fois depuis la victoire serbe en quart de finale à Roland 2015 que les deux hommes évoluent dans les majeures. Il n’y a eu que deux finales parisiennes entre les deux hommes, en 2012 et 2014. Au fil du temps, et elles ne sont pas éternelles, on prend cela.

Difficile de mettre un grand favori: Djokovic a eu des problèmes physiques avant ses quarts de finale, mais ceux-ci n’ont eu aucun impact sur sa performance en demi-finale, où son endurance et son physique ont fait des merveilles. Si le numéro 1 mondial va bien physiquement, il y aura une belle finale. Et pas une correspondance écrite à l’avance.

Rafael Nadal n’a pas les conditions pour lui, mais il a passé moins de temps sur le terrain que son rival. Il est physiquement frais et son entraîneur Francisco Roig l’a confirmé. Le choix de ne pas aller aux États-Unis a également été fait pour permettre au majorquin d’être en forme optimale à l’issue du tournoi, dans son jardin. Su Nadal va bien physiquement, il a les clés du camion. S’il monte le niveau et garde la longueur du ballon, il remportera cette finale. En quatre tours.

Rafael Nadal

Crédits: Getty Images

Sébastien Petit: Djokovic en 5 sets

Y a-t-il un défi plus définitif dans le tennis? Novak Djokovic est confronté à cela: remporter un deuxième Roland Garros en affrontant Rafael Nadal en finale, l’homme aux 99 victoires en 101 matchs parisiens. Personne n’a réussi à réaliser ce qui est plus qu’un exploit, une mission impossible.

Rien qu’en disant cela, le Serbe saute déjà dans le costume d’Ethan Hunt. Ceux qui cherchent à écrire l’histoire autant que Federer et Nadal ont un terrain de jeu parfait et l’opportunité de continuer à impressionner. Il a déjà battu Roger Federer en finale de Wimbledon dans son jardin londonien. Seule la meilleure finale sur terre battue, contre Nadal, manque pour compléter le tableau.

De tous les prétendants à la victoire finale, Djokovic était déjà le seul à se distinguer clairement de la compétition. Et malgré avoir affronté le propriétaire de la place en finale, je crois que ce Nadal, avec bien moins de matches que Djokovic dans les jambes et des références en tête, ne pourra pas arrêter la marche triomphale du Serbe à Paris.

Alors pourquoi 5 sets? Car Nadal vendra chèrement sa peau dans le meilleur des cinq rounds et Djokovic n’est jamais à l’abri d’un petit plongeon … Mais cette fois, pas de ballon comme l’US Open, pas de défaite précédente qui pourrait laisser une porte ouverte à l’adversaire … La leçon cette saison pour l’instant est que seul Djokovic bat Djokovic.

Novak Djokovic

Crédits: Getty Images

Laurent Vergne: Nadal en 5 sets

C’est peut-être le pronostic le plus difficile que vous puissiez imaginer. D’une part, Rafael Nadal, le joueur le plus dominant que ce sport ait connu sur n’importe quelle surface, quelle qu’elle soit. De l’autre, Novak Djokovic, que personne n’a réussi à battre régulièrement cette année. Le Serbe jouit d’une confiance presque inébranlable. Nous l’avons revu vendredi contre Tsitsipas. Même poussé, contraint également de jouer un 5ème set après avoir eu une balle de match une heure plus tôt, il est resté en contrôle absolu.

Malgré tout, et même si elle repose sur des considérations presque irrationnelles (le poids du lieu, son passé, leur passé), j’ai encore beaucoup de mal à parier contre Rafael Nadal. La tâche est immense pour le majorquin. Cette finale est un peu celle qu’il n’était pas censé disputer en 2011, lorsque Roger Federer était aux commandes du poste en éliminant Djokovic dans une demi-finale devenue mythique. Comme à l’époque, le Serbe est sans aucun doute au-dessus des Espagnols.

Même les conditions de jeu, telles que réduire l’impact de son ascenseur, ne servent pas les objectifs de Nadal. Cependant, je trouve que nous continuons à le sous-estimer et, franchement, à lui manquer de respect. Jusqu’à preuve du contraire, il est le patron ici. Le contraire sera peut-être démontré dimanche, je ne serais pas plus surpris que cela, mais sa capacité à saisir la moindre opportunité ou presque continue de m’impressionner chez moi. Cette finale se jouera avec une poignée de points. Djokovic n’est pas loin d’être infaillible, mais Carreno et Tsitsipas ont montré qu’il pouvait être bousculé. S’il retrouve la longueur du ballon, Nadal peut s’en tirer. Même à travers un trou de souris.

Finale Djokovic – Nadal: le pronostic de Camille Pin et Nicolas Escudé