Avant la reprise de la Société des Nations ce samedi, la trêve internationale nous a offert des matchs de gala et notamment un derby ibérique à Lisbonne adversaire une Espagne rajeunie (7e au classement Fifa) – avec Dani Olmo mais sans le joyau Ansu Fati au coup d’envoi – au Portugal (5e) de Cristiano Ronaldo et Francisco Trincao. Une rencontre qui a vu Gérard Moreno profiter de l’inexpérience du rookie Ruben Semedo pour s’offrir une première chance dès la troisième minute de jeu, avant de croiser Rui Patricio. L’Espagne a appuyé fort et Dani Olmo a frappé fort devant le but de Patricio sans trouver de tireur (5e). Tout comme Ceballos dans le sillage, cette fois sur le côté gauche (7e). De près, puis de loin: Rodrigo a tiré une frappe puissante de vingt mètres qui a flirté avec le poteau droit de Patricio (10e). Une fois de plus évacué à l’entrée de la surface de réparation locale, l’attaquant de Leeds a alerté Patricio qu’il avait capturé (17e). Ruben Semedo, décidément sans inspiration ce soir, s’est trompé à deux reprises sur la même action et Gerard Moreno a tiré le petit filet droit (19e).

Suite à cette annonce

Les comédiens s’assoupissent, le rythme ralentit et c’est finalement le Portugal qui a offert la dernière action de ce premier acte à travers Raphaël Guerreiro, dont le gros coup hors du cadre n’a finalement pas inquiété Kepa (43e). Ce n’est pas un hasard si l’étincelle est venue du quintuple Ballon d’Or qui, retrouvé à gauche, a frappé un coup dur qui a cassé la barre de Kepa puis a rebondi juste devant la ligne d’un Kepa Arrizabalaga totalement battu (53e). Croix qui tremble encore sur un tir de Renato Sanches servi par Ronaldo (67e). Le Portugal a avancé en seconde période mais n’a pas réussi à trouver l’erreur lorsque son prochain adversaire, la France, a atomisé l’Ukraine.

READ  James et près de 600 millions dépensés: Everton ou la douce folie des dépenses sans résultats

L’Italie dévore la Moldavie, la Turquie se sépare de l’Allemagne

Presque simultanément, au stade Artemio Franchi de Florence, une Italie qui avait fait un gros retournement a fait exploser la Moldavie friable (6-0). Bryan Cristante a d’abord coupé un angle de tête au premier poteau (1-0, 19e), puis Francesco Caputo a profité d’un marquage défectueux pour crucifier Alexei Coselev (2-0, 23e), avant de revenir Stephan El Shaarawy ajoute son nom au nul deux fois (3-0, 30e puis 5-0 à la 45e + 1) et que le malheureux Veaceslav Posmac ne vient pas tromper son gardien (4-0, 38e). En seconde période, le troisième complice de l’attaque italienne, Domenico Berardi, accable un peu le gardien moldave (6-0, 72e). A Cologne, cependant, l’Allemagne du propriétaire Julian Draxler s’est battue contre la Turquie, avant que le joueur du Paris Saint-Germain ne fasse la différence juste avant l’arrêt avec un plongeon suite à une offre au fond du nouveau Blue Kai Havertz (1 -0, 45 ° + 1).

Un avantage de courte durée alors qu’Ozan Tufan a profité d’une défaite du ballon allemand pour déchaîner une merveille de frappe qui a lancé (à son tour) un Leno sans réaction (1-1, 50e). Mais Havertz a recommencé, cette fois pour Florian Neuhaus (2-1, 58e). Justement ce qui a été surpris par le pressage d’Efecan Karaca qui a ouvert la voie au score avant de conclure de sang-froid (2-2, 67 °). Gian-Luca Waldschmidt a décidé de donner la victoire aux Allemands avec une belle reprise en bordure de surface après une relance ratée de la défense turque (3-2, 81 °) … Sans oublier le but de Kenan Karaman sur la sirène après un superbe action collective (3-3, 90 ° + 4).

READ  Le patron est Rennes! - Brief des joueurs et NOTES (AXIS 0-3 SRFC) - Football

Dans la Johan Cruijff Arena d’Amsterdam, la séduisante Pays-Bas-Mexique a donné naissance à un seul tir au but dans les 45 premières minutes: Steven Berghuis, de l’intérieur de la surface, a contraint Alfredo Talavera à défiler (19e). Ce sont également les invités qui ont ouvert le score depuis le spot grâce à une transformation de Raul Jimenez (1-0, 60 °), suite à une faute de Nathan Aké. Enfin, à Saint-Gall, la Suisse a résisté à la Croatie, en tête aussi grâce à Mario Gavranovic (1-0, 31e), avant que Josip Brekalo égalise devant Omlin (1-1, 42e) et Mario Pasalic les abandonne. avant (2-1, 67 °). A noter également la carte de la Pologne face à la Finlande (5-1), portée notamment par un triplé de l’ancien rennais Kamil Grosicki (9e, 18e, 38e).

Les résultats de la soirée:

  • Autriche 2 – 1 Grèce: Konstantinos Fortounis (63e) pour la Grèce; Adrian Grbic (77e), Christoph Baumgartner (80e) pour l’Autriche.

  • Portugal 0-0 Espagne

  • Allemagne 3 – 3 Turquie: Julian Draxler (45e + 1), Florian Neuhaus (58e), Gian-Luca Waldschmidt (81e) pour l’Allemagne; Ozan Tufan (50e), Efecan Karaca (67e), Kenan Karaman (90e + 4) pour la Turquie.

  • Pays-Bas 0 – 1 Mexique : Raul Jimenez (60e) pour l’Espagne.

  • Italie 6 – 0 Moldavie: Bryan Cristante (19e), Francesco Caputo (23e), Stephan El Shaarawy (30e, 45e + 1), Veaceslav Posmac (CSC, 38e), Domenico Berardi (72e) pour l’Italie.

  • Suisse 1 – 2 Croatie : Mario Gavranovic (31e) pour la Suisse; Josip Brekalo (42e), Mario Pasalic (67e) pour la Croatie.

  • Pologne 5 – 1 Finlande: Kamil Grosicki (9e, 18e, 38e), Krzysztof Piatek (53e), Arkadiusz Milik (87e); Ilmari Niskanen (68e) pour la Finlande.

  • Slovénie 4 – 0 Saint-Marin: Nemanja Mitrovic (17e, 42e), Haris Vuckic (25e), Rajko Rep (48e) pour la Slovénie.

  • Andorre 1 – 2 Cap-Vert : Ryan Mendes (8e, 54e) pour le Cap-Vert; Ponck (CSC, 17e) pour Andorre.

  • Luxembourg 1 – 2 Liechtenstein : Fabio Wolfinger (23e), Nicolas Hasler (62e) pour le Liechtenstein; Gerson Rodrigues (72e) pour le Luxembourg.

READ  Barça: quand Messi joue un clash-clash avec ses managers ou ses coéquipiers - Foot - ESP - Barça