dans les aéroports et les gares, les voyageurs sont surpris par le manque de contrôle

TÉMOIGNAGES – Si les passagers de certains pays «à risque» sont systématiquement testés dans les aéroports, ceux de l’Union européenne ne le sont jamais. Et aucune mesure n’est mise en place dans les gares.

Je suis rentré d’Italie pendant le deuxième bloc et je n’ai même pas été invité à tester négatif à l’arrivée. C’est comme s’il n’y avait pas de Covid!A l’image de Samuel, étudiant à l’Université catholique de Lille, de nombreux voyageurs se méfient en arrivant en France, à la gare ou à l’aéroport. Ceux qui proviennent de l’Union européenne ou de pays où la circulation du virus est faible ne sont en fait ni contrôlés ni testés et s’inquiètent d’une certaine inattention aux frontières. D’autant qu’au contraire, l’écrasante majorité des pays limitrophes de la France a pris des mesures de précaution beaucoup plus drastiques.

«Je suis arrivé de Nuremberg (Allemagne) à Paris en train le vendredi 18 décembre et je n’avais ni examens ni chèques. C’est terrible! “, explique Eduardo Toledo, juriste argentin également doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui craint que “Ce manque de contrôle augmente le nombre de personnes infectées” sur le territoire français. Comme lui, l’étudiant Samuel a “L’impression que les mesures de transport aérien sont complètement occultées”, et c’est tout “Un manque de coordination et de coopération entre les pays européens”.

Contrôles insuffisants

Cependant, il n’y a rien d’illogique dans les deux cas évoqués ci-dessus au regard des lois en vigueur en France. À ce jour, la règle est la suivante: dans les stations, “il n’y a pas de test obligatoire même pour les trains venant de l’étranger », explique la SNCF, qui rappelle que des centres de test PCR sont mis à disposition des voyageurs qui le souhaitent dans certaines gares. Dans les aéroports, les voyageurs de l’Union européenne et certains autres pays comme la Suisse ou la Norvège sont exemptés de tous contrôles. De même, les passagers de sept pays à faible virus, tels que l’Australie, le Japon ou la Nouvelle-Zélande, ne sont ni contrôlés ni testés. En revanche, tous les voyageurs en provenance de pays où le virus circule beaucoup comme les États-Unis ou la Chine doivent fournir un test PCR négatif de moins de 72 heures ou passer le test à l’aéroport.

READ  Trois personnes sont mortes après l'effondrement de l'usine de transformation de l'Arctique

Bien entendu, ces règles s’appliquent bien aux frontières. Surtout, ils sont beaucoup moins drastiques que ceux qui ont lieu dans la grande majorité de nos voisins européens. L’Italie et l’Espagne, par exemple, exigent des tests négatifs de moins de 72 heures pour tous les voyageurs, y compris ceux de l’Union européenne. Et l’Allemagne impose une quarantaine de dix jours à tous les voyageurs en provenance de pays «à risque», dont la France.

Certains voyageurs regrettent un certain laxisme aux frontières. “Je suis rentré d’Australie début décembre avec Japan Airlines, explique Chloé, une fondatrice de 27 ans. L’entreprise n’avait pas de restrictions particulières et suivait celles de plusieurs pays. Venant d’Australie, nous faisions partie des passagers jugés «sans risque» par la France. Nous n’avons pas fait de test en Australie et lorsque nous sommes arrivés à Roissy, un autocollant rouge a été apposé sur notre passeport pour renoncer au test PCR.»Chloé n’a donc pas été contrôlée, mais elle n’a pas pu être testée à l’aéroport comme elle l’aurait souhaité avant de rejoindre la famille de son copain en Normandie. Cependant, ADP précise Figaro quoi “les personnes qui le souhaitent peuvent prendre rendez-vous sur Doctolib pour faire un test d’antigène à l’aéroport»Grâce à un partenariat entre le groupe et le laboratoire Cerballiance. Mais vous devez toujours arriver à l’aéroport au bon moment. «Le laboratoire a fermé à 16 heures, heure à laquelle notre avion a atterri. Nous n’avons pas pu être testés, cela nous a beaucoup surpris», Conclut Chloé. D’après le site parisaeroport, cet atelier ferme désormais ses portes à 17h.

READ  John Magufuli: Le dirigeant tanzanien qui nie Covid est-il mort d'un coronavirus? C'est l'une des nombreuses questions qu'il laisse derrière lui

Chronographe pendant 30 minutes

Pour les voyageurs en provenance de pays jugés à risque répertorié par le ministère de l’Intérieur, le protocole reste respecté. ADP garantit que “aujourd’hui, tous les passagers des pays à risque sont testés, sauf s’ils ont déjà un test négatif dans les 72 heures“. “Nous sommes allés en Serbie pour le tournoi de tennis de mon fils, explique Judit Memisoglu, une enseignante de 50 ans. A notre retour, nous avons mesuré la température à Belgrade, puis nous avons dû remplir un questionnaire dans l’avion et un autre à l’aéroport Charles de Gaulle. Ensuite, nous avons fait le test avant de récupérer les bagages. Dans les 30 minutes à plat de notre atterrissage, notre test était terminé. “ Heureusement pour elle, le résultat du test de Judit était négatif. Sinon, elle devrait rester à la maison pendant une semaine, sans supervision adéquate, mais avec des appels réguliers de l’assurance maladie.


VOIR ÉGALEMENT – Après l’entrée en vigueur des tests obligatoires, contrôle des voyageurs arrivant en Corse

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here