Raymond Cauchetier, dont la caméra a capturé la Nouvelle Vague, décède à 101 ans

Raymond Cauchetier est né à Paris le 10 janvier 1920 d’un professeur de piano qui a élevé le garçon seul. Il n’a jamais rencontré son père, n’a eu aucune éducation au-delà du lycée, et toute sa vie il a gardé le petit walk-up du cinquième étage où il est né.

Il était proche du bois de Vincennes, où une exposition coloniale de 1931 a ouvert ses portes à l’âge de 11 ans. «Chaque nuit, je pouvais voir une réplique fidèle et brillamment éclairée du magnifique temple d’Angkor Wat à travers la fenêtre de la cuisine», se souvient-il. Il rêvait de voir un jour Angkor Wat.

Lorsque les Allemands ont envahi Paris en 1940, il s’est enfui à vélo et a rejoint la Résistance. Dans l’armée de l’air française d’après-guerre, il est affecté au service de photographe de combat au Vietnam. En 1951, il a acheté un Rolleiflex, un appareil photo populaire auprès des correspondants de guerre, et l’a utilisé pendant la plus grande partie de sa vie. Le général Charles de Gaulle lui a décerné la Légion d’honneur pour son travail sur le champ de bataille.

M. Cauchetier est resté après la fin de la guerre en 1954, prenant des photographies de personnes et de paysages au Vietnam, au Laos et au Cambodge. Son premier livre de photographies, “Ciel de Guerre en Indochine”, s’est vendu à 10 000 exemplaires. En 1956, la Smithsonian Institution a organisé une exposition de son travail, Faces of Vietnam, qui a été présentée dans des musées et des universités aux États-Unis.

READ  quand la transidentité est révélée depuis l'enfance

Son rêve d’enfance de visiter Angkor Wat s’est réalisé en 1957, lorsqu’il a créé ce que les critiques ont appelé une collection inestimable de 3000 photographies. Donné au Premier ministre Norodom Sihanouk, il a été détruit par les Khmers rouges.

De retour à Paris et incapable de trouver du travail en tant que photojournaliste, il a été engagé pour prendre des photos pour des photo-romans, un genre populaire de roman photographique. Il a rencontré M. Godard via un éditeur et a été bientôt immergé dans la Nouvelle Vague. Quand il est apparu, lui et sa femme japonaise, Kaoru, ont beaucoup voyagé en photographiant des sculptures romanes dans des décors ecclésiastiques. Elle lui survit.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here