Six États du Golfe avertissent Netflix d’un contenu qui viole les « valeurs islamiques » | Droits LGBTQ+

Un groupe d’États du golfe Persique menacé Netflix avec des poursuites s’il continue à diffuser des contenus qui « contredisent » l’islam, tandis que les médias d’État saoudiens ont indiqué que le matériel offensant était centré sur des émissions mettant en scène des minorités sexuelles.

Une déclaration publiée conjointement par le régulateur saoudien des médias et le Conseil de coopération du Golfe (CCG), composé de six membres, basé dans la capitale saoudienne, Riyad, n’a pas identifié spécifiquement le matériel, se référant uniquement au contenu qui « contredit les valeurs islamiques et sociales » .

« La plateforme a été contactée pour supprimer ce contenu, y compris le contenu destiné aux enfants », indique le communiqué.

Les autorités régionales « suivront la conformité de la plateforme avec les directives et, dans le cas où les contenus illégaux continueront à être transmis, les mesures législatives nécessaires seront prises ».

Le Conseil de coopération du Golfe comprend Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, Arabie Saouditeet les Emirats Arabes Unis.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de Netflix.

Bien que le CCG n’ait pas spécifiquement identifié le contenu jugé offensant, un segment de la chaîne d’information publique saoudienne Al-Ekhbariya a déploré « les films et séries pour enfants avec des scènes faisant la promotion de l’homosexualité sous couverture dramatique via Netflix ».

Un avocat a déclaré dans une interview diffusée qu’il s’agissait de « clips très malheureux et douloureux pour nos enfants, petits-enfants et la prochaine génération ».

Un segment séparé, également sur Al-Ekhbariya, a montré des extraits de l’émission animée Jurassic World Camp Cretaceous dans laquelle deux personnages féminins s’embrassent, alors même que la chaîne a flouté leurs visages.

La chaîne a interviewé un « consultant en famille et en éducation » autoproclamé qui a déclaré que du matériel offensant « se faufilait dans nos maisons » et que le pays faisait face à une « crise de censure ».

Les pays du Golfe se sont heurtés à plusieurs reprises aux distributeurs de films américains à propos de contenus liés aux minorités sexuelles, en particulier dans les films.

Les Émirats arabes unis ont interdit en juin le film d’animation Disney Lightyear qui présente un baiser lesbien.

Les Émirats arabes unis sont considérés comme l’un des pays les plus libéraux de la région du Golfe, bien que des films à contenu pour adultes soient régulièrement coupés ou montés.

L’Arabie saoudite, qui n’a ouvert ses salles qu’en 2017, a demandé à Disney en avril de supprimer les « références LGBTQ » dans le film de super-héros Marvel Doctor Strange in the Multiverse of Madness.

Disney ne s’est pas conformé et le film n’a pas été projeté dans le royaume.

En juin, les médias d’État saoudiens ont filmé des responsables saisissant des jouets et des vêtements aux couleurs de l’arc-en-ciel dans des magasins de la capitale dans le cadre d’une répression contre l’homosexualité, qui est une infraction capitale potentielle en Arabie saoudite.

Les articles ciblés lors des raids comprenaient des arcs, des jupes, des chapeaux et des étuis à crayons aux couleurs de l’arc-en-ciel, dont la plupart étaient apparemment conçus pour les jeunes enfants.

Avec l’Agence France Presse

READ  La Barbade rompt ses relations avec la reine Elizabeth II et devient une république avec une grande cérémonie

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here