Les petites pièces de cuivre ont-elles encore un sens à l’époque du paiement numérique généralisé? Lundi, la Commission européenne a annoncé le lancement d’une évaluation et d’un “analyse d’impact»Sur l’utilisation des pièces de 1 et 2 centimes. Cette étude, annoncée dans le programme de travail de l’Union, s’inscrit dans le cadre des règles régissant les pays membres de la zone euro: ces derniers exhortent Bruxelles à revoir “l’utilisation périodique de différentes dénominations de pièces en euros en termes de coût et d’acceptabilité publique“.

Dans le détail, la consultation sera ouverte et accessible aux citoyens. Cela durera quinze semaines. Objectif de la démarche: comprendre si ces pièces qui encombrent les poches de certains mais rendent les autres heureux ont encore un rôle à jouer, ou si elles ont eu leur journée. Sur la base des retours d’expérience de ses recherches, la Commission devra décider, d’ici la fin de l’année prochaine, d’introduire “Règles d’arrondi uniformes pour les paiements en espèces dans la zone euro“: Si nécessaire, nous voterions en faveur d’une règle”arrondir les paiements en espèces aux cinq cents près», Pour éviter d’avoir à recourir à ces petites pièces. “Cela pourrait conduire à l’élimination progressive des pièces de 1 et 2 centimes», Précise l’exécutif bruxellois.

La possibilité de retirer ces pièces était anticipée très rapidement, quelques années seulement après leur introduction. Plusieurs États membres – La Belgique en 2014, Irlande en 2015, sur Finlande en 2002 ou Pays-Bas en 2004 – ont déjà choisi d’arrondir les paiements en espèces, à moins de cinq cents, afin d’interdire ces pièces.

READ  Wall Street s'arrête brusquement, de nouvelles craintes économiques

En 2018, Bruxelles a publié un rapport soulignant le “coûts de production et de traitement élevés“De ces deux morceaux, et sur le leur”perte importante»Par les utilisateurs. “En règle générale, les consommateurs reçoivent plus de centimes et deux centimes qu’ils n’en dépensent.», Il a pris note du document. Aussi, “l’écrasante majorité des citoyens de la zone euro est favorableLors du retrait de ces artefacts, note le rapport, citant une enquête.

Cependant, un changement ne peut être pris à la légère. Premièrement, les pièces de 1 et 2 centimes sont encore très nombreuses: à la fin de 2017, elles représentaient près de la moitié des pièces émises dans l’ensemble de la zone euro. “Statistiquement parlant, chaque citoyen de la zone euro possède 181 de ces pièces», A souligné la Commission. En outre, les citoyens européens craignent que les prix augmentent si ces pièces sont supprimées et si une règle générale d’arrondi est introduite. La consultation menée par la Commission depuis lundi mettra notamment à jour les conclusions de ce rapport et apportera des réponses aux questions posées par l’exécutif européen.