Une onde de choc incroyable d’une étoile rejetée traversant l’espace à 100 000 milles à l’heure

Zeta Oviucci était autrefois en orbite proche avec une autre étoile, avant d’être éjectée lorsque ce compagnon a été détruit dans une explosion de supernova. Les données infrarouges de Spitzer révèlent une onde de choc étonnante formée d’un matériau s’éloignant de la surface de l’étoile et frappant du gaz sur son chemin. Les données de Chandra montrent une bulle d’émission de rayons X située autour de l’étoile, qui est produite par un gaz chauffé par l’onde de choc à des dizaines de millions de degrés. Les données de Chandra aident à en dire plus sur l’histoire de cette étoile sauvage. Crédit : Radiographie : NASA/CXC/Univ. Cambridge / c. Cesc Raines et al; Radio : NSF/NRAO/VLA ; Optique : PanSTARRS

  • Zeta Ophiuchi est une étoile unique qui avait probablement autrefois un compagnon qui a été détruit lorsqu’il a été frappé par une supernova.
  • L’explosion de la supernova a envoyé Zeta Ophiuchi, vue dans les données Spitzer (en vert et rouge) et Chandra (en bleu), dans l’espace.
  • Les rayons X découverts par Chandra proviennent de gaz chauffés à des millions de degrés par des effets d’ondes de choc.
  • Les scientifiques travaillent à faire correspondre les modèles informatiques de cet objet pour expliquer les données obtenues à différentes longueurs d’onde.

Zeta Ophiuchi est une star au passé complexe, qui a probablement été chassée de sa ville natale par une puissante explosion stellaire. Un nouveau look détaillé par[{ » attribute= » »>NASA’s Chandra X-ray Observatory helps tell more of the history of this runaway star.

Located approximately 440 light-years from Earth, Zeta Ophiuchi is a hot star that is about 20 times more massive than the Sun. Evidence that Zeta Ophiuchi was once in close orbit with another star, before being ejected at about 100,000 miles per hour when this companion was destroyed in a supernova explosion over a million years ago has been provided by previous observations.

In fact, previously released infrared data from NASA’s now-retired Spitzer Space Telescope, seen in this new composite image, reveals a spectacular shock wave (red and green) that was formed by matter blowing away from the star’s surface and slamming into gas in its path. A bubble of X-ray emission (blue) located around the star, produced by gas that has been heated by the effects of the shock wave to tens of millions of degrees, is revealed by data from Chandra.

A team of astronomers has constructed the first detailed computer models of the shock wave. They have begun testing whether the models can explain the data obtained at different wavelengths, including X-ray, infrared, optical, and radio observations. All three of the different computer models predict fainter X-ray emissions than observed. In addition, the bubble of X-ray emission is brightest near the star, whereas two of the three computer models predict the X-ray emission should be brighter near the shock wave. The team of astronomers was led by Samuel Green from the Dublin Institute for Advanced Studies in Ireland.

À l’avenir, ces scientifiques prévoient de tester des modèles plus complexes avec une physique supplémentaire – y compris les effets de la turbulence et de l’accélération des particules – pour voir si l’accord avec les données de rayons X s’améliore.

Un article décrivant ces résultats a été accepté dans la revue Astronomie et astrophysique. Les données de Chandra utilisées ici ont été analysées à l’origine par Jesús Toala de l’Institut d’astrophysique d’Andalousie en Espagne, qui a également rédigé la proposition qui a conduit aux observations.

Référence : « Thermal Emission from Arc Shocks. II. 3D Magneto-hydrodynamic Models of Zeta Oviucci » par S. Green, J. Mackey, P. Kavanagh, T. J. Haworth, M. Moutzouri et V. V. Gvaramadze, accepté, Astronomie et astrophysique.
DOI : 10.1051 / 0004-6361 / 202243531

Le Marshall Space Flight Center de la NASA gère le programme Chandra. Le centre de rayons X Chandra du Smithsonian Astrophysical Observatory contrôle les opérations scientifiques depuis Cambridge, Massachusetts, et les opérations aériennes depuis Burlington, Massachusetts.

READ  pan Pan! Des scientifiques ont découvert des "mégamasers" record à 5 milliards d'années-lumière.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here