Titre SailGP toujours à portée de main

Le navigateur néo-zélandais Blair Tuke a accueilli le défi d’Alinghi lors de la prochaine Coupe de l’America après 11 ans d’absence, mais il est toujours impressionné par son avenir dans l’épreuve.

S’exprimant avant la prochaine manche de SailGP à Sydney, Tuke n’a pas été exigeant sur ses plans futurs pour l’America’s Cup.

Tuke et Peter Burling sont impliqués dans le Sail GP sur le long terme, mais comme Tuke, Burling n’a pas encore annoncé s’il prévoyait de se réengager dans l’America’s Cup.

« Plus il y a de challengers dans l’America’s Cup, mieux c’est, c’est bon pour le sport de la voile », a déclaré Tuke.

Tuke revient à l’eau vendredi dans l’avant-dernière manche du Sail GP où l’équipe néo-zélandaise cherche un retour en forme dans l’eau. Actuellement à la cinquième place, Tuke pense que leur saison est loin d’être terminée.

Blair Tuke pense que le titre SailGP est toujours à leur portée.
Photo: Bob Martin pour SailGP

En tête de la série à grande vitesse se trouve l’Australie avec le skipper Tom Slingsby suivi des États-Unis de Jimmy Spithill en deuxième position, le Japon et la Grande-Bretagne en troisième et quatrième place, devant la Nouvelle-Zélande. L’Espagne, le Danemark et la France complètent le classement.

Tuke espère utiliser les courses de vendredi comme tremplin pour entrer dans les trois premiers du classement général de la course. Un bon résultat dans cette manche permettrait à son équipage de viser le titre Sail GP à San Francisco en finale.

« Dans l’ensemble, je suis assez fier de la façon dont l’équipe a progressé cette année. Il a été assez difficile de gagner en cohésion et en dynamique grâce à de nombreuses rotations avec les Jeux olympiques », a déclaré Tuke.

READ  Pays de Galles vs Belgique en direct : comment regarder les éliminatoires de la Coupe du monde en ligne et à la télévision ce soir

« Mathématiquement, il est toujours possible d’entrer dans les trois premiers. Une fois que vous atteignez les trois derniers, vous avez une chance de gagner.

Une connaissance des conditions de course du vendredi et du samedi sera un atout.

« Nous avons navigué dans le port de Sydney sur plusieurs bateaux différents au sein de l’équipe. Pete et moi au cours des premiers jours avec les 49ers en 2009 et 2010. Nous nous sommes beaucoup entraînés avec les garçons australiens et avons passé beaucoup de temps ici. »

Tuke dit que de fortes brises sont attendues pour le deuxième jour de course, proche de la limite de ce que les bateaux Sail GP peuvent gérer.

« C’est la brise marine d’été classique du port de Sydney. Ça va être une belle navigation, c’est sûr. »

« Il y a tellement de bateaux dans le port que vous aurez toujours du ressac et des vagues qui rendent le contrôle du foil un peu difficile. »

Tuke est ravi de l’annonce ce mois-ci de huit événements SailGP dans le calendrier mondial des courses. À partir de 2023, une étape néo-zélandaise du circuit alternera entre Christchurch et Auckland, au moins jusqu’en 2026.

« Avec l’accord de quatre ans en Nouvelle-Zélande, on dirait qu’il prend vraiment de l’élan dans le sport. J’espère qu’il y en a quelques autres à ajouter. »

-RNZ

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here