Résidence fiscale en Belgique : comment ça marche ? – Impôt

Si les règles de résidence fiscale en Belgique vous ont fait tourner la tête, vous n’êtes pas seul.

Que vous veniez de décrocher ce nouvel emploi, de démarrer votre startup ou d’acheter une entreprise existante en Belgique, la réglementation fiscale peut être compliquée.

Ajoutez à cela les lois fiscales de votre pays d’origine et savoir comment ou par où commencer est intimidant.

Vous êtes résident fiscal belge ou non-résident belge ? Votre état de résidence légale joue-t-il un rôle ? Qu’en est-il des conventions de double imposition ?

Gardez votre morceau de Économie de l’UE gâteau en satisfaisant les autorités fiscales en Belgique et dans votre pays d’origine.

Lisez la suite pour obtenir des réponses à toutes ces questions et plus encore alors que nous nous plongeons dans les règles et réglementations belges en matière de résidence fiscale.

Résidence légale et résidence fiscale en Belgique : est-ce la même chose ?

Non pas forcément.

C’est vrai votre état de résidence légale en Belgique détermine généralement vos droits et responsabilités juridiques (y compris les taxes).

Cependant, il n’y a pas nécessaire corrélation entre la résidence légale d’une personne et le lieu où elle est légalement tenue de payer des impôts sur ses revenus.

En d’autres termes, un résident de Belgique peut être considéré comme un « non-résident fiscal » et donc payer tout ou partie de ses impôts à l’étranger.

Alors, qui est considéré comme un résident de la Belgique ?

Généralement, une personne qui a établi son domicile ou son centre d’intérêts économiques en Belgique est considéré comme résident fiscal.

Si vous prévoyez de rester en Belgique plus de trois mois, la loi belge l’exige s’inscrire au bureau d’enregistrement dans la commune où vous résidez.

Enregistré en tant que tel, le Les autorités fiscales belges supposent que vous êtes un contribuable résident. Dans ce cas, vous êtes imposé sur vos revenus mondiaux, sauf si vous pouvez prouver le contraire.

Pour cela, vous devez prouver que votre lieu de résidence principale ou le centre de vos intérêts économiques reste déplacé à l’étranger.

Si l’administration fiscale belge vous considère comme un non-résident fiscal (indépendamment de votre statut de résidence légale), vous êtes imposé uniquement sur vos revenus d’origine belge.

Bien sûr, ce ne sont que les bases.

Déterminer votre statut de résidence fiscale en Belgique est un peu plus complexe. Des règles différentes s’appliquent aux personnes physiques et aux personnes morales.

Avant d’entrer dans les détails, jetons un coup d’œil sur les Conventions de Double Imposition (CDI).

Qu’est-ce qu’une convention de double imposition ? (TNT) ?

Une convention de double imposition est un accord conclu entre deux pays. Permet le élimination de la double imposition les revenus d’une personne physique ou morale dans des situations transfrontalières.

READ  Esclave d'un père fondateur des États-Unis, elle a cherché la liberté en France

Les TNT sont liés par la lois et règlements des pays contractants déterminer si une personne physique ou morale est résidente fiscale dans ces pays.

La CDI s’applique uniquement dans les cas où une personne physique ou morale est considéré comme résident fiscal dans les deux pays contractants.

Qu’est-ce qu’un résident fiscal belge selon la CDI ?

Pour répondre à cette question, il convient d’examiner de plus près le droit fiscal belge en matière de résidence fiscale tant pour les particuliers que pour les entreprises.

En tant qu’individu

Selon le Code belge des impôts sur les revenus (BITC), vous serez considéré comme résident fiscal belge si vous êtes établi en Belgique :

  • Ta maison: Défini comme le lieu où vous résidez effectivement et en permanence, où vit votre famille et où sont maintenus vos contacts personnels.

OU

  • Votre siège de richesse: Défini comme le lieu où vous gérez votre patrimoine personnel ou où se situe le centre de votre entreprise. (Pas nécessairement où se trouvent les biens et les actifs, cependant.)

En tant que résident fiscal belge, vous êtes assujetti à l’impôt sur le revenu sur tous les revenus imposables auxquels se rapporte le CIB, même si ces revenus sont perçus ou produits à l’étranger.

N’oubliez pas, votre inscription au bureau d’état civil de la commune dans laquelle vous résidez permet le
Les autorités fiscales belges supposent que vous êtes un contribuable résident.

Mais ça peut être réfuté prouver que votre domicile ou lieu de fortune n’est pas matériellement établi en Belgique.

Si vous êtes marié et que votre famille réside en Belgique, vous (et votre conjoint) êtes réputé résident fiscal irréfutable en Belgique. Cependant, il n’existe aucune disposition contraire dans la législation fiscale belge.

Bien qu’elle se résume à une analyse factuelle, la « résidence familiale » est généralement définie comme le centre des intérêts familiaux ou de la vie familiale quotidienne.

En tant qu’entreprise

En termes de BITC, une société est définie comme tout organisme, société, institution ou associationqui a la personnalité juridique et exerce des activités commerciales ou lucratives.

