Situation en Biélorussie : la position de la France

Comme l’Union européenne, la France ne reconnaît pas la légitimité d’Alexandre Loukachenko et soutient les mouvements démocratiques.

L’Union européenne a adopté plusieurs ensembles de sanctions contre des individus et entités impliqués dans la falsification des élections d’août 2020, la répression politique, le transfert de migrants aux frontières de l’UE à l’automne 2021 et d’autres actions déstabilisatrices du régime d’Alexandre Loukachenko.

Depuis le début de la crise, les États membres de l’Union européenne ont adopté 5 paquets de sanctions : interdictions de voyager et gel des avoirs ont été imposés à 183 personnes et 26 entités.

Des sanctions sectorielles ont également été introduites à la suite du détournement du vol Athènes-Vilnius Ryanair le 23 mai 2021 et de l’arrestation du journaliste Roman Protassevich.

En outre, l’UE a apporté son soutien à la population biélorusse et a élaboré un programme de soutien économique de 3 milliards d’euros pour accompagner une éventuelle transition démocratique dans le pays.

En 2020 et 2021, la France a été l’un des pays qui ont activé le mécanisme de Moscou et le mécanisme de Vienne au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) afin d’enquêter sur les violations des droits de l’homme commises avant et après les élections du 9 août 2020. Il a également soutenu le renforcement du mandat du Haut Commissaire chargé d’enquêter sur ces violations au sein du Comité des droits de l’homme des Nations unies.

Les ressources consacrées au soutien de la société civile biélorusse ont été augmentées. L’action de la France s’est concentrée sur le soutien aux étudiants biélorusses, particulièrement actifs lors des manifestations post-électorales, à travers un programme de bourses et le soutien aux étudiants exilés à Varsovie et Vilnius. Plusieurs représentants de l’opposition démocrate ont été invités à Paris pour rencontrer nos autorités, à commencer par Pavel Latushko en avril et décembre 2021 et Svetlana Tikhanovskaya en septembre 2021 et février 2022.

READ  La Task Force répond à la lenteur de l'introduction du vaccin en Belgique

Plus d’un an et demi après le début du mouvement de contestation, le régime d’Alexandre Loukachenko n’a fait aucune concession. Au niveau institutionnel, les perspectives d’un dialogue inclusif et d’une véritable réforme constitutionnelle se sont amoindries alors qu’Alexandre Loukachenko s’efforçait de consolider son pouvoir. Cela a conduit à une aggravation de la répression de toutes les composantes de la société civile. Il y a maintenant plus de 1 000 prisonniers politiques. Depuis août 2020, entre 100 000 et 200 000 personnes ont fui la Biélorussie et le pays a connu un nombre record d’arrestations (plus de 35 000).

Relations extérieures

Le resserrement du régime biélorusse est venu avec le renforcement des relations entre Minsk et Moscou en vertu du traité sur l’établissement de l’état de l’Union signé entre les deux pays en 1999, qui prévoit enfin la création d’une confédération. Les concessions biélorusses les plus importantes étaient dans le domaine militaire.

Parallèlement, les relations avec les pays occidentaux se sont rapidement détériorées après le vote controversé du 9 août 2020.

La relation avec l’UE a été particulièrement affectée par le détour le 23 mai 2021 d’un vol Ryanair et le déclenchement, par Minsk, d’une crise migratoire aux frontières avec la Pologne, la Lituanie et la Lettonie à l’automne 2021.

Quatre ambassadeurs européens et le chef de la délégation de l’UE ont été contraints de quitter la Biélorussie par les autorités.

Le 17 octobre 2021, l’ambassadeur de France a été contraint par les autorités biélorusses de quitter le pays suite au refus de la France de présenter ses lettres de créance à Alexandre Loukachenko.

READ  Huawei Nova 9 – Offrir une expérience premium

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here