130 pays soutiennent un accord sur un impôt minimum mondial pour les grandes entreprises

Environ 130 pays se sont mis d’accord sur une coupe du monde le minimum taxe, une idée défendue par le président Joe Biden. L’impôt minimum fait partie d’un effort international visant à empêcher les multinationales de se soustraire à l’impôt en transférant leurs bénéfices vers des pays à faible imposition.

L’accord a été annoncé jeudi dernier. C’est une tentative de résoudre les difficultés de l’économie mondiale interconnectée et de plus en plus en ligne.

L’accord prévoit un impôt mondial minimum d’au moins 15 %. Ceci est important pour Biden alors qu’il essaie de collecter plus d’argent pour son plan d’emploi américain. Les détails techniques restent à définir. Il faudrait au moins 2023 avant que l’accord ne devienne effectif.

L’accord a été annoncé par l’Organisation de coopération et de développement économiques basée à Paris. L’accord prévoit l’imposition d’une partie des bénéfices des plus grandes entreprises internationales dans les pays où elles opèrent en ligne, mais elles peuvent ne pas avoir de présence physique.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, l’a qualifié de « plus important accord fiscal international depuis un siècle ».

Dans les accords individuels, les pays menés par la France ont déjà commencé à imposer des taxes en ligne ciblant les entreprises technologiques américaines comme Amazon, Google et Facebook. Les États-Unis considèrent cette pratique commerciale déloyale. En vertu du nouvel accord, d’autres pays accepteraient de retirer ces impôts en faveur de l’impôt minimum international.

Sur cette photo d’archive du 16 avril 2020, le logo Amazon est affiché à Douai dans le nord de la France. L’accord, proposé par le président Biden, vise à collecter des taxes auprès d’entreprises internationales comme Amazon qui utilisent le commerce en ligne pour éviter les taxes car elles peuvent ne pas avoir de présence physique réelle. De grandes entreprises internationales comme Amazon transfèrent également leurs bénéfices vers des paradis fiscaux. (Photo AP / Michel Spingler, Dossier)

L’ancien président américain Donald Trump a imposé des taxes sur les produits français après que les Français ont déclaré qu’ils taxeraient les entreprises technologiques américaines. La France a salué les efforts de l’administration Biden pour parvenir à un accord international.

« En ligne géants ils doivent payer leur juste part d’impôts là où ils ont des affaires « , a déclaré Biden.  » Il n’y a aucune raison pour un peu ou moyen une entreprise devrait payer plus d’impôts qu’un géant en ligne simplement parce qu’elle est physiquement présente dans le pays où elle exerce ses activités ».

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, l’a qualifié de « journée historique ».

Yellen a déclaré dans un communiqué que les États-Unis étaient dans une compétition fiscale internationale « autodestructrice » depuis des décennies. Il a déclaré que les États-Unis abaissaient leur taux d’imposition des sociétés « seulement pour voir d’autres pays baisser le leur ». réponse.  » Il a dit que c’était devenu une course vers le bas.

Yellen a déclaré que les taux plus bas enlèvent de l’argent aux projets de construction, à l’éducation et aux efforts de lutte contre la pandémie.

Manal Corwin est fiscaliste au cabinet de services professionnels KPMG et ancienne fonctionnaire du département du Trésor. Il a déclaré que l’accord était en grande partie conclu et que l’accord restait similaire à la proposition américaine. Il a déclaré qu’il était important que les pays suppriment leurs conventions fiscales en ligne.

En vertu de l’accord, les pays pourraient imposer les bénéfices étrangers de leurs entreprises jusqu’à 15 % s’ils ne sont pas imposés par le biais de réductions dans d’autres pays. Cela élimine la raison de déplacer les bénéfices car ils seront imposés à la maison. L’Organisation de coopération et de développement économiques affirme que ces pratiques d’évasion fiscale coûtent aux pays entre 100 et 240 milliards de dollars par an.

Les 139 pays qui ont rejoint les pourparlers n’ont pas tous signé l’accord. Le ministre irlandais des Finances, Paschal Donohoe, a déclaré qu’il avait un soutien général à l’accord mais qu’il ne pouvait pas accepter le minimum de 15 %. Il a déclaré que le taux de 12,5% du pays est un « taux juste ». L’Irlande a déclaré qu’elle poursuivrait les discussions à l’avenir.

Dans cette photo d'archive du 4 juin 2021, la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen avant sa rencontre avec le ministre allemand des Finances Olaf Scholz, alors que les ministres des Finances de tous les pays du G7 se réunissent à Lancaster House à Londres, avant le sommet des dirigeants du G7.  (Daniel Leal-Olivas / Photo de la piscine via AP)

Dans cette photo d’archive du 4 juin 2021, la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen avant sa rencontre avec le ministre allemand des Finances Olaf Scholz, alors que les ministres des Finances de tous les pays du G7 se réunissent à Lancaster House à Londres, avant le sommet des dirigeants du G7. (Daniel Leal-Olivas / Photo de la piscine via AP)

Les signataires comprennent les Bermudes et les îles Caïmans, deux les paradis fiscaux, et les grandes puissances économiques que sont la Chine et l’Inde.

D’autres discussions sont attendues des 20 plus grandes économies du monde, connues sous le nom de G-20. Les ministres des Finances du G-20 se réunissent la semaine prochaine à Venise. Une convention sera nécessaire pour que les pays signent un multilatéral accord, bien que l’impôt minimum sur les sociétés puisse être approuvé par chaque pays par le biais de sa propre législation nationale volontairement.

Les experts fiscaux affirment que la méthode volontaire pourrait fonctionner si elle était approuvée par les pays qui ont le siège de nombreuses sociétés multinationales, comme les États-Unis et l’Europe. Cela enverrait le message que les profits réalisés partout seront taxés au minimum chez nous.

Aux États-Unis, Biden a proposé un taux minimum de 21% sur les bénéfices étrangers des grandes entreprises américaines pour les empêcher de transférer des bénéfices. Le plan fiscal américain de Biden doit d’abord passer par le Congrès où les démocrates ont une petite majorité.

Je suis Grégory Stachel.

David McHugh a rapporté cette histoire pour l’Associated Press. Gregory Stachel l’a adapté pour VOA Learning English. Susan Shand était la rédactrice.

_______________________________________________________________

Les mots de cette histoire

le minimum adj. aussi peu ou aussi peu que possible en quantité ou en degré

géant nf. une personne ou une chose très grande, puissante ou prospère

moyen adj. au milieu d’une gamme de tailles ou de quantités possibles

réponsenf. quelque chose qui est dit ou écrit en réponse à quelque chose

paradis fiscal nf. un endroit où les gens vont vivre et les entreprises vont opérer pour éviter de payer des impôts élevés

multilatéral adj. impliquant plus de deux groupes ou pays

bénévole adj. fait ou donné parce que tu veux et non parce que tu es obligé de : fait ou donné par choix

READ  FirstEnergy accepte une remise de 306 millions de dollars aux clients de l'Ohio

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here