La Bourse de New York (NYSE) à Wall Street, New York, le 31 août 2020 (AFP / Angela Weiss)

Wall Street a enregistré mardi sa troisième séance consécutive à la baisse, une fois de plus alourdie par la baisse des principales valeurs technologiques, mais également alourdie par la baisse de la plupart des secteurs de marché.

Son indice phare, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 2,25% à 27 500,89 points.

Le Nasdaq high-tech a reculé de 4,11% à 10 847,69 points, passant sous les 11 000 points pour la première fois en un mois. L’indice a chuté de plus de 10% par rapport à son record établi mercredi dernier.

L’indice S&P 500 a reculé de 2,78% à 3 331,84 points.

La Bourse de New York avait déjà chuté en fin de semaine dernière, affichant un arrêt brutal après plusieurs semaines de forte hausse.

Cette baisse a été largement causée par la rotation du marché au détriment du secteur de la technologie et des prises de bénéfices avant un long week-end aux Etats-Unis, le lundi étant un jour férié en raison de la «Fête du travail».

“Bien qu’il y ait encore des revenus aujourd’hui, les pertes sont beaucoup plus généralisées et affectent certains secteurs axés sur la reprise économique”, a déclaré Jack Ablin de Cresset Wealth Advisors.

En effet, tous les sous-indices du S&P 500, qui représentent différents segments de l’activité économique, ont terminé dans le rouge mardi.

Parmi les piliers de la Silicon Valley, Amazon a perdu 4,39%, Apple de 6,73%, Facebook de 4,09% et Alphabet (la maison mère de Google et YouTube) de 3,64%.

«Les investisseurs ne font pas qu’agiter leur bureau. Ils s’inquiètent d’une reprise terne», déclare Ablin.

Tesla, pour sa part, est en baisse de plus de 21%, la plus forte baisse depuis son introduction en bourse il y a dix ans. Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme, qui a connu une forte hausse à Wall Street ces derniers mois, a beaucoup souffert de sa non-admission au prestigieux S&P 500 vendredi.

Les acteurs du marché ont également observé avec inquiétude les tensions toujours fortes entre Washington et Pékin.

Les États-Unis ont accusé mardi la Chine de «menacer» et de «harceler» les journalistes étrangers après la décision de Pékin de geler les informations d’identification des médias américains.

Les investisseurs ont également suivi mardi les discussions du Congrès sur les nouvelles mesures d’aide économique, mais les divergences demeurent nettes entre républicains et démocrates.

– Nikola s’envole –

Parmi les autres valeurs du jour, Nikola a progressé de près de 41%. Le constructeur de camions électriques et à hydrogène s’est associé au constructeur General Motors (+ 7,93%), qui aidera la start-up de Wall Street nouvellement entrée à produire son pick-up Badger, en échange d’une participation. 11% dans la société.

Peloton a progressé de 6,16%. Le spécialiste des équipements de fitness connectés a annoncé le lancement d’une nouvelle version de son vélo d’exercice et une réduction du prix du modèle d’origine.

Boeing a reculé de 5,83%. L’avionneur, déjà touché par la crise et la pandémie du 737 MAX, a confirmé mardi avoir détecté un nouveau défaut de fabrication sur son 787 Dreamliner longue portée, qui devrait retarder la livraison.

La start-up américaine de substituts de viande Beyond Meat a progressé de 6,87% après avoir annoncé mardi qu’elle produirait ses faux steaks, saucisses et pépites directement en Chine, où le groupe veut se développer.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine est tombé à 0,6788% vers 21h00 GMT, contre 0,7180% vendredi soir.

Nasdaq

dho / vmt / dga

READ  Le conducteur de Tesla s'est arrêté à 140 km / h sur l'autoroute, allongé et endormi au volant