À quoi ressemble le modèle du renseignement russe en Belgique ?

Le fait que la Belgique ait expulsé des espions russes travaillant sous couverture diplomatique confirme l’ampleur de l’infiltration des services secrets russes dans les pays européens. L’expulsion de diplomates russes a suivi une action similaire en octobre 2021, lorsque 8 diplomates russes ont été expulsés du siège de l’OTAN en Belgique pour espionnage. Alexander Smushko, traducteur personnel du ministre de la Défense Sergei Shoigu, était l’un des diplomates expulsés.

Alexander Smushko (encerclé) était un officier du GRU expulsé de l’ambassade de Russie auprès de l’OTAN en 2021.

L’ambassade à Bruxelles, le consulat général à Anvers et la représentation russe dans l’UE Russie sont les usines utilisées par la Russie pour mener des activités de renseignement.

Alexeï Kouksov (14/08/1975), le conseiller de l’ambassade de Russie (représentant commercial), expulsé cette année, mérite l’attention. Bien que ce poste dans les ambassades russes soit traditionnellement attribué au Service de renseignement extérieur (SVR), après avoir obtenu son diplôme d’une école militaire en 2001, Kuksov servi dans l’unité militaire 54726, qui fait partie de la Direction principale du renseignement (GRU). Depuis 2005, cette unité a été transformée en Centre de recherche sur le potentiel militaire des pays étrangers (CIVPZS), une unité d’analyse du renseignement militaire chargée de collecter et de traiter les données des attachés militaires, des agents de renseignement infiltrés et des résidences illégales du GRU à l’étranger. Les rapports du Centre ont finalement été transmis au président russe Vladimir Poutine et au secrétaire du Conseil de sécurité Nikolai Patrushev. De plus, lors de son séjour en Belgique, Kuksov était le coordinateur du port d’Anvers.

Alexeï Kojevnikov (08-09-1985), également greffier, le représentant du GRU, figurait sur la liste des officiers du renseignement militaire expulsés de Belgique. Selon les archives de Moscou, les véhicules de Kozhnevnikov sont immatriculés à son domicile, la base du 162e centre d’information militaro-technique, le soi-disant « Object-500-T », spécialisé dans l’interception des signaux satellites européens et américains. Cela signifie qu’Aleksey est sur la liste d’attente pour un appartement départemental, mais parce qu’il ne l’a pas encore reçu, il a été inscrit à son lieu de travail. Par conséquent, il y a des doutes sur le fait que Kozhevnikov se spécialise dans le renseignement spatial et radio.

READ  Les propriétaires des lieux défient les injonctions gouvernementales de fermer

Les autorités belges ont également expulsé le deuxième responsable russe, Dmitri Chulaev (12/09/1978), un officier de renseignement héréditaire, dont le père travaillait dans le renseignement du KGB en Espagne. La biographie de Chulaev indique un lien possible entre les services de renseignement russes et le réseau de casinos et de clubs de jeux en Russie. Par exemple, la Sputnik Telecommunication Entertainment Company, avec laquelle Chulaev travaillait, était dirigée par les officiers du renseignement spatial militaire du GRU Alexei Miroshnichenko et Oleg Kuts ; ils étaient chargés de recruter des diplômés universitaires techniques prometteurs. En 2005, la société a acheté le système SkyEdge à la société israélienne Gilat ; a donné la possibilité de fournir tout schéma d’organisation des communications par satellite, utilisé par le FSB, le Service de la garde fédérale (UST), le GRU, le SVR et le ministère des Affaires étrangères. Alors qu’il travaillait à l’ambassade de Russie à Bruxelles, Chulaev était probablement responsable du renseignement technique et des communications.

Le conseiller de l’ambassade Sergei Zemledeltsev (29-10-1976), greffier Nikita Ostroverkhy et Alexei Strelkov il a également quitté la Belgique. Comme Kuksov, Ostroverkhy est enregistré au lieu de service de l’autoroute Khoroshevsky, 76-B (le siège du GRU). Cela signifie qu’il n’est pas moscovite mais qu’il est arrivé à Moscou en provenance des provinces. On sait que Zemledeltsev a été formé comme officier du renseignement militaire pour travailler à l’étranger à l’Académie diplomatique militaire (VDA). Sa femme est également associée au GRU, elle était en charge du nettoyage à l’unité militaire 22177.

Peut-être, l’attaché Strelkov a-t-il travaillé en Belgique comme renseignement scientifique et technique dans le domaine de l’agriculture.

Kouznetsov
Gueorgui Kouznetsov.

Avec Kuksov, consul général de Russie Gueorgui Kouznetsov (10-06-1978) il était chargé du renseignement à Anvers. Cependant, il n’est pas un officier du renseignement militaire, mais un employé du Service fédéral de sécurité (FSB); recruté et collecté des informations auprès de citoyens russes vivant ou travaillant en Belgique. Selon nos estimations, Kuznetsov travaille dans le 5e service du FSB.

9117f22cedf49070cb02948fbf1fab29
Esprit
Sergueï Spirine.

