Von der Leyen de l’UE dans une nouvelle poussée pour la part des femmes dans les conseils d’administration

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’exprime après une réunion à l’Elysée à Paris, en France, le 7 janvier 2022. Michel Euler / Pool via REUTERS / File Photo

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

12 janvier (Reuters) – La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, donnera une nouvelle impulsion pour renforcer la représentation des femmes dans les conseils d’administration, cherchant à débloquer la législation pour un quota de femmes qui est bloqué depuis 2012.

« Il est temps de passer à autre chose avec ce dossier », a déclaré mercredi au Financial Times von der Leyen, la première femme à diriger l’exécutif européen basé à Bruxelles.

« C’est sur l’étagère depuis 10 ans maintenant, mais il y a eu beaucoup de mouvement et d’apprentissage au cours de ces 10 années. »

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Von der Leyen a déclaré qu’il existe des preuves « écrasantes » que les entreprises avec une diversité au sein des conseils d’administration ont plus de succès et que l’introduction d’exigences légales a accéléré le rythme des progrès vers une représentation plus équilibrée entre les sexes.

Cependant, les initiatives en faveur de l’égalité des sexes dans l’UE ont déjà échoué, y compris une proposition légale de 2012 appelant les sociétés cotées du bloc à pourvoir au moins 40 % de leurs sièges non exécutifs au conseil d’administration avec des femmes.

Certains pays de l’UE ont refusé d’adopter cet objectif comme loi, notamment l’Allemagne et certains États nordiques et baltes.

READ  Les escroqueries sur Amazon ont augmenté de 500 % : comment repérer les drapeaux rouges

Von der Leyen a déclaré au FT qu’elle était prête à travailler avec la France pour faire pression en faveur de la proposition de directive pendant les six mois que Paris occupe la présidence tournante de l’UE et qu’elle espère que Berlin abandonnera son opposition maintenant qu’elle a été formée un nouveau gouvernement.

Les législateurs de l’UE devraient viser à finaliser la directive au cours du premier semestre de l’année si possible, et un accord pourrait « certainement » être trouvé à un moment donné en 2022, a déclaré von der Leyen.

La directive ne prévoit pas de sanctions, les laissant aux États membres, et ne s’appliquera pas aux petites et moyennes entreprises ou aux entreprises non cotées, a déclaré le Financial Times.

La France a actuellement la plus forte représentation féminine dans les conseils d’administration des grandes sociétés cotées avec 45%, selon le rapport, contre une moyenne de 30% pour l’ensemble de l’UE.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Sabine Siebold ; édité par Jonathan Oatis

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here