St. John’s accueille le nouveau groupe d’étudiants internationaux

23 août 2022

Débordant d’optimisme et motivés par les possibilités d’une éducation à l’Université St. John’s, un certain nombre d’étudiants internationaux ont entamé le processus de transfert le lundi 22 août, convaincus que le choix du collège était le bon.

La cohorte internationale a lancé la période de transfert du semestre d’automne. D’ici le samedi 27 août, la plupart des étudiants universitaires seront logés dans les résidences, avant la rentrée officielle le mercredi 31 août.

« Je suis ravie de voir comment je me développe sur le plan académique et sportif », a déclaré Nora Haugen, une étudiante-athlète de première année de 19 ans de Sandnes, en Norvège, située à 325 miles de la capitale Oslo. « Tout le monde est là pour m’aider à devenir le meilleur étudiant possible, ainsi que le meilleur athlète. »

Nora, une athlète d’athlétisme, espère participer au 400 m en tant que membre de St. John’s Athlétisme féminin équipe. Entre-temps, il a l’intention d’étudier la biochimie au St. John’s College of Liberal Arts and Sciences.

Elle a dit qu’elle avait été attirée à l’université par la possibilité de se former Allian Pompeo, directeur de l’athlétisme et du cross-country, et la proximité de l’université avec Manhattan. Nora est arrivée à New York la semaine dernière et a passé cinq jours en tournée avec sa mère.

« J’ai vu la ville comme le ferait un touriste ; peut-être que maintenant je peux être plus comme un local », a-t-il plaisanté.

Près de 50 pays sont représentés dans la cohorte d’étudiants internationaux de St. John’s en 2022-2023. Certains viennent d’aussi loin que l’Australie et le Vietnam ; d’autres du Canada et des pays des Caraïbes. Tous les continents sauf l’Antarctique sont représentés.

READ  Le CDC approuve les vaccinations de rappel du vaccin Covid pour tous les adultes

Une autre athlète, Quitterie Dujardin, a également déménagé le 22 août. Quitterie, de Gif-sur-Yvette, en France, à environ une heure de Paris, participe à des compétitions de haies et a rencontré pour la première fois Mme Pompey, son nouvel entraîneur.

Entrant à St. John’s en tant qu’étudiant de troisième année, Quitterie obtiendra un baccalauréat en études libérales du Collège d’études professionnelles Lesley H. et William L. Collins avec l’ambition de fréquenter une école de médecine. Il a complété deux années d’études collégiales dans sa ville natale.

« Je voulais trouver une université avec un excellent programme d’athlétisme », a déclaré Quitterie. « Les entraîneurs de St. John’s ont été formidables en m’aidant dans le processus international. Ils étaient un réel avantage ».

Avoir hâte de Champ commémoratif DaSilva, il s’est exclamé : « C’est la piste ! Oh! »

Quitterie a été rejoint par plusieurs autres étudiants français alors qu’ils emmenaient leurs affaires dans les résidences. Parmi eux se trouvait Maxime Boulland, 21 ans, de Reims, en France, près de la frontière belge. Maxime a découvert St. John’s grâce à la NEOMA Business School en France, où il a passé ses deux premières années à l’université.

En apprenant que St. John’s était à New York, il a été vendu. Maxime fréquente le Peter J. Tobin College of Business.

« New York est une ville que j’adore », a-t-il déclaré. « J’étais vraiment intéressé par St. John’s une fois qu’on m’a offert l’occasion d’y participer.

Comme Maxime, Mathilde Lefeuvre, de Morainvilliers, France, est une ancienne étudiante de NEOMA qui entre à St. John’s en troisième année. Elle avait initialement l’intention de terminer son diplôme de quatre ans dans une université de Pékin, en Chine, mais a déménagé à St. John’s alors que la pandémie de COVID-19 s’aggravait en Asie.

READ  EXCLUSIF Les contrôles de Moscou sur les étrangers qui échangent des biens russes suscitent des inquiétudes quant à la dévaluation

Mathilde dit ne pas regretter d’avoir changé de cap.

« S. John’s était attrayant à cause de New York, mais aussi parce que j’ai ici des amis de France », a-t-il déclaré.

Il participera également à Tobin. Mais contrairement à beaucoup de ses pairs d’origine française, il ne partagera pas de chambre avec des étudiants de son pays d’origine. Au lieu de cela, il sera avec plusieurs étudiants nés aux États-Unis. Mathilde pense que cela l’aidera à déménager sur un campus de New York.

« Je pense que le fait de ne pas avoir de colocataires français m’aidera à améliorer mon anglais », a déclaré Mathilde. « Je suis ravi ».

L’orientation des étudiants internationaux se poursuit jusqu’au lundi 29 août, avec une série d’événements informatifs, notamment des aperçus de la culture de classe américaine, de la vie dans la région de New York et des problèmes de bien-être des étudiants. Il y aura également une soirée cinéma, un jeu laser, un déjeuner d’étudiants internationaux et d’autres événements de divertissement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here