Oddworld Soulstorm – Comment les graphismes et le gameplay basés sur les systèmes offrent une expérience inoubliable. • Eurogamer.net

Le retour d’Oddworld se poursuit avec son jeu le plus ambitieux à ce jour. Après avoir effectivement redémarré la franchise avec New ‘n’ Tasty en 2014, il a fallu sept ans pour que le prochain grand jeu Oddworld arrive et Soulstorm ne déçoit pas. Cela a peut-être commencé comme un faux remake de l’Exoddus d’Abe à l’ère de la PS1, mais en réalité, c’est le revirement le plus spectaculaire de la série depuis Stranger’s Wrath. C’est une aventure axée sur les systèmes qui tire parti de la physique moderne et des systèmes de matériaux pour fournir des idées uniques tout en restant fidèle à l’esprit d’Oddworld.

C’est aussi un rendu du lecteur de l’unité. Cet outil puissant a permis à de nombreux créateurs de créer d’excellents jeux, mais avec la dernière technologie de rendu activée par le moteur et un accent sur la physique et l’intelligence artificielle, il offre quelque chose de très différent de tout autre jeu basé sur Unity auquel nous avons joué. Mais soyons clairs: Soulstorm n’est pas un jeu pour tout le monde. Aussi ambitieux et ambitieux qu’il soit à bien des égards, il y a encore quelque chose de old-school à ce sujet – dont le niveau de difficulté n’est pas le moindre, qui peut être brutal, tout comme les anciens jeux de la série. Mais en ce qui concerne mon argent, c’est nouveau et différent, et bien que l’esthétique en sourdine ait causé des problèmes à certains, approfondissez le jeu et vous trouverez une expérience de jeu vraiment magnifique, bien que la meilleure, à 60 ips sur PS5 et PC.

À la base, Soulstorm est toujours le même type de plate-forme à défilement latéral que les deux premières entrées de franchise sur la PS1 et bien sûr New ‘n’ Tasty sur le matériel de dernière génération. Vous courez, sautez, escaladez des rebords et menez les Mudokons à la liberté – mais il y a beaucoup plus à jouer maintenant. Ce que l’équipe a proposé, c’est quelque chose que j’aime dans les jeux vidéo: un vrai stade piloté par le système. Chaque étape présente une série de défis de plus en plus complexes à surmonter au fur et à mesure que vous remplissez lentement votre boîte à outils.

John Linneman présente la revue Oddworld Soulstorm Digital Foundry Technology.

Sans trop se gâter, cela commence par assez simplement – j’ai d’abord appris que les bouteilles d’eau éteignent le feu, puis cela progresse jusqu’au joueur recevant une nouvelle bouteille qui fait le contraire, et le feu se propage. Ceci, à son tour, indique que les objets en bois peuvent brûler. Il a mis le feu à une structure en bois pour répandre l’Enfer, avant que la scène ne s’effondre finalement dans une démonstration de physique. Après cela, vous commencerez à affronter les adversaires de l’intelligence artificielle, et à ce stade, les outils et les techniques commencent à augmenter. Une grande partie du jeu se concentre sur le jeu avec l’IA ennemie, tout comme un bon jeu furtif. Comme dans un bon jeu furtif, il est clair que le comportement de l’ennemi est télégraphié et défini. Entre les éléments de l’interface utilisateur, les cônes de visibilité et le comportement général, vous aurez une solide compréhension de la façon dont les ennemis interagissent et interagissent avec les systèmes que vous avez appris.

READ  Intel fabrique du silicium pour des encodeurs entièrement homomorphes: c'est important

C’est là que Soulstorm commence vraiment à se différencier de ses prédécesseurs. Dans les jeux originaux, vous étiez principalement en défense – vous cachant des ennemis, vous faufiliez. Maintenant, Abe a plus de mouvements offensifs que d’utiliser des objets d’inventaire contre ses ennemis, pour éliminer et retenir manuellement les ennemis. Vous vous bloquerez du regard de l’ennemi en vous cachant dans la vapeur, vous vous cacherez dans des coffres-forts de style Metal Gear et posséderez vos ennemis pour les déplacer sur leurs alliés. Tout cela est basé sur les concepts originaux d’Oddworld mais s’est considérablement étendu. Lorsque vous associez cela à une large gamme de phases et à de puissantes simulations de physique, le gameplay commence vraiment à émerger.

Plus vous essayez, plus vous verrez comment tous les systèmes du jeu interagissent logiquement les uns avec les autres – c’est un jeu qui vous oblige à penser de côté et à tester vos théories. Le lieu de rencontre de Soulstorm est la façon dont ces systèmes s’intègrent à de belles pièces stationnaires, offrant une expérience exceptionnelle (le train céleste en particulier est un délice absolu). Le jeu introduit constamment des idées nouvelles et amusantes avec des règles claires et beaucoup de défis. Sans vous tenir complètement la main, Soulstorm s’efforce de mettre en évidence les règles d’engagement.

Chaque niveau se compose de plusieurs couches de scènes actives derrière la principale – et elles ont souvent l’air incroyable.

Vous commencez également à ramasser plus d’objets et de bibelots en cours de route qui peuvent éventuellement être utilisés pour créer de nouvelles créatures. Je ne suis généralement pas fan de l’industrie mais j’ai trouvé que c’était très immédiat et amusant dans ce cas. De la fabrication de bombes fumigènes que vous pouvez utiliser pour créer une couverture dynamique pour la furtivité, aux balles rebondissantes que vous faites de bonbons de roche et aux élastiques éliminant les ennemis – votre boîte à outils ne cesse de s’étendre. Et c’est ce que j’entends vraiment par le système payant: tous ces outils, objets et scénarios sont toujours clairement définis par le jeu mais le joueur a beaucoup d’agence pour y faire face, surtout plus tard dans le jeu. .

