Norwich City: Danel Sinani et sa bataille pour la candidature des Canaries

Quand Danel Sinani s’est éloigné d’un homme, avant de lancer le ballon sur un autre et de partir, chargeant vers l’avant avec un but, il y avait un sentiment que c’était peut-être “le moment”.

Il a trouvé Joe Efford sur l’aile et s’est assis, regardant de loin l’Américain frapper la ligne de fond et jouer le ballon contre Michael Frey, le leader suisse talismanique qui, parfois, avait menacé de garder Waasland-Beveren dans l’élite belge. seul – dos à l’objectif.

Sentant son moment, Sinani a trouvé de l’espace – comme il le fait souvent – et a frappé Frey dans le coin inférieur, égalisant les scores dans la deuxième étape décisive de la relégation de la Belgique / favorisant le barrage à 2-2.

Cela avait si bien commencé pour les hôtes, après que Frey les avait emmenés de la place, comme il l’avait fait une semaine plus tôt lors du match aller, qui avait terminé 1-1. À la mi-temps, cependant, le finaliste, RFC Seraing, menait jusqu’à ce que Sinani fasse sa marque.

Maintenant, dans un monde idéal, cette pièce continuerait et se lancerait dans un récit captivant et amusant de la façon dont Sinani a fini par être le héros de Waasland-Beveren, les inspirant à une grande évasion qui, pendant des semaines, avait été à contre-courant du chances.

Cependant, ce n’est pas ainsi que s’est déroulé le reste du jeu. Ils ont continué à perdre 5-2.

Cet écrivain n’a pas compris l’histoire qu’il avait passé toute la saison à attendre, ayant décidé de mettre à profit les frustrations de la pandémie et de s’engager dans une suite à une des premières histoires, décrivant la trame de fond de Sinani comme l’une des plus intrigantes de Carrow Road. vous arrivez l’année dernière.

Le processus impliquait de visionner plus ou moins tous les matchs auxquels Sinani a joué cette saison, développant un nouveau respect pour les dépisteurs alors qu’il devenait étrangement attaché à Waasland-Beveren et au Luxembourg.

En tant que l’une des plus jeunes équipes d’Europe, tout en faisant face à de nombreux changements d’équipe et en affrontant régulièrement 2, 3 ou même 4 buts pour tirer quelque chose d’un match, la vie n’a pas été facile pour Beveren cette saison. .

Même dans ce cas, il est discutable qu’ils avaient encore assez de qualité pour suivre les goûts de Nordin Jackers dans les buts, Louis Verstraete au milieu de terrain, Michael Frey, Aboubakary Koita, Daan Heymans et Sinani lui-même qui ont impressionné au cours de la saison.

Il a quand même fallu quelque chose d’un miracle, même pour les faire entrer dans les play-offs après une dernière journée dramatique qui a vu Beveren l’emporter sur Royal Excel Mouscron à la 17e place après une victoire 2-1 à Louvain alors que leurs rivaux de relégation ont perdu 4 -2 au Club Brugge.

Dans l’ensemble, c’était tout à fait le cadre du prêt de Norwich pour avoir son premier aperçu d’une saison complète de football professionnel.

“Une saison spéciale pour mon développement”, résumait Sinani, s’adressant à la publication Luxemburger Wort alors que la poussière retombait sur la saison.

Echanger les titres gagnants au Luxembourg avec Dudelange, grimper sur la feuille de match et jouer en Ligue Europa, ainsi que la perspective d’une bataille de promotion en Angleterre, pour un combat de relégation en Belgique se sont avérés être un “monde complètement différent”.

«Mentalement, c’était épuisant», admit Sinani. “Mais je pense que l’expérience m’amènera plus loin.”

Dans l’ensemble, il n’a commencé que 10 fois pour Waasland-Beveren en championnat, alors qu’il a quitté le banc huit fois, marquant trois buts avec une passe. Il y a eu un match de la Coupe, avec les deux matchs éliminatoires dans lesquels Sinani a marqué son quatrième en Belgique.

De plus, il a trouvé le filet à trois reprises pour le Luxembourg et a enregistré une passe décisive dans les matches de qualification pour la Ligue des Nations et la Coupe du monde.

C’est une saison qui s’est essentiellement déroulée en deux parties.

