Contribution de la Belgique à travers le Fonds spécial pour les activités d’urgence et de réhabilitation (SFERA) – Irak

Pièces jointes

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Belgique contribuent à atténuer les impacts des risques induits par le climat sur les moyens de subsistance des producteurs de blé

Près de 2,5 millions de personnes en Irak ont ​​besoin d’aide humanitaire et 1,2 million de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays. Les personnes dans le besoin sont présentes dans presque tous les gouvernorats d’Iraq, mais les vulnérabilités restent plus élevées dans les gouvernorats touchés par le conflit dans les régions du nord et du centre. Des années de conflit et d’instabilité ont endommagé les récoltes et détruit des infrastructures agricoles vitales, laissant les communautés rurales déjà vulnérables à un risque supplémentaire d’insécurité alimentaire. De plus, l’Iraq est l’un des pays les plus vulnérables du Proche-Orient aux effets du changement climatique. Les risques induits par le climat tels que la hausse des températures, la diminution des précipitations, les tempêtes de sable et de poussière intenses et la grave pénurie d’eau, entre autres risques, exercent une pression énorme sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des communautés qui dépendent de l’agriculture. Environ un ménage sur trois utilise des mécanismes de gestion de crise ou d’urgence tels que l’épargne, l’achat de nourriture à crédit ou l’épuisement des ressources productives.

En 2022, 39 % des producteurs de cultures en Irak ont ​​déclaré avoir planté moins de superficies qu’au cours d’une année typique. En outre, environ 85 % ont déclaré avoir des difficultés à accéder aux intrants de production essentiels tels que l’eau (56 %), les engrais (54 %), les insecticides (30 %) et les semences (16 %). En conséquence, la récolte céréalière de 2022 devrait être inférieure d’environ 35 % à celle de 2021. La production de pluie agricole devrait être nettement inférieure en raison de la sécheresse persistante pour la deuxième année consécutive (affectant principalement les cultures de blé et d’orge). En outre, le phénomène La Niña est susceptible d’avoir un impact sur l’Irak au cours des mois restants de 2022 et au début de 2023 ; et pendant la saison du blé d’hiver, des précipitations inférieures à la moyenne sont attendues, affectant à la fois les zones pluviales et irriguées. Dans le même temps, les prix des intrants essentiels augmentent et la tendance devrait se poursuivre.

READ  Air France-KLM confirme la commande de quatre A350F de nouvelle génération

Cette combinaison inquiétante de chocs épuisera davantage la résilience des communautés dépendantes de l’agriculture et leur sécurité alimentaire. Dans ce contexte, il est impératif de mettre en œuvre de toute urgence des actions préventives pour atténuer les impacts des risques induits par le climat sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des familles agricoles les plus vulnérables. Pour soutenir cet objectif, à travers SFERA, le gouvernement du Royaume de Belgique a versé 625 000 USD à la FAO. Grâce à cette généreuse contribution, la FAO distribuera 226 tonnes de semences de blé résistantes à la sécheresse et 169,5 tonnes d’engrais à 1 130 familles d’agriculteurs vulnérables à Diwaniyah, Erbil et Kirkouk. En outre, le projet formera le personnel des services nationaux de vulgarisation et les bénéficiaires intéressés sur la gestion de l’irrigation intelligente face au climat et les bonnes pratiques agricoles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here