2,8 milliards d’euros, c’est la somme que les quatre opérateurs ont fini par aligner hier, le troisième et dernier jour des enchères pour les fréquences de la bande 3,5 GHz. UNE Opération 5G bien menée, qui n’a pas sombré dans la procédure d’appel d’offres comme en Italie ou en Allemagne où 6,5 milliards d’euros avaient été atteints. Mais cela mélange-t-il vraiment les cartes avec les opérateurs? Ils ont tous publié un communiqué de presse euphorique hier soir lorsque les résultats ont été annoncés. Comme s’ils avaient remporté la Coupe du monde.

Bien sûr, on pourrait dire qu’il n’y a pas de perdant. Le système a été conçu pour que chacun repart avec une grande part de tarte. Les quatre grands opérateurs se sont effectivement vu garantir la récupération d’au moins un gros bloc de 50 MHz au prix fixe de 350 millions d’euros.

Malgré tout, Orange est le gagnant et celui qui prend le plus de blocs (90 MHz) mettant 845 millions d’euros sur la table. Immédiatement derrière, SFR * démarre avec 80 MHz. Enfin, Bouygues Telecom et Free Mobile se contentent de 70 MHz. Cette différence de 10 à 30 MHz apporte-t-elle un avantage significatif à l’opérateur historique?

Orange fait plus que doubler son portefeuille

Tout d’abord, avec près de 20 millions d’abonnés, Orange compte le plus grand nombre de clients mobiles en France. Ceci est considérable et a dû acquérir des fréquences suffisantes pour maintenir la qualité du service. Il ajoute 90 Mhz à son portefeuille 4G, qui était déjà le plus grand opérateur. Jusque-là, il avait 83,5 MHz, soit 27,9% des fréquences mobiles. Plus que double son portefeuille qui sera composé de 223,5 MHz au total si l’on additionne les 50 MHz attribués à tous. A titre de comparaison, Free Mobile n’avait “que” 68,5 MHz et passe désormais à 188,5 MHz. C’est une bonne progression mais l’écart reste important.

READ  Du billet à l'embarquement, la reconnaissance faciale testée pour la première fois à l'aéroport pour simplifier le voyage du voyageur

L’opérateur historique conserve donc sa position dominante en termes de spectre. Il est important de s’en souvenir car certaines fréquences 4G peuvent être progressivement réaffectées à la 5G. Il est donc certain d’offrir un débit plus rapide que ses concurrents pour son réseau 5G. Mais pourra-t-il transformer cette force commercialement?

Le reste des épisodes semble écrit à l’avance. Confiant de son avantage et fidèle à ses habitudes, Orange ne vendra pas la 5G. Et les premières fuites sur prix de ses forfaits semblent le confirmer. Bouygues Telecom et Free Mobile pourraient être tentés de le faire. Ou en tout cas, ne procédez pas à des augmentations tarifaires. Nous attendons désormais de connaître la stratégie marketing des opérateurs. Ils pourraient imiter la Chine, la Corée du Sud et les États-Unis où des systèmes de pré-abonnement ont été proposés aux abonnés pour passer instantanément de la 4G à la 5G le jour de l’ouverture des réseaux. Je ne suis pas sûr que ça marche aussi bien ici, surtout si les Français ne sont pas au courant de la couverture à venir. Malgré tout, le fabricant de l’équipement Ericsson a révélé cette semaine que 20% des clients Il serait prêt dans notre pays à passer à la 5G d’ici 6 à 12 mois.

* 01net.com est édité par une filiale de NextRadioTV, elle-même détenue par Altice Médias.

Voir le nôtre Page spéciale 5G