Une société est considérée comme résidente fiscale en Belgique si a sa propre personnalité juridiqueet remplit au moins une des conditions suivantes :

  • Elle a son siège social en Belgique: Défini comme le siège social officiel de l’entreprise indiqué par la CBE (Banque Carrefour des Entreprises) et dans « l’acte constitutif » de l’entreprise.
  • Elle a son siège principal en Belgique :Défini comme le lieu où les dirigeants d’une entreprise coordonnent, dirigent et contrôlent les activités de l’entreprise. Il peut également s’agir du siège social, à condition qu’il soit le centre de coordination, de gestion et de contrôle de l’entreprise et pas seulement le lieu où se tiennent les réunions du conseil d’administration.
  • Elle est basée en Belgique : Défini comme le lieu où se déroulent les décisions commerciales, la gestion efficace et l’administration centrale. Il est en outre défini comme le lieu où :

    • L’assemblée générale se réunit régulièrement.

    • La direction organise des réunions.

    • La société tient des registres, notamment des documents relatifs à la responsabilité, au travail et aux cotisations sociales, ainsi que des archives.

    • Les administrateurs de la société effectuent des actions pour le compte de la société ou là où la société a son compte bancaire (pour les sociétés étrangères).

    • La correspondance professionnelle est envoyée.

Bien qu’une entreprise puisse avoir de nombreux postes de direction, elle ne peut avoir qu’un seul un lieu de gestion efficace à la fois. Cela se résume à où est-ce les principales décisions managériales et commerciales nécessaires à l’activité de l’entreprise dans son ensemble sont prises. Si une société provient d’un siège belge, elle est considérée comme un résident fiscal belge au regard du droit belge.

Le résident non fiscal belge

Un non-résident fiscal belge ou un non-résident fiscal est défini par le BITC comme :

  • Une personne qui n’a pas établi son capital ou son domicile en Belgique.
  • Une personne morale qui n’a pas son siège statutaire, son établissement principal ou son siège de direction en Belgique.

En tant que non-résident fiscal en Belgique, vous ou votre entreprise n’êtes imposés que sur les revenus perçus de source belge. Cependant, vous devez informer votre percepteur des impôts de votre statut de non-résident fiscal.

N’oubliez pas que même si vous revendiquez le statut de non-résident à des fins fiscales, les autorités fiscales belges ils ont toujours le droit de prouver le contraire. Ils peuvent prouver que vous êtes admissible en tant que résident fiscal en fonction de votre situation personnelle. Voici quelques drapeaux rouges :

  • Vivre en Belgique avec un conjoint ou un partenaire

  • Ouvrir un compte bancaire belge

  • Acheter une voiture ou une maison en Belgique

Pendant aucun facteur n’est déterminant en soi, toutes les circonstances sont prises en compte par l’administration fiscale belge.

Cela dit, certains contribuables sont automatiquement qualifiés de non-résidents. Cela comprend généralement les diplomates (et les membres de leur famille), les fonctionnaires, agents et représentants d’États étrangers, les organismes régionaux et les institutions de droit public.

Alors que les résidents fiscaux belges sont imposés sur leurs revenus mondiaux,
les non-résidents ne sont imposés que sur leurs revenus professionnels belges (comme les revenus professionnels, immobiliers ou mobiles).

Tout revenu provenant de l’étranger et non de source belge est pas soumis à l’impôt belge sur le revenu.

Cela dit, en tant que non-résident fiscal, vous devez toujours déclarer vos revenus à l’étranger sur votre déclaration fiscale belge.

Le taux d’imposition moyen applicable au revenu imposable (d’origine belge) est de calculé sur le revenu imposable et exonéré. C’est ce qu’on appelle la méthode d’exemption de progression.

Les revenus de placement (provenant de l’étranger ou en Belgique) sont
généralement exclus de ce revenu imposable global. Toutefois, dans certaines circonstances, les revenus de placement peuvent toujours être soumis à l’impôt belge.

Les impôts des non-résidents sur les revenus d’origine belge sont perçus selon les mêmes règles et taux que les impôts normaux pour les résidents belges. Ce exclut certaines réductions d’impôt fédéral qui sont ignorés ou limités.

Bien sûr, il y a toujours des exceptions.

Par exemple, si un non-résident fiscal possède un bien immobilier en Belgique ou reçoit 75% ou plus de son revenu professionnel mondial d’une source belge, il a droit aux mêmes avantages fiscaux et déductions que les résidents fiscaux belges.

En tant que résident fiscal non belge, vous n’êtes pas assujetti aux taxes communales. Au lieu de cela, un impôt fédéral forfaitaire sur le revenu de 7% s’applique (calculé sur le revenu imposable en Belgique).

Tirez le meilleur parti de votre résidence fiscale en Belgique

Les règles de résidence fiscale en Belgique peuvent sembler assez complexes au premier abord. Mais une fois que vous comprendre les fondamentaux,il est beaucoup plus facile de tourner la tête.

La résidence légale en elle-même n’équivaut pas nécessairement à la résidence fiscale en Belgique. Si vous revendiquez le statut de non-résident, vous devez toujours le prouver.

Alignez vos canards et tirer le meilleur parti de votre statut de résident fiscal en Belgique.

Une stratégie d’optimisation fiscale sur mesure peut vous aider à réduire légalement vos impôts—Si vous êtes un particulier, une société, un résident fiscal ou un non-résident fiscal. Vous pouvez en savoir plus ici.

Restez du bon côté des autorités fiscales belges et assurez-vous de bien comprendre votre résidence fiscale, vos droits et vos responsabilités.

Le contenu de cet article est destiné à fournir des indications générales sur le sujet. Il convient de demander l’avis d’un spécialiste sur les circonstances particulières.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here