Netflix fait face au procès « Queen’s Gambit », les règles des juges américains

Publié le: Modifié:

Los Angeles (AFP) – Le procès de 5 millions de dollars d’une ancienne championne du monde d’échecs géorgienne contre Netflix se poursuivra après qu’elle a affirmé avoir été diffamée dans un épisode de « The Queen’s Gambit », a déclaré un juge de Los Angeles.

Le grand maître des échecs Nona Gaprindashvili, 80 ans, a intenté une action en justice en septembre, affirmant qu’une ligne de la série dans laquelle un personnage prétend qu’elle n’a « jamais affronté d’hommes » dans sa carrière était « grossièrement sexiste et dépréciante ».

Gaprindashvili avait affronté des dizaines de concurrents masculins en 1968, l’année où se déroule principalement la série limitée extrêmement populaire « The Queen’s Gambit ».

Les avocats de Netflix ont tenté de faire classer l’affaire au motif que la série est une œuvre de fiction et donc couverte par le premier amendement de la Constitution des États-Unis, qui protège la liberté d’expression.

Mais jeudi, la juge fédérale Virginia Phillips a rejeté leur requête, notant que « le fait que la série soit une œuvre de fiction n’isole pas Netflix de la responsabilité pour diffamation si tous les éléments de diffamation sont par ailleurs présents ».

« The Queen’s Gambit », avec Anya Taylor-Joy, est basé sur un roman de 1983 de Walter Tevis et raconte l’histoire d’un jeune orphelin qui devient le plus grand joueur d’échecs du monde.

Alors que le personnage central Beth Harmon est fictif, la série présente plusieurs personnages d’échecs réels, dont Gaprindashvili.

Gaprindashvili a été la première femme à recevoir le titre de grand maître de la Fédération internationale des échecs en 1978.

READ  Aguilera, Hanks, De Niro et d'autres illuminent le gala de l'amfAR à Cannes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here