Twitter commence des licenciements massifs alors que Musk déploie une refonte

Publié le:

Des milliers d’employés de Twitter ont reçu l’ordre de rester chez eux vendredi en attendant une série de licenciements revigorants qui pourraient voir la moitié de leur masse salariale réduite alors que le nouveau propriétaire Elon Musk lance sa refonte majeure de l’entreprise.

Un e-mail à l’échelle de l’entreprise vu par l’AFP a déclaré Twitter des employés ils recevraient des nouvelles de leur avenir dans l’entreprise par e-mail dès le début de l’activité le vendredi, Californie temps.

Tuer fait partie de Moussela volonté de trouver un moyen de payer l’accord gigantesque de 44 milliards de dollars pour lequel il a contracté des milliards de dollars de dettes et vendu 15,5 milliards de dollars de Tesla actions, son électrique voiture agence.

Musk, le chef de Tesla et SpaceX, s’est efforcé de trouver de nouvelles façons pour Twitter de gagner de l’argent après son achat gigantesque, y compris l’idée de facturer aux utilisateurs 8 $ par mois pour les comptes vérifiés.

Ces mesures aideraient à surmonter la perte potentielle d’annonceurs, la principale source de revenus de Twitter, de nombreuses grandes marques mondiales suspendant leurs achats publicitaires, effrayées par le mépris notoire de Musk pour la modération du contenu.

Le magnat mercurial s’est plaint vendredi sur Twitter d’une « énorme baisse de revenus » qu’il a attribuée à des « groupes d’activistes » qui faisaient pression sur les annonceurs.

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour apaiser les militants. Extrêmement foiré ! Ils essaient de détruire la liberté d’expression en Amérique », a-t-il ajouté.

Cela semblait faire référence à la récente réunion de Musk avec des groupes de défense des droits civiques au cours de laquelle il craignait que Twitter n’ouvre la porte aux discours de haine.

READ  Voitures électriques: "Dacia doit s'électrifier, mais pas à grande vitesse"

Dans un effort pour calmer ses nerfs, Musk a promis que Twitter ne deviendrait pas un « paysage d’enfer gratuit pour tous », mais sa promesse a été rapidement suivie d’un tweet diffusant une théorie du complot sur une agression contre le mari du président de la Chambre des États-Unis.

Bien qu’elle soit extrêmement influente auprès des experts et des célébrités, la société californienne a longtemps lutté pour générer des bénéfices et n’a pas réussi à suivre Facebook, Instagram et TikTok pour acquérir de nouveaux utilisateurs.

« Dans un effort pour mettre Twitter sur une voie saine, nous allons passer par le processus difficile de réduction de notre main-d’œuvre mondiale », indique le courrier électronique de l’entreprise.

L’e-mail n’a pas fourni de chiffre, mais le Washington Post et le New York Times ont rapporté qu’environ la moitié des 7 500 employés de Twitter, principalement basés à San Francisco, seront licenciés.

‘Retour à la maison’

L’entreprise a déclaré que pour « assurer la sécurité » des employés et des données sensibles, les bureaux principaux resteront fermés et tout accès aux badges suspendu.

« Ceux qui se rendent au bureau devraient faire demi-tour et rentrer chez eux », a ajouté l’e-mail.

Il a également déclaré que ceux qui étaient encore employés dans l’entreprise le découvriraient sur leur courrier électronique professionnel, tandis que ceux qui se présenteraient à la porte seraient informés sur leur courrier électronique personnel.

Certains travailleurs avaient déjà commencé à connaître leur sort et se sont rendus sur Twitter pour saluer leurs collègues.

« Alerte spoiler : je n’ai pas de travail », a tweeté l’ancien employé Blake Herzinger alors que d’autres ont signalé avoir perdu l’accès aux serveurs et aux comptes de messagerie de l’entreprise.

READ  Que sont les NFT? Tout ce que vous devez savoir sur les objets de collection cryptés

Les employés de Twitter se préparent à ce genre de mauvaises nouvelles depuis que Musk a finalisé son acquisition à la fin de la semaine dernière et a rapidement décidé de dissoudre son conseil d’administration et de licencier son directeur général et son directeur général.

Vers la fin de jeudi, un groupe de cinq employés de Twitter qui avaient déjà été licenciés ont déposé un recours collectif contre l’entreprise au motif qu’ils n’avaient pas reçu le délai de préavis de 60 jours requis par la loi.

Le procès fait référence à la loi américaine sur l’ajustement et la reconversion des travailleurs (WARN), qui donne aux travailleurs le droit d’être prévenus en cas de licenciements massifs ou de fermetures d’usines.

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here