Selon une enquête, la crise du coût de la vie provoquera des troubles sociaux dans toute l’Europe – EURACTIV.fr

Un nouveau sondage a révélé l’ampleur de la crise du coût de la vie à laquelle sont confrontés les Européens, indiquant qu’une majorité d’électeurs dans les quatre plus grands pays d’Europe s’attendent à des troubles sociaux et à des manifestations publiques au cours du mois à venir.

L’enquête, publiée par More in Common vendredi 2 septembre, a été menée par YouGov, qui a interrogé plus de 7 000 personnes en France, en Allemagne, en Pologne et au Royaume-Uni. Au Royaume-Uni et en Pologne, plus de 70 % déclarent que le coût de la vie est désormais le problème le plus important auquel leur pays est confronté.

La crise ne manquera pas non plus d’entraîner une augmentation du nombre de familles vivant dans la pauvreté.

En France et en Pologne, seul un sur 20 déclare bien faire face à la hausse des prix, contre un sur cinq au Royaume-Uni et en Allemagne.

Selon l’enquête, une personne sur cinq au Royaume-Uni, en France et en Pologne déclare utiliser son épargne pour payer ses factures, et une personne sur 10 saute des repas.

Une majorité dans les quatre pays a déclaré être préoccupée par les troubles sociaux, allant de 57% au Royaume-Uni à 75% en Pologne. En France, quant à eux, quatre personnes sur 10 ont déclaré vouloir voir le retour des Gilets jaunes, un mouvement de protestation qui a émergé en 2018 principalement en réponse à la hausse des prix du carburant.

À la suite des sanctions économiques et politiques imposées à la suite de l’invasion de l’Ukraine en février, la Russie a décidé de réduire drastiquement l’approvisionnement en gaz de l’Europe, provoquant une forte hausse des prix de l’énergie.

READ  Le chef des Nations unies, au Liban en crise, critique ses dirigeants

Le Royaume-Uni aura un nouveau Premier ministre lundi prochain (5 septembre), la secrétaire aux Affaires étrangères Liz Truss étant la favorite pour remplacer Boris Johnson. Le gouvernement a déjà offert une subvention de 400 £ pour les factures d’électricité étalée sur six mois à partir de septembre. Cependant, Truss, ou son rival Rishi Sunak, subiront immédiatement des pressions pour proposer de nouvelles mesures de soutien public.

Les trois politiques publiques les plus populaires que les gouvernements devraient introduire étaient une réduction de la TVA, des plafonds de prix sur les factures d’énergie et de nouvelles mesures pour rendre les transports publics moins chers ou gratuits. Au Royaume-Uni, plus de 85 % des répondants soutiennent ces trois politiques.

Les électeurs sont également impatients de voir les taxes sur les bénéfices inattendus réalisés par les sociétés énergétiques. 85% soutiennent cette politique au Royaume-Uni, alors que trois personnes sur quatre la soutiennent en France et en Allemagne.

Il y a aussi un mécontentement généralisé à l’égard de la réponse du gouvernement à la crise. En Pologne, les électeurs rejettent la plus grande part de responsabilité sur leur propre gouvernement, tandis que les électeurs britanniques sont les plus critiques à l’égard des sociétés d’énergie et d’électricité. La Russie est la principale source de culpabilité en France et en Allemagne.

En France, le Rassemblement National est le parti auquel la plupart des gens font confiance en matière de coût de la vie.

De nombreux pays de l’UE ont réexaminé leur mix énergétique ces derniers mois, certains envisageant d’augmenter leur exploitation pétrolière et gazière. Ceci, à son tour, a fait craindre que certains pays tentent de retarder les engagements de réduction des émissions climatiques lors du sommet COP27 en Égypte en novembre.

READ  Lidl baisse le prix de son Monsieur Cuisine Connect, à nouveau le 3 décembre 2020

Ce serait une erreur, selon l’enquête, qui révèle que près des deux tiers des personnes dans tous les pays imputent en partie l’augmentation actuelle des factures énergétiques à la lenteur de leur gouvernement à investir dans les énergies renouvelables et ne pensent pas que les gouvernements devraient retarder leurs engagements contre le changement climatique.

En France, en Allemagne et au Royaume-Uni, l’importance du changement climatique est restée stable, voire a augmenté, malgré la crise du coût de la vie et les politiques vertes sont largement considérées comme un élément clé de la solution à la crise actuelle.

La plupart s’accordent partout pour dire que retarder nos engagements de lutte contre le changement climatique ne ferait qu’alourdir la facture énergétique à moyen et long terme.

[Edited by Nathalie Weatherald]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here