Le premier est venu après son premier prêt, basé sur des débuts prometteurs contre Genk avec trois buts internationaux. Il s’est vu refuser un triplé par le drapeau de hors-jeu contre Chypre, avant de marquer un superbe vainqueur à l’extérieur contre le Monténégro. Ses premiers buts pour Beveren ont suivi peu après avec une consolation dans la défaite 4-1 à Gand et les points avec le deuxième dans la victoire 2-0 contre Ostende.

READ  Dele Alli serait la priorité de Pochettino au PSG

Une blessure à la hanche a repris dans le match suivant, cependant, a déclenché une bataille pour Sinani pour revenir régulièrement dans l’équipe malade de Nicky Hayen. Un autre défi mental à relever, a-t-il déclaré à Luxemburger Wort.

La trêve internationale en mars s’est avérée être la clé pour relancer sa saison, le Luxembourg s’imposant 1-0 en République d’Irlande – ce qui n’a pas été une surprise pour l’écrivain – avant que Sinani n’obtienne une passe décisive pour Gerson. Rodrigues ouvre le score contre Le Portugal dans ce qui s’est terminé. être une défaite 3-1.

Dans le premier match retour, à Oostende, une blessure précoce à Aboubakary Koita a vu Sinani donner une chance et il l’a saisie, ouvrant le score et mettant sur un meilleur du match avec Hayen qui a déclaré plus tard: “J’espère que maintenant j’ai vu le vrai Sinani ».

Il l’a ramené dans les onze d’ouverture où il resterait pour le reste de la saison, obtenant finalement une première passe décisive pour Beveren après avoir décroché un coup franc parfait sur la tête de Michael Frey contre Courtrai, avant de frapper le à terre ce dernier jour.

Ainsi, quatre buts et une passe décisive pour Waasland-Beveren en 21 apparitions toutes compétitions confondues.

Bien que ce ne soit pas le rendement le plus accrocheur, il vaut la peine de replacer le prêt dans son contexte.

Manuel Cardoni, un ancien mentor de Sinani, a déclaré au site de football belge Walfoot en novembre qu’il aimerait qu’il quitte le Luxembourg quelques années avant lui.

“Sa carrière se déroule étape par étape”, a expliqué Cardoni. «Nous ne devrions pas nous attendre à ce qu’il se produise à Manchester City maintenant, mais s’il avait quitté le Luxembourg en 2018, il aurait déjà passé cette saison. [referring to the loan to Belgium]. ”

READ  Quelque chose de nouveau dans Arkadiusz Milik.

Bien que probablement à la traîne dans son développement, Sinani a toujours montré qu’il avait tous les atouts pour jouer pour une équipe de Daniel Farke Norwich City au cours de la saison.

Son talent n’est pas en question. Il est un grand passeur et peut livrer des coups de pied arrêtés particulièrement excellents, ce qui est la principale raison pour laquelle il a réalisé en moyenne plus de passes clés par match et pendant 90 minutes que tous ses coéquipiers de Waasland-Beveren. Il est malheureux de n’avoir qu’une seule aide à son nom.

Il a la capacité de créer de l’espace pour lui-même et pour les autres, mais il est aussi tenace, il ne craint pas son travail défensif, surtout lors de ces derniers matchs de la saison.

La clé est de le mettre ensemble sur une base cohérente.

Après deux matches internationaux contre la Norvège et l’Écosse en juin, il reviendra à Norwich en pré-saison et veut s’essayer aux paris.

Dans cet entretien avec Luxemburger Wort, il a expliqué que, bien qu’il ne se fasse aucune illusion sur la difficulté – étant donné la concurrence – il veut venir montrer ce qu’il peut faire, appliquer ce qu’il a appris et gagner une place sur le équipe.

“Je ne sais pas”, a-t-il admis, lorsqu’on lui a demandé s’il avait la chance de jouer pour son club la saison prochaine. “Je sais, cependant, que je vais appuyer sur le gaz.”

Cela a déjà été démontré par l’augmentation de sa course vers la fin de la saison. Il a révélé que des conversations régulières avec Norwich, qui regardait ses matchs et lui donnaient des commentaires, ont conduit à la nécessité d’améliorer sa «préparation à la course».

Lors du dernier match de la saison, ainsi que lors du match aller des éliminatoires à Seraing, il était en tête du classement pour la distance parcourue, dépassant les 11 km à chaque fois.

Il a souligné que Norwich le voulait il y a un an et qu’ils ne se faisaient donc aucune illusion sur ce qu’il pouvait faire. Maintenant, c’est à lui d’aller montrer exactement ce que c’est.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here