Alors que des mois difficiles restent à venir – en particulier pour les pays plus pauvres qui manquent de ressources pour acheter des vaccins – la fin de la pandémie de coronavirus dans le monde développé est maintenant en vue.

Les variantes virales restent un élément imprévisible, mais les lignes de tendance suggèrent que la grande majorité des décès attendus dans les pays développés à la suite de la pandémie de COVID-19 se sont déjà produits.

L’éventail des impacts sur différents pays peut être vu dans les statistiques alors que la première année complète de la pandémie touche à sa fin.

Ces statistiques comparent la performance du Canada aux expériences de cinq autres pays occidentaux: les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Italie.

Lorsque les historiens se pencheront sur cette pandémie, le premier paramètre qu’ils appliqueront pour mesurer sa gravité est, bien entendu, le nombre de personnes qu’elle a tuées.

À quel point cela a-t-il mal tourné?

Les États-Unis sortent maintenant de la troisième vague d’infections au COVID. Le Canada n’en a eu que deux jusqu’à présent. Le pic est survenu à des moments différents dans des endroits différents, mais chacun des six pays de cette comparaison a connu une semaine pire que tout autre.

En France et en Italie, la pandémie a culminé en novembre 2020, mais en Amérique du Nord et au Royaume-Uni, les deux premières semaines de 2021 ont été les pires.

Le 8 janvier, le Canada a déclaré un record d’une journée de 9 214 nouveaux cas. Le lendemain, les États-Unis ont signalé un record quotidien de 315 106 nouveaux cas.

READ  les hackers avaient vu le code interne de Microsoft
Un travailleur de la santé traverse la zone d’attente après la vaccination dans une clinique de vaccination de masse contre le COVID-19 pour la région de Peel à Mississauga, en Ontario, le lundi 1er mars 2021. (Nathan Denette / La Presse canadienne)

L’intensité maximale est mesurée ici par la charge de travail quotidienne enregistrée la plus élevée, par habitant. Au plus fort de la pandémie au Royaume-Uni, aux États-Unis et en France, le COVID-19 infectait près d’une personne sur mille chaque jour. Au Canada, ce nombre n’a jamais atteint un sur 4 000.

Le Canada a connu la pandémie la moins intense de six.

Vaccinations vs infections

Les vaccinations sont la solution miracle qui mettra fin à cette pandémie. Certains pays ont fait beaucoup mieux que d’autres dans leur administration.

L’effort de vaccination au Royaume-Uni a commencé fort et est resté fort. L’Allemagne et les États-Unis ont enregistré des hausses régulières d’une semaine à l’autre. La France a mis du temps à partir, mais s’est vite rétablie. L’Italie et le Canada ont faibli et perdu du terrain.

Mais les vaccinations ne racontent pas toute l’histoire. Les vaccins sont entrés en scène alors qu’une grande partie du monde occidental se précipitait pour anticiper une nouvelle vague d’infections.

Le Canada se classe au dernier rang de ce groupe de pays en termes de doses par habitant. Mais il a également enregistré le plus faible nombre de cas par habitant jusqu’en 2021.

Le Royaume-Uni était clairement le vainqueur de la course aux vaccins, mais avait les pires cas de travail par habitant et les taux de mortalité parmi six. Et le pays avec le deuxième meilleur dossier de vaccination, les États-Unis, avait le deuxième pire nombre de cas.

Face à cet étrange renversement, comment devrions-nous mesurer la performance globale de chaque nation?

Le graphique suivant tente de le faire en divisant le nombre total de vaccins administrés dans chaque pays, semaine après semaine, par le nombre de nouveaux cas enregistrés dans la même semaine, pour donner un score global – appelons-le «facteur O» – qui peut offrir une meilleure image des progrès accomplis jusqu’à présent par chaque pays en 2021.

Le facteur O pénalise les pays pour ne pas avoir réussi à contrôler les infections dans le présent, mais donne le crédit pour les futures réductions de la charge de travail qu’ils peuvent espérer obtenir en mettant des aiguilles dans leurs bras maintenant.

Les dommages aux économies

Les historiens étudieront un jour les effets sociaux et économiques de la pandémie. Certains de ces effets ne sont toujours pas clairs.

En tuant un grand nombre de paysans européens, la peste noire a transformé le marché du travail, permettant aux travailleurs d’exiger plus pour leur travail et les aidant finalement à les libérer du féodalisme. Peut-être que cette pandémie (beaucoup moins apocalyptique) libérera les travailleurs de l’esclavage des navettes et des cabines.

Quel que soit le changement qu’elle laisse dans son sillage, il est clair que le coup économique de la pandémie n’est pas tombé uniformément sur toutes les nations.

Les six pays que nous comparons ici ont adopté des approches différentes des fermetures et des licenciements liés à une pandémie. Certains (comme le Canada) ont fait beaucoup en matière de dépenses publiques, tandis que d’autres se retiennent. Et certains pays auront plus de difficultés que d’autres avec la dette qu’ils ont accumulée.

Les six pays mesurés ici ont connu des pics presque sans précédent du nombre de demandes de chômage au fur et à mesure que la pandémie s’est installée.

Mais certains ont été plus durement touchés que d’autres et certains ont rebondi plus vite que d’autres.

Les graphiques présentés ici n’offrent que des instantanés d’une pandémie qui n’est pas encore terminée. Bien que la vaccination semble offrir un moyen de sortir de cette catastrophe mondiale, de nouvelles mutations et variantes ont le potentiel de la retarder.

À moins que le Canada ne puisse améliorer sa performance en matière de vaccination, d’autres pays réduiront probablement plus rapidement leurs taux de mortalité et d’hospitalisation à la baisse, comblant ainsi un écart qui favorise actuellement le Canada.

Mais les chiffres suggèrent qu’une chose ne changera pas: par rapport à ses pairs en Europe et en Amérique du Nord, l’expérience de la pandémie au Canada a été moins intense et moins meurtrière.