Quatre républicains et quatre démocrates votent « non » au projet de loi exhortant Biden à confisquer les actifs des oligarques sanctionnés

Mercredi, huit législateurs de la Chambre ont voté contre un projet de loi largement symbolique exhortant le président Biden à confisquer les avoirs des oligarques russes sanctionnés et à utiliser les fonds pour soutenir l’Ukraine.

Législationsurnommé Asset Sequestre for Ukraine Reconstruction Act, il a été adopté par 417 voix contre 8.

Les législateurs qui ont voté contre le projet de loi sont parmi les membres les plus libéraux et les plus conservateurs de la Chambre.

Rép. Cori Bush (D-Mo.), Alexandria Ocasio-Cortez (DN.Y.), Ilhan Omar (D-Minn.), Rashida Tlaib (D-Mich.), Madison Cawthorn (RNC), Marjorie Taylor Greene ( R-Ga.), Thomas Massie (R-Ky.) Et Chip Roy (R-Texas) ont voté contre le projet de loi.

La colline a contacté les législateurs pour plus d’informations sur les raisons pour lesquelles ils n’ont pas soutenu la législation.

Le projet de loi non contraignant exhorte Biden à saisir et confisquer les avoirs appartenant à des entités étrangères dont la richesse a été en partie acquise « par la corruption liée ou le soutien politique au régime du président russe Vladimir Poutine et à l’égard duquel le président a imposé des sanctions ».

Les actifs d’une valeur supérieure à 2 millions de dollars et appartenant à des sociétés énergétiques russes ou à des particuliers étrangers dont la fortune est liée au Kremlin seront soumis au projet de loi. Le représentant Tom Malinowski (DN.J.), parrain du projet de loi, la législation disait confisquerait des villas de luxe, des yachts et des avions appartenant à des oligarques et des entreprises russes sanctionnés par les États-Unis

En vertu du projet de loi, les États-Unis auraient alors détenu, utilisé, administré, liquidé ou vendu les actifs saisis. Le projet de loi demande instamment que les fonds liquidés soient utilisés « au profit du peuple ukrainien », y compris la reconstruction post-conflit dans le pays, l’aide humanitaire, l’assistance aux forces de sécurité ukrainiennes et le soutien aux réfugiés et à l’installation des réfugiés dans le pays. autres pays.

READ  Fact Check Jake Sullivan dit que l'administrateur de Trump n'a pas traité les visas afghans pendant un an

En outre, le projet de loi suggère que les fonds liquidés soient utilisés pour des articles et des services technologiques afin d’aider à assurer la libre circulation de l’information aux Ukrainiens et à lutter contre la censure russe.

La législation propose également qu’une partie des fonds dégagés soit affectée à l’aide humanitaire et au développement pour les citoyens russes, y compris la programmation et le suivi liés à la démocratie et aux droits de l’homme.

Le projet de loi demande instamment la création d’un groupe de travail interinstitutions, dirigé par le secrétaire d’État, pour déterminer comment les États-Unis peuvent saisir et confisquer les avoirs d’étrangers ayant des liens avec la Russie.

Un projet de loi similaire du même nom a été présenté au Sénat.

L’approbation du projet de loi par la Chambre intervient un jour après que le procureur général Merrick Garland a déclaré lors d’une audience au Congrès que « nous soutiendrions une législation qui permettrait à une partie de cet argent d’aller directement en Ukraine », faisant référence au Fonds pour la confiscation des avoirs.

Il a cependant noté qu’une telle situation « n’est pas la situation actuelle avec le fonds ».

L’invasion russe de l’Ukraine en est actuellement à son troisième mois, ayant commencé le 24 février. Les États-Unis et d’autres pays ont sanctionné un certain nombre de personnes au milieu du conflit, y compris de hauts responsables russes, des banques et Poutine lui-même.

READ  Trois choses à savoir sur les mystérieux monolithes métalliques découverts dans le monde

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here