UniFrance marqué du rendez-vous virtuel avec le marché du cinéma français

Après Cannes, l’AFM, Toronto, Rome et le Filmart de Hong Kong, Rendez-Vous With French Cinema d’UniFrance a été pour de nombreux acteurs de cinéma au moins le sixième marché virtuel depuis le début de la pandémie, mais c’était toujours un coup de pied bien nécessaire. off pour les agents de vente français qui ont lancé une vague de projets et d’aperçus du marché lors de l’événement.

Le Rendez-Vous a débuté le 12 janvier par une journée de l’industrie avec des panels discutant du paysage actuel des ventes, de la distribution et des festivals de films d’acteurs clés, et a organisé des projections virtuelles programmées pour 67 films, dont 30 premières de marché jusqu’au 15 janvier. des réunions de presse ont également eu lieu avec des stars et réalisateurs français dont les films ont été projetés. L’événement a réuni 875 dirigeants de films contre 450 lors des éditions précédentes car il était ouvert à tous les acheteurs internationaux (et non pas aux seuls européens) et à 41 sociétés commerciales françaises. Le drame du XVIIIe siècle «Delicieux» d’Eric Besnard, vendu par SND, a débuté sa projection à UniFrance le 13 janvier.

Malgré la fatigue de Zoom, les acteurs de l’industrie et les talents qui ont participé à l’événement virtuel l’ont trouvé inspirant, et dans certains cas même bon d’un point de vue commercial, a déclaré Daniela Elstner, PDG d’UniFrance. «Nous avons ressenti un immense enthousiasme de la part de tous, commerciaux, acheteurs et talents, désireux d’échanger, de s’ouvrir, de se sentir chaleureux. Nous nous sommes bien amusés », a déclaré l’exécutif, qui a ajouté que le manque de visibilité au cours du premier semestre 2021 a rendu les dirigeants de l’industrie, ainsi que les créatifs, plus disposés à adopter le format virtuel et à en tirer le meilleur parti pour le temps d’être.

READ  Date de sortie, ce que l'on sait à ce jour

Outre les projections virtuelles, l’organisation a également organisé 78 projections «physiques» dans six pays et neuf villes avec des théâtres indépendants, notamment Moscou, Bruxelles, Rome, Munich, Madrid et Barcelone pour les acheteurs accrédités. Celles-ci ont bien fonctionné, selon plusieurs agents commerciaux. “Les projections physiques nous ont apporté beaucoup d’offres”, a déclaré Olivier Albou d’Autre Angle. Il a déclaré que la société, par exemple, avait reçu cinq offres d’Espagne pour la comédie romantique de Christopher Thompson “The Butcher’s Daughter” après la première du film à Barcelone. «Rien ne vaut une véritable exposition avec les acheteurs en un seul endroit; crée une émulation entre les distributeurs, et c’est juste plus amusant », a déclaré Albou, qui a ajouté que les acheteurs demandaient souvent des écrans avant le prétexte de la pandémie par manque de temps, mais maintenant que les cinémas sont fermés dans la plupart des endroits où ils étaient reconnaissants d’aller à une projection, de regarder des films sur grand écran et de socialiser avec leurs pairs.

Chaque société de vente a pu présenter sa formation aux acheteurs via une présentation virtuelle préenregistrée de 15 minutes. Gregoire Melin de Kinology, qui a lancé quatre nouveaux films – “A Girl’s Room” d’Aino Suni, “The Divide” de Catherine Corsini, “Third Grade” de Jacques Doillon et “Morning Calm” de Denis Dercourt – au marché, a déclaré le Rendez-Vous virtuel a rempli la mission principale du marché, qui est d’aider les agents commerciaux à présenter des projets aux acheteurs avant Berlin et Cannes. “Ce n’était pas différent d’un Rendez-Vous traditionnel en ce que les distributeurs se sont présentés et nous avons pu présenter nos projets et leur faire part de nos projets pour les grands festivals à venir, notamment le festival de fréquentation.” Kinology représente “Annette” de Leos Carax avec Marion Cotillard et Adam Driver, entre autres.

READ  TF1: Découvrez le nouveau packaging de la chaîne lancé demain

Orange Studio a également lancé quatre nouveaux films sur le marché, dont la comédie sociale “Un Petit Miracle” de Sophie Boudre, produite par Philippe Rousselet, producteur de Vendome Films, “Coda”, et s’inspire d’une histoire vraie d’un enseignant héroïque. . qui déménage sa classe dans une maison de retraite après l’incendie de l’école. Le tournage du film débutera fin février.

«Nous avons reçu beaucoup d’intérêt de la part des acheteurs avec notre formation», a déclaré Daniel Marquet, directeur commercial d’Orange Studio. “Cela s’est bien passé, nous avons eu beaucoup de réunions Zoom avec des acheteurs du monde entier et nous avons pu conclure des accords que nous avons commencé à négocier lors de l’American Film Market en novembre.”

Il a déclaré que la société avait envoyé une centaine de scripts pour chaque projet. «Tous les acheteurs ont fait leurs devoirs avant le début du marché. Cela dit, nous avons le sentiment qu’ils sont prudents quant à l’achat de nouveaux films car ils ont déjà beaucoup de films sur les étagères, qu’ils ne peuvent pas encore distribuer », a déclaré l’exécutif vétéran.

Marquet a déclaré que les distributeurs indépendants de petite et moyenne taille, qui sont les plus durement touchés par la pandémie, sont particulièrement prudents avec les films finis, mais continueront à choisir les films les plus sûrs et facilement commercialisables. Par exemple, “Serial (Bad) Weddings 3”, le troisième opus de la comédie à succès francise a été vendu.

L’exécutif a déclaré que les acheteurs regardaient toujours de plus près les projets européens car au moins ils étaient plus exposés au moment où les films seront tournés et livrés, contrairement aux films indépendants américains où il y a actuellement tellement d’incertitude sur le tournage. . . Les quatre projets commercialisés par Orange Studio seront livrés fin 2021.

READ  Golden Globes: Lily Collins (`` Emily in Paris '') apporte de la joie à Netflix

Lors des Rendez-Vous, UniFrance a également lancé une série d’activités ludiques pour divertir les participants au-delà des réunions et des projections. En avance sur le marché, les acheteurs ont reçu un panier de friandises d’UniFrance, dont une bouteille de champagne, qu’ils ont pu boire lors du cocktail virtuel qui a donné le coup d’envoi du Rendez-Vous. «C’était amusant, nous avons divisé les invités en petits groupes dans des pièces séparées et tout le monde pouvait se déplacer d’une pièce à l’autre pour socialiser avec différentes personnes», a déclaré Elstner. Des cours de gymnastique virtuelle ont également été organisés par UniFrance pour apporter du plaisir aux salles Zoom. “Nous avons pu entendre les acheteurs discuter des films qu’ils venaient de voir en classe de gym!” A plaisanté Elstner.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here