Un tsunami frappe les Tonga après une éruption volcanique | Nouvelles | DW

Samedi, l’île pacifique des Tonga a subi une éruption volcanique majeure, suivie d’un tsunami qui a inondé des parties de la capitale, Nuku’alofa.

L’onde de choc a atteint une hauteur de 2,7 pieds (83 centimètres) à Nuku’alofa, selon le Pacific Tsunami Warning Center basé aux États-Unis. Il n’y a pas encore d’informations sur les dégâts ou les victimes.

Les images satellites ont montré d’énormes nuages ​​de cendres et des ondes de choc se propageant depuis le volcan Hunga Tonga-Hunga Haʻapai.

Les habitants du Pacifique Sud, y compris la Nouvelle-Zélande, ont ressenti l’éruption.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux depuis les Tonga ont montré que le tsunami avait traversé la côte et pénétré dans la ville.

Le roi Tupou VI des Tonga avait été évacué du palais royal alors que de nombreux Tongiens tentaient d’atteindre un terrain plus élevé.

Plusieurs pays émettent des alertes au tsunami

Le Pacific Tsunami Warning Center a déclaré que des vagues de tsunami mesurant 2 pieds de hauteur avaient été observées par des indicateurs du niveau de la mer à Pago Pago, la capitale du territoire américain des Samoa américaines, à environ 940 kilomètres (580 miles) des Tonga.

Les autorités ont initialement émis une alerte au tsunami et ont dit aux habitants d’évacuer « immédiatement » vers un terrain plus élevé. L’avertissement a été levé peu de temps après.

Une alerte au tsunami était en vigueur pour Hawaï, l’Alaska, la côte pacifique des États-Unis et la Colombie-Britannique voisine au Canada.

Les Fidji ont également émis une alerte au tsunami, demandant aux habitants d’éviter les côtes « en raison des courants forts et des vagues dangereuses ».

READ  Blinken annule la rencontre avec son homologue russe sur l'invasion de l'Ukraine

La Nouvelle-Zélande, à plus de 2 000 kilomètres du site de l’éruption, a également émis une alerte au tsunami.

L’Agence nationale de gestion des urgences de Nouvelle-Zélande a déclaré que certaines parties du pays pourraient s’attendre à « des courants forts et inhabituels et des vagues imprévisibles sur la côte ».

La Nouvelle-Zélande s’efforce d’établir des communications

La Première ministre Jacinda Ardern a déclaré dimanche que les images de l’éruption volcanique près des Tonga étaient « extrêmement inquiétantes » et que la communication avec l’île était difficile.

« La communication après l’éruption a été difficile », a déclaré Ardern dans un message sur Facebook.

Il a ajouté que les forces de défense et le ministère des Affaires étrangères de la Nouvelle-Zélande travaillaient pour déterminer ce qui est nécessaire et comment le pays peut aider.

Le Premier ministre fera le point sur la situation lors d’une conférence de presse plus tard dans la journée.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également exprimé sa profonde inquiétude dans un communiqué.

« Les bureaux de l’ONU dans le Pacifique surveillent de près la situation et sont prêts à fournir un soutien si nécessaire », a-t-il déclaré.

Le volcan sous-marin entre en éruption

L’éruption de samedi était la dernière d’une série du sous-marin Hunga Tonga, le volcan Hunga Ha’apai. L’éruption de samedi est la deuxième en seulement deux jours.

Une éruption antérieure vendredi a envoyé des panaches de cendres et de fumée dans l’air, avec des nuages ​​​​de fumée s’étendant jusqu’à 20 kilomètres (12 miles) dans l’atmosphère.

Le volcan avait une activité intermittente jusqu’en décembre de l’année dernière. Vendredi, les autorités ont conseillé aux habitants de rester chez eux et de protéger l’eau potable et les ressources.

READ  28 sénateurs démocrates signent une déclaration appelant à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas

rm, comme / wmr, wd (AP, Reuters)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here