L’expulsion du pays de Sergueï Spirine, vice-consul à Anvers, confirme également l’intérêt particulier des Russes pour Anvers. Spirin a également travaillé pour le FSB.

READ  Nouveau régime favorable pour les expatriés en Belgique

L’accent mis sur Anvers est probablement dû aux intérêts commerciaux russes dans le vaste port de la ville et son centre de négoce de diamants, le plus grand au monde, qui gère jusqu’à un tiers des exportations de diamants de la Russie. Les diamants sont utilisés comme moyen de paiement dans des circonstances de sanction et de corruption d’hommes politiques. De plus, le port d’Anvers peut être utilisé pour la contrebande et le transport de marchandises sensibles, comme dans le cas de Rotterdam. Une précédente enquête de la VSSE portait sur une société belge co-détenue avec un agent du SVR spécialisée dans la contrebande de diamants et d’essence de Russie, via la Belgique, vers les États-Unis.

Karpuskin
Sergej Karpuškin.

Colonel Sergej Karpuškin (17/08/1974) et lieutenant-colonel Igor Losalov (26/06/1983) est également inscrit sur la liste des officiers du renseignement militaire ayant quitté la Belgique.

Capture d'écran 2022 07 15 au 23.11.39
Ihor Losalov.

Le lieutenant-colonel Losalov est diplômé de l’Université militaire du ministère de la Défense et membre du personnel du GRU. En Belgique, il a coordonné la communication avec ses compatriotes et les actions du régiment immortel. Ces mêmes actions sont de la responsabilité de Rossotrudnichestvo, qu’il utilise pour couvrir le SVR. Cependant, l’exemple de Losalov confirme l’activité interministérielle impliquant des émigrés russes pour travailler dans l’intérêt du renseignement.

Les techniciens de l’ambassade ont également été expulsés. Par exemple, Vadim Artyushov (14/03/1976) qui a servi dans l’unité militaire 47747. Auparavant, cette unité militaire, numéro 54238, était stationnée à Cuba dans le centre électronique GRU de la ville de Lourdes (REC Lourdes) et était en charge du renseignement électronique.

1667402 ALLCUBA OUT HAB01 20011018 HAVANA CUBA Antennes paraboliques pour les états radar de LourdesMONDE trans NvBQzQNjv4BqXV9HX5sMD7lF0CQ0XQptsAotZNOrV1xGDAgo81sJnWk

Alexandre Tsibulya (08-08-1974), conseiller en énergie nucléaire auprès de la mission permanente auprès de l’UE et d’Euratom, ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, est également un officier du renseignement russe. Le lien entre les services secrets russes et le Réseau des jeunes générations de la Société nucléaire européenne et le Congrès international de la jeunesse nucléaire a été révélé grâce à lui. Ces installations sont également reliées à Rosatom. Alexander était engagé dans le renseignement scientifique et technique dans le domaine de l’énergie et de la technologie nucléaires.

READ  Il espère une solution rapide pour l'échange de permis de conduire britannique en France

Le deuxième secrétaire de l’ambassade, Andreï Dmitriev (10-03-1982), est probablement l’officier SVR.

Igor Taut (15 juillet 1967), l’électricien de l’ambassade a été expulsé de Belgique. Il s’agit peut-être d’un agent de cryptage à domicile belge et d’un employé du FSB.

Une position inhabituelle pour le front du GRU était occupée par Ivan Kvasha, « invité » de l’ambassade. Il se spécialise dans l’intelligence humaine du GRU et porte les épaulettes d’un colonel.

tAhNSz6hr 4
Akhtarev.

En 2012 Timour Akhtareev (29-07-1984) a travaillé comme commis dans les ambassades russes à Téhéran, en Iran. Depuis qu’il a participé aux événements du Congrès des Compatriotes, il est probablement lié au SVR.

Avant d’être nommé à la mission russe en tant que conseiller principal, justice et affaires intérieures, mission de la Fédération de Russie auprès de l’UE, l’expulsé Dmitri Kirizliev (11-11-1970) a travaillé comme deuxième secrétaire à Paris. En 2011, il a été conseiller principal, Département de la coopération européenne, ministère des Affaires étrangères, Moscou. Par conséquent, il est probable qu’en Belgique, il ait travaillé sous couverture pour SVR. En 2007, il a travaillé comme consultant à l’ambassade de Russie à Madagascar.

Sergueï Koritski (05-11-1980), qui avait auparavant été vice-consul à Antalya, a également été expulsé de la mission russe auprès de l’UE.

Les membres du gouvernement et leurs familles, les proches de la cour royale, les diplomates, les militaires avec autorisation de l’OTAN, les réservistes et les militaires sont les intérêts du renseignement russe en Belgique. Les éléments de renseignement les plus intéressants qui intéressent les Russes sont les suivants : renseignement scientifique et technique, politique de sanctions, assistance militaire (nomenclature, volumes) à l’Ukraine, conflits au sein de l’UE, collecte d’informations compromettantes sur les citoyens belges, ainsi qu’une entreprise russe lobby en Belgique.

345653508
Ezo0SfUXEAA9q5K

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here