Population

MAGASINS – Le gouvernement a clarifié la liste des produits autorisés à la vente dans les supermarchés, en plus de ceux jugés «essentiels». La mesure sera appliquée à partir du 4 novembre.

Fin de l’arnaque. Le gouvernement a précisé, mardi 3 novembre, la liste des produits désormais autorisés à la commercialisation en France pour la période d’emprisonnement dans les supermarchés. Dans un arrêté précisant un précédent arrêté, publié au Journal Officiel, le gérant indique que les commerces “ne peut accueillir le public que pour des activités” qui étaient déjà autorisés, y compris la nourriture, les journaux et la papeterie, les matériaux de construction ou la quincaillerie.

A cette liste s’ajoute “la vente d’articles de toilette, d’hygiène, d’entretien et de garde d’enfants”. Les supermarchés doivent donc fermer toutes leurs étagères en proposant des produits qui n’apparaissent dans aucune des catégories précédemment citées, à savoir “tous les produits culturels, meubles, fleurs, plantes, livres ou jouets”, explique la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD) au LCI.

“Normalement, même les appareils électroménagers ne seront pas autorisés, bien qu’il puisse y avoir des détails pendant la journée”, poursuit le FCD. “Il y a aussi la question du maquillage, qu’il fasse ou non partie des produits d’hygiène.” Cependant, il devrait encore être possible de l’obtenir mardi: pour toutes ces nouvelles interdictions, le gouvernement laisse un “tolérance” jusqu’à mercredi, pour que les entreprises s’adaptent.

Calibre maximum introduit dans les supermarchés

De plus, un indicateur de capacité oblige les établissements concernés à ne pas pouvoir le faire “accueillir un nombre de clients supérieur à celui permettant à chacun de réserver une superficie de 4 mètres carrés” est réglé. La capacité d’accueil maximale doit être “vu et visible de l’extérieur” quelques magasins, précise l’exécutif. “Lorsque les circonstances locales l’exigent, le préfet de département peut limiter le nombre maximum de clients pouvant être accueillis dans ces établissements.”

Le gouvernement confirme également dans son décret que les activités domestiques sont autorisées à condition qu’elles soient également autorisées. “si elles ont été réalisées dans des établissements ouverts au public”. En particulier, les coiffeurs à domicile et les professionnels de l’esthétique sont exclus, comme l’ont annoncé lundi 2 novembre le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le ministre délégué chargé des PME, Alain Griset.

READ  dix mois avec sursis de la peine de prison demandée contre l'ancien nonce apostolique à Paris

Vers un examen dans deux semaines?

Ce dimanche soir, le Premier ministre Jean Castex a annoncé sur TF1 qu’au nom de la“équité” et la sécurité sanitaire, le gouvernement avait décidé de fermer les rayons non essentiels dans les supermarchés plutôt que de permettre aux petites entreprises de rouvrir. Il avait précisé qu’un point serait fait “dans 15 jours puis, surtout, à la date limite du 1er décembre fixée comme date limite pour cette naissance”.

Toutes les informations sur

La France de retour dans l’isolement

La fronde s’était amplifiée ces derniers jours chez les petits commerçants, contraints de fermer alors que les supermarchés peuvent rester ouverts.

Sur le même sujet

Articles les plus lus

Présidentielle américaine: ce que disent les derniers sondages quelques heures après le vote

EN DIRECT – Attentat de Vienne: Emmanuel Macron à l’ambassade d’Autriche pour exprimer sa solidarité

EN DIRECT – Élections américaines: bureaux de vote ouverts à New York et dans quatre autres États

Six lieux visés, plusieurs victimes: ce que l’on sait de l’attentat à Vienne

EN DIRECT – Covid-19: la SNCF annonce l’élimination de 70% de ses TGV