Si elle se prétend elle aussi féministe, Marlène Schiappa ne partage en aucun cas les thèses avancées par Alice Coffin. L’élu militant et écologiste de Paris a en effet créé la polémique en écrivant dans son livre, Génie lesbien, que les femmes devaient “retirer” Hommes. “Éliminez-les de nos esprits, de nos images, de nos représentations”, dit le militant, s’assurant qu’il n’a pas lu, pour sa part, “Plus de livres” les hommes, ils ne regardaient pas “Plus leurs films”, il n’écoutait pas “Plus leur musique”.

“C’est exactement ce que nous blâmons les hommes”

Observations dangereuses et inquiétantes selon la ministre de la Citoyenneté, Marlène Schiappa. «Je suis en désaccord sur la solution à apporter aux inégalités entre les femmes et les hommes. Alice Coffin dit qu’il faut «éliminer» les hommes du paysage. C’est une forme d’apartheid qui exige. Je suis évidemment contre “, a souligné l’ancien secrétaire d’État à l’égalité des sexes, le Radio classique.

«Le féminisme, pour moi, demande que les femmes ne se voient pas attribuer leur sexe. Il n’assigne même pas les hommes à leur sexe. Nous ne pouvons pas dire, parce que vous êtes devant moi et que vous êtes un homme, que ce que vous allez dire est nécessairement mauvais, invalidé “, a déclaré Marlène Schiappa. “C’est exactement ce que les hommes sont accusés de faire à certains pendant longtemps”, il voulait se souvenir. “Le projet de la République est tout le contraire: c’est le partage, les femmes et les hommes, indifféremment, le même espace de travail, comparaison de la vie, des transports, des loisirs …” conclut-il.

READ  Un système d'accompagnement des parents en cas de fermeture de classe

Cependant, Marlène Schiappa a tenu à préciser que sa “Il ne pardonne pas le harcèlement évoqué (Alice Bara) est victime sur les réseaux sociaux ” depuis la publication de son livre. “Vous pouvez être en désaccord avec les gens et continuer à parler calmement”, a assuré le ministre.

Au-delà des critiques et des menaces qu’elle a reçues, les propos d’Alice Coffin ont également conduit à son licenciement de l’Institut Catholique de Paris, où la militante féministe a jusqu’à présent enseigné le journalisme.