Au terme d’un match avec deux rouges et qui s’est laissé emporter après l’entrée de Camavinga, le LOSC et le Stade rennais, qui avait des ballons à trois points en fin de match, n’ont pas pu se décider (1-1) .

Lille 1-1 Rennes

Cibles: Bamba (40est) pour le LOSC // Da Silva (74e) pour le Stade rennais.

Comme Jean Gabin, il est né le 17 mai. Contrairement à Jean Gabin, il n’a pas une bouchée d’amour, mais Damien Da Silva s’en fiche. Samedi soir, à Lille, le défenseur breton, excellent tout au long du match et qui a annoncé le week-end qu’il était “Sharp comme toujours” , est apparu dans la nuit du Nord et est venu s’aventurer habilement dans une déviation de la tête du non moins brillant Eduardo Camavinga, dont l’entrée a complètement changé le visage de la soirée rennaise. Bingo: Da Silva a secoué les buts de Mike Maignan et a permis au Stade rennais de partir de Pierre-Mauroy avec le minimum: un point. Oui, samedi soir, c’est le LOSC et son public qui peuvent respirer.

Boucher et un Bamba

Si ce dernier s’était présenté à Pierre-Mauroy pour voir un bon Jonathan David servir dès le coup d’envoi et pour assister aux premières foulées françaises de Sven Botman, posées par Christophe Galtier aux côtés de José Fonte, ils avaient enfin le droit de une expérience complètement différente: un jeu amusant, rythmé, vivant, mais d’abord vidé d’éclats offensifs. Ayant décroché cette reprise avec son 4-3-3, testé lors de la dernière sortie de la saison dernière et qui permet à Steven Nzonzi d’être au centre des affaires, Julien Stéphan a immédiatement vu ses hommes imposer une forte pression à Lille, dont l’objectif était simple: bloquer l’accès à Jonathan Ikoné. Mission réussie: Lors du premier acte, l’international français n’avait qu’une dizaine de balles à gérer, où David a eu du mal à se montrer. Pour le reste on a surtout vu deux blocs se regarder dans les yeux et deux équipes peinant à se toucher: un but de Maouassa a fait rire Maignan en premier (3est), un autre Raphinha très agité n’a pas beaucoup plus effrayé le gardien nordique (13est), tandis que Renato Sanches a complètement gâché la première tentative de Lille en soirée (33est). Puis, ce Lille-Rennes, classique des débuts de Ligue 1 (les deux équipes se sont rencontrées samedi pour la cinquième fois du siècle le soir d’un premier jour, ndlr)soudainement monté en température. À 35 ansest minute, le jeune Sacha Boey décide d’envoyer son crampon dans la tempe de Reinildo avant d’être expulsé et de sortir sur une civière, le latéral droit breton tombe sur la tête suite au contact. Huit minutes plus tard, probablement encore secoué, Reinildo se fâche à son tour et coupe Raphinha: une attaque qui est logiquement punissable même par une rousse. Mais pourquoi tant de haine quand, quelques minutes plus tôt, Xeka a offert un amour profond pour Jonathan Bamba, qui n’a pas perdu de temps à ouvrir le score et à marquer son premier but en Ligue 1 en un an?

READ  Emmanuel Macron veut s'attaquer à l'islamisme "sans ambiguïté"

À Camavinga, ça change votre vie

Première certitude: le LOSC a été bien payé dans sa première période. Deuxièmement: le deuxième acte a été aussi agréable que le premier – sur l’échelle du match post-exil – et Raphinha a également ramené les bonbons sept minutes après la mi-temps, le défenseur droit rennais s’est amusé avec Bradarić avant de trébucher sur Maignan. (52est). Beau, Julien Stéphan a ensuite jeté Eduardo Camavinga sur la pelouse, tandis que Christophe Galtier voyait Botman sauver une tête de Del Castillo alors qu’il se dirigeait vers la porte (66est). Nouvelle alerte quatre minutes plus tard alors que sur le centre de Flavien Tait, Camavinga rate la reprise et le cadre (70est). Puis, la sanction: à un quart d’heure de la fin, l’espoir de l’international français, auteur d’une entrée complètement délirante dans le jeu et qui a pris les reins de Renato Sanches, est venu à la tête d’un corner sous la Le nez de José Fonte, et Damien Da Silva, XXL samedi soir, se sont levés pour égaliser logiquement (1-1, 74est). Dos au mur et privé de ballon suite à l’entrée de Camavinga, Galtier a alors tenté de déplacer ses garçons et a ramené Soumaré au milieu, mais aussi devant Araujo, dont le missile a touché la porte de Mendy (84est). Esca: la deuxième période est entre les mains du Stade rennais, qui aurait pu saisir trois points si la reprise de Terrier, déchaînée sur un autre débordement de Maouassa, n’avait pas bouclé sa course au poste de Maignan. (85est). Les regrets seront bretons.

READ  quels sont les 42 départements classés dans la zone rouge?

Lille (4-4-2): Maignan – Çelik, Fonte, Botman, Reinildo – Sanches (Soumaré, 84est), Xeka (Bradarić, 46 ansest), André (Yazici, 90 ansest), Bamba – Ikoné (Araujo, 83est), David (Yılmaz, 64 ansest). Entraîneur: Christophe Galtier.

Rennes (4-3-3): Mendy – Boey, Da Silva, Aguerd, Maouassa – Martin (Soppy, 42 ansest), Nzonzi, Bourigeaud (Camavinga, 64est) – Raphinha (Del Castillo, 64 ansest), Niang (Tait, 64 ansest), Terrier. Entraîneur: Julien Stéphan.

  • Résultats et classements de la Ligue 1

    Par Maxime Brigand