Vivendi, le principal investisseur de TIM, désireux de discuter du plan de réseau avec le gouvernement, selon les sources

MILAN, 6 novembre (Reuters) – Telecom Italia (TIM) (TLIT.MI) investisseur principal Vivendi (VIV.PA) souhaite entamer des pourparlers avec le nouveau gouvernement de droite italien sur un nouveau projet de création d’une société nationale de haut débit, ont déclaré dimanche des proches du conglomérat de médias français.

Telecom Italia, criblée de dettes, est impliquée depuis des mois dans les négociations pour la vente de son précieux réseau fixe à la banque d’Etat Cassa Depositi e Prestiti (CDP).

La vente éventuelle faisait partie d’un plan promu par le gouvernement précédent visant à combiner les actifs du réseau fixe de TIM avec ceux du plus petit opérateur haut débit Open Fiber afin de créer un échantillon de réseau national sous le contrôle de CDP.

Cependant, les problèmes de réglementation et d’évaluation ont jusqu’à présent contrecarré les efforts, et le projet de créer une société de réseau unique est actuellement à l’étude par le nouveau gouvernement, qui a prêté serment le mois dernier.

Samedi, le sous-secrétaire du Cabinet Alessio Butti a déclaré à la chaîne de télévision Sky qu’il considérait la création d’une seule société à haut débit comme une « priorité », ajoutant qu’il entamerait bientôt des discussions avec toutes les parties intéressées, y compris CDP, sur une nouvelle version du projet.

Butti avait auparavant invité CDP à réaliser le projet de réseau unique en reprenant TIM, dans le cadre d’un plan baptisé « Minerva ».

Dans le cadre de ce plan, TIM maintiendrait le réseau en déliant ses opérations de service et son unité cotée au Brésil afin de réduire son endettement.

READ  Trump a fait pression sur les dirigeants de Truth Social pour qu'ils remettent leurs actions à Melania, selon le co-fondateur

Des proches du groupe de médias français ont déclaré dimanche que Vivendi appréciait l’ouverture au dialogue de Butti et ont réitéré la volonté de la société cotée à Paris d’entamer des discussions pour trouver une solution rapide.

Dans son discours inaugural au parlement, le nouveau Premier ministre italien Giorgia Meloni a promis de garantir que les réseaux stratégiques nationaux appartiennent à l’État en permettant aux entreprises de télécommunications de se faire concurrence sur les services.

La CDP, contrôlée par le Trésor, qui contrôle Open Fiber, est le deuxième investisseur de TIM avec une participation de 10 %. Vivendi détient une participation de 24 % dans TIM.

Reportage d’Elvira Pollina; écrit par Elvira Pollina et Francesca Landini; édité par David Evans

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here