Plus de 130 pays parviennent à un accord sur l’impôt minimum sur les sociétés

FRANCFORT, Allemagne (AP) – Plus de 130 pays ont accepté de modifier radicalement la façon dont les grandes multinationales sont imposées afin de les dissuader d’échapper à l’impôt en transférant leurs bénéfices vers des pays à taux plus bas.

Dans le cadre de l’accord annoncé vendredi, les pays mettront en œuvre un impôt mondial sur les sociétés d’au moins 15 % sur les grandes entreprises, collectant environ 150 milliards de dollars pour les coffres du gouvernement une fois mis en œuvre.

Le président américain Joe Biden a été l’un des moteurs de l’accord alors que les gouvernements du monde entier cherchent à augmenter leurs revenus après la pandémie de COVID-19.

« L’accord d’aujourd’hui représente une étape unique pour la diplomatie économique », a déclaré la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, dans un communiqué. Il a déclaré que cela mettrait fin à une « course vers le bas » dans laquelle les pays se surpassent les uns les autres avec des taux d’imposition plus bas.

« Plutôt que de rivaliser sur notre capacité à offrir des tarifs d’entreprise bas », a-t-il déclaré, « l’Amérique sera désormais en concurrence sur les capacités de nos travailleurs et notre capacité à innover, ce qui est une course que nous pouvons gagner. »

L’accord entre 136 pays a été annoncé par l’Organisation de coopération et de développement économiques basée à Paris, qui a accueilli les pourparlers qui y ont abouti.

L’accord se heurte à plusieurs obstacles avant de pouvoir entrer en vigueur. L’approbation par les États-Unis de la législation fiscale connexe proposée par Biden sera essentielle, d’autant plus que les États-Unis abritent bon nombre des plus grandes sociétés multinationales. Un refus du Congrès jetterait l’incertitude sur l’ensemble du projet.

READ  En bref : la responsabilité des administrateurs et dirigeants pour les défaillances d'entreprises en France

L’accord est une tentative d’aborder les façons dont la mondialisation et la numérisation ont changé l’économie mondiale. En plus de l’impôt minimum, il permettrait aux pays d’imposer une partie des bénéfices des entreprises dont les activités, telles que la vente au détail en ligne ou la publicité sur Internet, n’impliquent pas de présence physique.

De grandes entreprises technologiques américaines comme Google et Amazon ont soutenu les négociations de l’OCDE. L’une des raisons est que les pays accepteraient de retirer les impôts sur les services numériques individuels qu’ils leur ont imposés en échange du droit d’imposer une partie de leurs revenus dans le cadre du régime mondial.

Cela signifie que les entreprises seraient confrontées à un seul régime fiscal international, et non à une multitude de régimes différents selon les pays.

« Cet accord ouvre la voie à une véritable révolution fiscale pour le XXIe siècle », a déclaré le ministre français des Finances, Bruno Le Maire. « Les géants du numérique paieront enfin leur juste part d’impôts dans les pays – dont la France – où ils produisent. »

Jeudi, l’Irlande a annoncé qu’elle rejoindrait l’accord, abandonnant une politique de faible fiscalité qui a conduit des entreprises comme Google et Facebook à y implanter leurs opérations européennes.

Bien que l’accord irlandais ait été un pas en avant pour l’accord, les pays en développement ont soulevé des objections et le Nigeria, le Kenya, le Pakistan et le Sri Lanka ont indiqué qu’ils ne se joindraient pas à eux.

Les partisans de la réduction de la pauvreté et de l’équité fiscale ont fait valoir que la plupart des nouvelles recettes iraient aux pays les plus riches et offriraient moins aux pays en développement qui dépendent davantage de l’impôt sur les sociétés. Le groupe des pays en développement du G-24 a déclaré que sans une plus grande part des revenus provenant des bénéfices réaffectés, l’accord serait « sous-optimal » et « insoutenable même à court terme ».

READ  Les Britanniques seront facturés pour l'entrée en Espagne, en Allemagne et en France

L’accord sera repris par le Groupe des 20 ministres des Finances la semaine prochaine, puis par les dirigeants du G-20 pour approbation finale lors d’un sommet à Rome fin octobre.

Les pays signeraient un accord diplomatique pour mettre en œuvre la taxe sur les entreprises qui n’ont pas de présence physique dans un pays mais en tirent des revenus, par exemple grâce aux services numériques. Cette disposition affecterait environ 100 entreprises mondiales.

La deuxième partie de l’accord, le minimum global d’au moins 15 %, s’appliquerait aux entreprises de plus de 750 milliards d’euros (864 milliards de dollars) et serait incorporée dans le droit interne par les pays selon les règles modèles élaborées par l’OCDE. . Une clause complémentaire signifierait que les impôts évités à l’étranger devraient être payés dans le pays. Tant qu’au moins les principaux pays ayant leur siège social appliquent l’impôt minimum, l’accord aurait la plupart des effets souhaités.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here