READ  Super Smash Bros.Ultimate Version 10.1.0 est maintenant disponible, voici les notes de mise à jour complètes

Mais ce que tout cela vend vraiment, ce sont les visuels. Soulstorm offre un monde 3D formidable à explorer: il a une sensation qui rappelle à certains égards le Team ICO classique avec son architecture imposante et ses vastes espaces ouverts. Une grande partie du monde est visible et active à distance, à tel point que les structures éloignées sont des points de destination réels et où les télescopes peuvent être utilisés pour prévisualiser les expériences futures. Chaque étape de la carte consiste en un vaste environnement initial avec plusieurs intérieurs. L’exploration est parfaitement fluide et les étapes sont longues. Le jeu parvient également à lancer un grand nombre de personnages sur l’écran – parfois, vous verrez à quoi ressemblent des centaines de Mudokons traversant les arrière-plans, et dans certaines scènes, vous êtes chargé de les protéger lorsqu’ils s’échappent. Vous découvrirez les limites de ces modèles avancés si vous regardez de près, mais ils sont toujours très efficaces pour déplacer des foules énormes.

C’est donc un spectacle intéressant – le ton du jeu signifie que certaines zones peuvent sembler un peu ternes et que les premiers stades du couple peuvent ne pas impressionner, mais au fur et à mesure que vous jouez, ces détails commencent à apparaître. C’est un monde aussi vaste et détaillé que celui que nous avons vu dans un jeu à défilement latéral comme celui-ci. Cependant, même si j’aime le design visuel, il y a certaines limites. Premièrement, bien que la qualité de la texture soit généralement solide, elle peut parfois apparaître avec une résolution inférieure à celle attendue – certains matériaux sont nettement plus flous. Ensuite, il y a les scènes cinématiques, car Oddworld s’appuie sur des vidéos préenregistrées plutôt que sur des films cinématiques en jeu. C’est au moins 60fps sur la PS5, mais malheureusement, il est verrouillé à 30fps sur PC, en ligne avec les versions console de la dernière génération.

4
Les cinématiques sont bien dirigées et jolies, mais ce sont des vidéos pré-rendues. Il fonctionne à 60 images par seconde sur la PS5 mais à 30 images par seconde sur toutes les autres plates-formes, y compris le PC.

La vue d’ensemble est excellente, mais son apparence dépend de la plate-forme que vous choisissez. La PlayStation 5 rend à une résolution native de 1440p, mais la solution d’anti-aliasing est manquante et la stabilité temporelle est médiocre, ce qui se traduit par beaucoup de brillance et un certain crénelage. Un PC peut fonctionner à un nombre de pixels plus élevé, mais ces artefacts sont toujours là, même à une résolution 4K native. La PS4 Pro et la PS4 fonctionnent toutes deux à 1080p, mais la qualité de l’ombre et de l’éclairage est réduite sur l’appareil principal, tandis que la fréquence d’images est de 30 images par seconde contre 60 fps principalement sur la PS5. La PS4 Professional fonctionne assez bien à sa cible de 30 ips pour la plupart, mais elle présente des baisses notables. Pendant ce temps, Vanilla PS4 ‘Amateur’ a de profonds problèmes de performances dans les domaines les plus difficiles du jeu. La solution v-sync à double tampon voit les fréquences d’images chuter aussi bas que 20 ips, ce qui n’est peut-être pas surprenant si l’on considère la physique très éprouvante présentée ici. En plus de cela, toutes les versions (même PC!) Souffrent d’un bégaiement perceptible au point de contrôle, ce qui est ennuyeux.

READ  Exclusif: Programme de réapprovisionnement cible PS5 de jeudi - Quand et comment l'obtenir

La version PC ne vous séduira pas avec un ensemble complet de paramètres, mais elle permet une plus grande personnalisation avec des résolutions sélectionnables, mais cela a ses limites – elle ne prend pas en charge le large écran, mais elle offre au moins une taux de trame des options vraiment très utiles. J’ai juste l’impression que nous devons passer pour télécharger et remplacer les séquences vidéo à 30 ips. Cependant, on a le sentiment que, bien que Soulstorm soit un titre multigénérationnel, les développeurs ont essentiellement conçu ce jeu en pensant à la PlayStation 5 et au PC. Une puissance supplémentaire est nécessaire pour vraiment permettre à ce titre de briller – et j’ai vraiment adoré mon temps avec le jeu.

Le gameplay émergent, la conception intelligente des niveaux et la jolie direction artistique me parlent vraiment – mais il y a certainement un état d’esprit old school qui pourrait ne pas fonctionner pour tout le monde. Il a également été lancé avec quelques bogues qui auraient pu arrêter certaines personnes, mais la plupart de mes problèmes majeurs avec le code ont été résolus dans un patch. Mais honnêtement, j’adore ce jeu: c’est l’amalgame parfait d’anciens et de nouveaux concepts qui s’emboîtent dans un tout étonnamment cohérent. Il a des bords rugueux à coup sûr, mais c’est un jeu de haute qualité. C’est aussi la première nouvelle expérience Oddworld depuis 2005 – New ‘n’ Tasty était excellent mais était en grande partie un remake. Soulstorm est inspiré de l’Exoddus d’Abe mais est efficace dans un nouveau jeu qui apporte beaucoup de nouvelles idées. Oui, c’est parfois frustrant, mais au final, ça vaut le coup.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here