trésors pillés commencent un long voyage de retour de France | Mode de vie

PARIS – Plus d’un siècle après que les troupes coloniales françaises eurent pillé un palais royal d’Afrique de l’Ouest et pris ses trésors, le président français Emmanuel Macron a commencé mercredi le transfert officiel de 26 de ces artefacts au Bénin dans le cadre du premier acte de restitution à grande échelle à l’Afrique par une ancienne puissance coloniale européenne.

Macron s’est exprimé lors d’une cérémonie au musée du quai Branly à Paris, où les objets sont exposés pour la dernière fois, jusqu’à dimanche. Le président achèvera le transfert lors d’une cérémonie de signature avec le président béninois Patrice Talon à l’Elysée, après quoi les trésors quitteront définitivement la France.

Le retour des objets est le résultat tangible et puissamment symbolique d’une confluence d’événements en Europe : une confrontation tardive avec son passé colonial, alimentée par une remise en cause contemporaine du sexisme, du racisme et d’autres inégalités sociales.

Cet examen a été particulièrement tendu en France, qui a maintenu des liens étroits avec ses anciennes colonies en Afrique des décennies après leur indépendance officielle. La restitution fait partie de la tentative de Macron de rétablir les relations avec eux, alors même qu’il tentait de détourner une réaction conservatrice à l’échelle nationale.

« Le but de cette aventure n’est pas que la France se débarrasse de tout le patrimoine d’autrui. Ce serait un spectacle terrible », a déclaré Macron lors de la cérémonie.

Les points forts de la collection comprennent une effigie en bois de Behanzin représenté comme un homme et un requin, une paire de trônes en bois élaborés et quatre portes peintes du palais.

À leur arrivée au Bénin, les artefacts seront initialement exposés dans un complexe muséal de la ville de Ouidah, où les esclaves étaient autrefois commercialisés par les Portugais. Ils seront ensuite transférés dans l’ensemble du palais royal d’Abomey, où un nouveau musée est en construction. Les deux musées font partie des bénéficiaires d’un milliard d’euros, soit environ 1,16 milliard de dollars, dépensé depuis 2016 dans les infrastructures culturelles du pays pour tenter de transformer le Bénin en destination touristique, a indiqué le ministre des Affaires étrangères du pays, Aurélien Agbénonci, lors de la cérémonie à Paris. .

Les événements de mercredi ont marqué le début d’un nouveau chapitre crucial dans un processus qui a débuté en 2017, lorsque Macron a déclaré dans un discours au Burkina Faso qu’il ne pouvait « accepter qu’une grande partie du patrimoine culturel de plusieurs pays africains se trouve en France ». .  » Il commande alors un rapport sur la restitution à deux experts, l’historienne Bénédicte Savoy et l’économiste Felwine Sarr.

Savoie et Sarr ont recommandé en 2018 que « tout objet pris de force ou prétendument acquis à des conditions abusives » par les militaires, les explorateurs scientifiques ou les administrateurs français entre la fin des années 1800 et les années 1960 soit restitué, si leurs pays d’origine l’exigeaient.

Au cours de l’année écoulée, l’Allemagne a annoncé la restitution de quelque 1 100 bronzes du Bénin, des sculptures inestimables saisies lors d’un raid britannique de 1897 sur ce qui était alors connu sous le nom de Royaume du Bénin, dans l’actuel Nigeria. Un comité néerlandais a recommandé le retour inconditionnel de tout objet volé aux anciennes colonies des Pays-Bas, et le Musée africain de Belgique a entamé des pourparlers pour restituer les objets pillés à la République démocratique du Congo.

Emmanuel Kasarhérou, président du musée du quai Branly, a indiqué qu’en plus du Bénin et du Sénégal – auxquels la France a rendu une épée historique en 2019 – d’autres pays ont soumis des demandes formelles de retour aux autorités françaises : Madagascar, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Mali et Tchad. Ces demandes ont été étudiées par des experts muséaux français en collaboration avec les équipes de chacun de ces pays.

Le principal facteur à considérer était de savoir si les objets avaient été pris sans consentement, a-t-il déclaré.

« Il est difficile pour un Français d’aller au British Museum et de dire ‘Rendez-nous tout l’art français’ ou pour un Néerlandais d’aller au Metropolitan Museum of Art et de dire ‘Rendez-nous tout ce qui est hollandais’. Cela n’a pas de sens », a-t-il ajouté.

« Le mot ‘restitution’ s’applique aux objets qui ont été acquis illégalement », a déclaré Kasarhérou.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here