Face à la crise, les entrepreneurs estiment que le gouvernement a pris des mesures d’accompagnement adaptées à la situation, mais 62% d’entre eux estiment qu’elles sont encore insuffisantes pour contenir les échecs qui se profilent. Pour plus d’une entreprise sur deux, “Certains de leurs clients connaissent de grandes difficultés financières qui peuvent aller jusqu’à la faillite”, indique 10est édition du Baromètre Cabinet ARC (juristes d’entreprise) réalisée avec l’IFOP et publiée le mardi 20 octobre.

Article réservé à nos membres Lire aussi Covid-19: la deuxième vague écrase la reprise économique

Au cœur de ces difficultés, la question des délais de paiement entre entreprises apparaît plus que jamais cruciale. Plus d’un tiers des entreprises interrogées estiment avoir encore plus progressé depuis le début de la crise: le délai de paiement moyen en 2020 est de treize jours, contre dix jours en 2019, avec des disparités importantes entre PME et grands groupes. Un coup dur quand 45% des entreprises interrogées déclarent qu’il faudra un à deux ans pour effacer les traces de la crise.

Créances en attente

«Cela reflète ce que les entreprises ont vécu ces derniers mois: une activité complètement perturbée pour certains secteurs, un blocage volontaire des factures malgré l’accès aux prêts garantis par l’État (PGE) et une trésorerie suffisante, des services administratifs pour se réorganiser par le télétravail. .. “, explique Denis Le Bossé, président du cabinet ARC, qui évalue le montant des dettes en attente de paiement à 700 milliards d’euros – soit sept fois le montant alloué au plan de relance par le gouvernement.

READ  date de report et offres incontournables ce vendredi
Lire aussi Pannes d’entreprise au minimum, mais inquiétude au plus

Dans ces conditions, faut-il mettre en place un système de notation pour connaître le comportement de paiement d’une entreprise? Cette mesure est souhaitée par 84% des entreprises interrogées, qui pourraient ainsi savoir à quoi s’attendre avant de s’engager commercialement. ” Une bonne idée “, selon le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, également interrogé sur le sujet dans le cadre de la publication du baromètre.

«Nous renforcerons les exigences des administrations pour respecter les conditions de paiement» Bruno Le Maire, ministre de l’Économie

“En principe, je suis pour”, le ministre réagit en souhaitant l’institution, “Quand la période sera plus favorable”, Critères “Objectif et transparent”. De nombreuses entreprises rejettent les contrats par crainte de ne pas être payées à temps. Le baromètre l’indique comme ça “55% des PME refusent de répondre aux appels d’offres” du secteur public pour cette raison.

Vous avez 42.94% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.