WALL STREET DOIT FAIRE FACE À LA PROGRESSION DE L'ÉPIDÉMIE DE COVID-19

WALL STREET DOIT FAIRE FACE À LA PROGRESSION DE L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19

par Stephen Culp

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a clôturé à la baisse vendredi, craignant que les programmes fédéraux de soutien à l’économie américaine ne s’arrêtent dès la fin de l’année, même si l’épidémie causée par le nouveau coronavirus il ne faiblit pas aux États-Unis.

L’indice Dow Jones a perdu 219,75 points (-0,75%) à 29 263,48.

Le plus grand S & P-500 a perdu 24,33 points, ou 0,68%, à 3557,54.

Le Nasdaq Composite, avec une forte composante technologique, a perdu 49,74 points (-0,42%) à 11 854,97 points.

Au cours de la semaine, le Dow Jones a perdu 0,7% et le S & P-500 0,8% tandis que le Nasdaq a rongé 0,2%.

Le secrétaire au Trésor Stephen Mnuchin a soulevé l’inquiétude des investisseurs en montrant sa volonté de mettre fin le 31 décembre à plusieurs programmes lancés depuis le début de la crise des coronavirus qui permettent à la Réserve fédérale de prêter aux entreprises et aux communautés locales, soutenant ainsi le Économie américaine.

Ces annonces sont intervenues alors même que la puissance de la deuxième vague épidémique aux États-Unis a déjà conduit plus de 20 États du pays à introduire diverses restrictions de mouvement ou d’activités pour la population et les entreprises.

Depuis le début de cette crise sanitaire au printemps, les investisseurs ont fluctué à chaque signe d’accélération ou de ralentissement de l’épidémie entre les valeurs cycliques et celles qui pourraient bénéficier du verrouillage de la population.

Ainsi, ce vendredi, le spécialiste des communications vidéo Zoom a gagné 6,11% tandis que l’avionneur Boeing perd 2,94%.

READ  Vers la suppression des pièces d'un et de deux centimes d'euro?

Toujours dans l’actualité liée à la crise des coronavirus, mais cette fois dans le domaine pharmaceutique, Pfizer a pris 1,41% après avoir annoncé le dépôt d’une demande d’autorisation d’urgence aux Etats-Unis pour son vaccin contre COVID-19. Le gain a été des plus spectaculaires pour son partenaire BioNTech, dont les actions cotées au Nasdaq ont augmenté de 9,63%.

Gilead Sciences, en revanche, a atteint 0,86% grâce à l’avis d’un comité d’experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui s’est prononcé contre l’utilisation du remdesivir dans le traitement des patients. des COVID-19 hospitalisés.

(Version française Bertrand Boucey)