Connor Swift impressionné par la victoire de son rival du Yorkshire Tour de France, Tom Pidcock

La recrue de 22 ans originaire de Leeds avait aussi un admirateur au sein du groupe, Connor Swift, son coéquipier du Yorkshire dans la grande course.

Swift participe à son troisième Tour de France consécutif pour l’équipe française Arkea-Samsic et n’a pu s’empêcher d’être émerveillé par la descente à 100 km / h de Pidcock et sa victoire ultérieure sur l’Alpe d’Huez, l’un des sommets les plus légendaires du Tour de France .

S’enregistrer à notre newsletter quotidienne

« Tom était vraiment impressionnant, j’étais content de le voir gagner sur cette étape », a déclaré Swift, quatre ans de plus que Pidcock.

Connor Swift d’Arkea Samsic gravit le Col du Portet lors du Tour de France de l’année dernière (Photo: Emma Wilcock / SWpix.com)

« C’est toujours agréable de voir un Anglais gagner une étape, surtout sur une telle étape, ça aura été vraiment spécial pour lui.

« C’est très enraciné, mais une performance comme celle-là est en route. »

Alors que leurs roues se croisent dans le peloton, Swift et Pidcock partagent quelques mots, vraisemblablement sur les travaux routiers sur la M62, mais leurs rôles dans la course de cette année sont très différents. Alors que Pidcock est là pour soutenir le prétendant au maillot jaune des Ineos Grenadiers Geraint Thomas avec une petite licence pour prouver ses compétences comme il l’a magnifiquement fait lors de l’étape 12 jeudi dernier, le but de Swift est plus défini.

Le joueur de 26 ans de Doncaster est là pour soutenir la course de Nairo Quintana pour une place sur le podium et avec le sixième colombien qui se dirige vers la dernière semaine de course mardi, l’ancien champion britannique de course sur route peut être satisfait de son travail jusqu’à présent.

Connor Swift, Arkea Samsic, sur la scène d’ouverture au Danemark (Photo : Zac Williams / SWpix.com)

« Il n’est pas loin d’avoir une chance de monter sur le podium, nous espérons toujours pouvoir le céder », a déclaré Swift.

« Comme nous l’avons vu l’autre jour quand il a attaqué, sa forme est là et nous avons encore trois étapes de montagne dans les Pyrénées à venir, donc nous espérons qu’il pourra reproduire sa performance et que nous, en tant que coureurs de soutien, pourrons faire un pas en avant. » .

L’espace d’un instant dans l’étape 10 mardi dernier sur la route de Mauzine à Megève, Swift a pris la fuite et a osé rêver.

« En réalité, nous voulions Warren Barguil dans ce mouvement », déclare Swift, qui sait et accepte que son rôle de serviteur consiste à se sacrifier pour le bien de l’équipe.

Le partenaire Swift du Yorkshire Tom Pidcock s’impose à l’Alpe d’Huez (Photo: CorVos SWpix.com)

« Cela s’est terminé par une montée de 20 km et pour quelqu’un comme moi, ce n’est pas exactement la ligne d’arrivée idéale. C’était un peu décevant. Ensuite, dimanche, nous nous attendions à une belle journée d’échappée mais au final c’était un sprint, donc sur le plan personnel, il semblait qu’il n’y avait pas beaucoup d’opportunités, c’est tout pour Quintana. Ils sont là pour faire un travail, tu as peut-être une opportunité et tu dois la saisir, mais ils ne viennent pas très souvent. »

Mis à part la gloire personnelle, Swift peut prendre courage du fait qu’Arkea-Samsic l’a sélectionné pour courir le Tour de France pendant trois années consécutives et à chaque édition qui passe, il acquiert plus de connaissances et d’expérience.

Il était un développeur à la traîne derrière Pidcock et d’autres jeunes stars. Lorsqu’il a remporté le titre national de course sur route en 2018, il courait toujours pour une équipe continentale britannique à Madison Genesis.

« C’est ma troisième tournée presque en dessous de ma ceinture, c’est bon pour la suite. Cela montre que j’ai de l’expérience sur les grandes tournées. Je ne vois aucun inconvénient à cela, c’est juste une bonne progression dans ma carrière », déclare Swift.

Connor Swift en est à sa troisième saison complète avec Arkea-Samsix (Photo : SWPix.com)

« J’y suis entré inexpérimenté, c’était une courbe d’apprentissage abrupte, mais cela fait quelques années, je sais à quoi m’attendre. »

Cependant, il pourrait y avoir une opportunité de gloire plus tard dans l’année pour le South Yorkshireman, avec Swift pour l’équipe d’Angleterre dans la course sur route des Jeux du Commonwealth dans quinze jours, puis potentiellement les Championnats du monde sur route UCI en Australie en septembre.

« Attendez de voir la sélection pour cela, j’adorerais être là-bas en Australie dans un rôle de soutien pour Pidcock », a déclaré Swift.

« Et les Jeux du Commonwealth deux semaines après le Tour, potentiellement le leader de la course sera Ethan Hayter, mais encore une fois s’il y a une opportunité d’entrer dans la pause ou que cela se résume à un sprint, je serai l’un des gars qui cherchera pour. être dans ce mouvement. C’est le prochain grand objectif. « 

Thomas, quant à lui, croit toujours en ses chances de remporter un deuxième Tour de France cette semaine, mais sait qu’il devra relever un défi difficile pour éliminer le leader de la course Jonas Vingaard et le champion en titre Tadej Pogacar dans les Pyrénées.

Thomas a atteint le dernier jour de repos lundi troisième au classement général, à deux minutes et 43 secondes de Vingegaard en jaune et à 21 secondes de Pogacar.

« Ce sera certainement difficile avec deux coureurs incroyablement forts devant moi et pas un seul », a déclaré Thomas. «Nous devons continuer à croire en équipe.

« Tout ce que nous pouvons vraiment faire, c’est arriver à Paris le plus vite possible. Jonas et Tadej, si on ne les dépasse pas on ne le fait pas tout seul ».

READ  Théo Maledon, l'équipe de France chute dans FIBA ​​​​Thriller

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here