Reborn annonce la première ligne de désencrage en France pour les films PE

Reborn, spécialiste français des emballages plastiques souples recyclés, installe sur son site d’Ogeu-les-Bains une ligne de désencrage pour le « sur-recyclage » des films grand public imprimés. Trois millions d’euros ont été investis dans l’installation de cet équipement industriel, baptisé B.Clear, qui permettra au groupe de recycler pas moins de 4 000 tonnes de film polyéthylène (PE) par an, sur un potentiel de collecte estimé à 100 000 tonnes. en Europe. Selon l’entreprise, il s’agira de la troisième installation du genre en Europe, ainsi que la première du genre en France.

Du fait de leur opacité, les encres d’imprimerie peuvent interrompre la production de matières secondaires transparentes voire provoquer un « downcycling » des films plastiques dans des sacs poubelle, empêchant ainsi la mise en place d’une économie circulaire. Mais Reborn entend changer cela avec son installation innovante qui surmonte l’obstacle des encres d’imprimerie pour produire des matériaux secondaires transparents à partir de films plastiques imprimés.

Avec sa technologie B.Clear, le fournisseur de films souples, prétend être en mesure de produire un matériau secondaire transparent à haute valeur ajoutée et de produire des films recyclés de haute qualité. La ligne de désencrage permettra également d’augmenter « de 30 % la collecte des déchets post-consommation, industriels et commerciaux et la production de matières secondaires. Cela nous permettra d’atteindre notre objectif de 35 000 tonnes de films plastiques recyclés d’ici 2025 », précise Arthur. Lepage, Président du Groupe Reborn, qui travaille actuellement avec des sociétés telles que Lactalis, Coca Cola, InBev et Unilever.

READ  Pete Doherty a l'air complètement méconnaissable alors qu'un rockeur de 42 ans promène son chien en France

Une deuxième ligne de désencrage est déjà prévue pour 2022 sur l’un des autres sites de Reborn en France. « Notre ambition est de nous positionner comme un acteur pionnier de l’économie circulaire et de démontrer que la filière française du recyclage a de l’avenir », conclut Arthur Lepage.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here