TIFFANY: BRUNO LE MAIRE A REFUSÉ UNE DEMANDE D’AIDE DE LVMH, RAPPORTE LE WSJ

(Reuters) – LVMH a demandé en vain au ministre français de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire de l’aider à trouver une issue à son projet de fusion avec le joaillier américain Tiffany, a rapporté jeudi le Wall Street Journal. citant des hauts fonctionnaires français.

Le géant français du luxe, qui a annoncé mercredi dernier l’abandon de cette opération estimée à 16,2 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros), déclare n’avoir jamais contacté Bruno Le Maire, parlant de malicieux et totalement sans fondement.

LVMH a indiqué avoir lu une lettre du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lui demandant de reporter l’opération au-delà du 6 janvier “en réponse à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis”. Jean-Jacques Guiony, CFO de LVMH, a déclaré que cette lettre non sollicitée avait surpris son groupe.

Des responsables français cités par le Wall Street Journal affirment que LVMH a contacté Bruno Le Maire à propos du projet Tiffany avant que Jean-Yves Le Drian envoie sa lettre.

LVMH a demandé au ministre de l’Économie et des Finances d’écrire une lettre susceptible de jeter les bases d’une renégociation ou d’un retrait de LVMH, et Bruno Le Maire a refusé, ajoutent des sources citées par le journal américain.

Le patron de Bercy mène actuellement des négociations avec les États-Unis sur l’introduction d’une taxe numérique en France, que Washington rejette en menaçant de sanctionner un certain nombre de produits français.

(Rédigé par Bangalore, édité par Jean-Stéphane Brosse)

READ  La justice suspend l'acquisition par Veolia des parts d'Engie dans Suez