Paysage de saison moderne Relief de Belgique

La bière la plus influente dans la tradition de la saison, l’archétype, est Saison Dupont. C’est grâce à la brasserie qui l’a fait vivre, mais c’est aussi grâce à des écrivains comme Michael Jackson et des importateurs américains qui lui ont donné une bouée de sauvetage lorsque les Belges buvaient très peu. Cela aide beaucoup que ce soit une bière fantastique : sèche, très buvable, complexe et étonnamment houblonnée lorsqu’elle est fraîche.

Dupont est aussi ce qui a le plus influencé Blaugies Épeautre de saison de caractère – pour nous, un vrai classique, mais cette brasserie frontalière française n’existe vraiment que depuis 1988. Une autre beauté remarquable en ce sens – brassée juste de l’autre côté de cette frontière, et à seulement sept miles de distance – est la Cuvée des Jonquilles par Au Baron. Récemment, les brasseries belges les plus établies ont vu que la saison peut se vendre et ont produit des exemples plus proches de la tradition Dupont qu’autre chose. Il s’agit notamment d’animé Saison de surf Dubuisson, très gazéifié, avec une mousse aux allures de meringue qui restera sur Terre longtemps après l’extinction de l’homme. Des exemples plus doux mais toujours agréables incluent Saison St-Feuillien à proximité de Le Roeulx e Saison 1858 du Bocq dans la province de Namur. Il est également intéressant de noter que le flamand est produit ici, enveloppé dans du papier de soie Saison Erpe-Mère par Glazen Toren, plus fort et un peu plus doux que Dupont mais avec une brillance extra vive qui semble aider à le sécher. Ces bières ne sont pas épicées, quel que soit leur goût épicé.

READ  Football : les vétérans belges visent l'Angleterre et la France pour le succès de l'Euro 2020

Cependant, une interprétation complètement différente est bel et bien vivante, à seulement huit kilomètres de Dupont et dans la cour Pipaix de Dubuisson. A la Steam relic Brasserie á Vapeur, le Saison Pipaixpa il est aigre et épicé avec du gingembre, du zeste d’orange, de l’anis étoilé et du lichen. (C’est vrai : le lichen. Cette bière comprend un symbiote.) A l’est de la province de Luxembourg, une autre brasserie bien connue des Belges américains suit un chemin tout aussi sauvage et laineux : Fantôme, dans le soja, il produit une “saison” variable qui a tendance à être à la fois microbiologiquement étrange et épicée ou aromatisée avec diverses choses.

Donc, si c’est le canon, examinons de plus près les nouvelles directions prises par la saison belge ces dernières années. Après tout, il n’y a pas que les brasseurs américains qui ont pris l’histoire et l’ont suivie. En bref, voici quelques interprétations plus récentes et ce qui les fait fonctionner.

De Ranke Saison de Dottignies : Il s’agit d’une saison faite à la manière de De Ranke, ce qui signifie 100% de houblon à pleine floraison, tous cultivés localement dans la ville voisine de Warneton, y compris Hallertauer Mittelfrüh et Styrian Golding. C’est 5,5% ABV et a tendance à être amer – environ 45 IBU.

Blaugies La Vermontoise : Ce qui a commencé comme une collaboration avec Shaun Hill de Hill Farmstead est depuis devenu un incontournable pour Blaugies et l’une de ses bières les plus populaires. C’est une saison à base d’épeautre avec 6% d’alcoolémie, un peu comme la Saison d’Epeautre, mais avec une touche d’agrumes provenant de nombreux houblons Amarillo cultivés aux États-Unis.

READ  AND vs BRU Dream11 Prédiction d'équipe Belgique Pro League Captain Fantasy Anderlecht vs Club Brugge Play 11 | Indiacom

Saison Jandrain-Jandrenouille IV : Situé dans une authentique ancienne ferme du Brabant wallon, le travail quotidien du brasseur est d’exporter le houblon Yakima Chief vers l’Europe et au-delà. Tout comme La Vermontoise, la IV Saison utilise des houblons américains citronnés, mais conserve l’équilibre et le panache belge.

La (les) saison(s) de la Seine : La brasserie bruxelloise d’Yvan De Baets a interprété la saison de différentes manières, à la fois sur la base de ses recherches et sur de nouveaux houblons, de nouvelles idées et ses goûts. Le plus souvent, ils incorporaient de larges houblons nobles et la marque de Senne d’un amer élevé mais doux, comme avec La saison de Meyboom. Une version plus récente est amère, houblonnée à sec et Brett-guidé Saison du Bruwer, produit avec l’épeautre et l’enregistrement à 5,3% ABV et 60 IBU.

Saison Minne Ardenne : Produite dans les Ardennes et houblonnée à sec avec Hallertauer et Cascade, cette saison amère et lumineuse mais terreuse et funk-forward est refermentée avec une Brettanomyces souche d’abord récoltée à partir de peaux de pommes locales.

Hof ten Dormaal Lauwendries Saison : Un peu en arrière ici, puisque la brasserie fait partie d’une ferme, cette bière à 5,8% ABV est brassée avec du houblon et des céréales, notamment de l’épeautre, du blé, de l’avoine et du seigle, cultivés directement à la ferme. L’orge va chez Dingemans et revient maltée, tandis que les grains crus reçoivent une purée de céréales assez fraîche pendant la nuit qui pourrait expliquer les légères notes lactiques du citron.

READ  Bara: c'est le feu dans le lac! - Football

Bokke saison estivale : Repoussant les limites, le blender limbourgeois aime mélanger la saison Fantôme avec le lambic Girardin d’âges différents et voir ce qui se passe. Ce qui se passe, semble-t-il, est plutôt cool. Bonne chance pour trouver une bouteille.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here