Deux choses qui ont changé pendant l’interdiction de Dylan Groenewegen. Et celui qui ne l’a pas fait mais qui aurait dû.

Dylan Groenewegen de Jumbo-Visma prendra le départ du Giro d’Italia la semaine prochaine, marquant sa première course depuis les événements fatidiques d’août 2020.

Il est notoire que Groenewegen a été tenu responsable des graves blessures subies par Fabio Jakobsen, qui est revenu lui-même à la course plus tôt ce mois-ci après un long et difficile processus de rééducation, et a été exclu de la compétition par l’UCI, l’organe directeur du sport.

Entre-temps, beaucoup de choses ont changé dans le cyclisme, mais certaines choses sont toujours les mêmes.

Liège – Bastogne – Liège

Carapaz disqualifié pour une descente super-tuck

25/04/2021 À 20:28

Bennett l’homme le plus rapide du monde

Avant l’interdiction, Dylan Groenewegen avait plus qu’un simple cri d’être considéré comme le sprinter le plus rapide du cyclisme. En fait, c’était pratiquement imbattable. Cependant, le teint des choses est très différent maintenant – avec Sam Bennett le roi incontesté des sprinteurs, grâce à une victoire dominante dans la compétition des maillots verts du Tour de France.

Si Groenewegen a peut-être eu une chance de sélection pour le Tour en 2020, il n’a aucune chance d’aller à La Grande Boucle cette année. Jumbo a déjà nommé son équipe, et il n’y a pas de place pour un autre sprinter, parmi l’impressionnante liste des domestiques de montagne pour guider Primož Roglič dans sa recherche du premier maillot jaune de sa carrière.

Sean Kelly réagit lorsque Sam Bennett le rejoint en tant que vainqueur du maillot vert irlandais

Les sprinters purs sont une race en voie de disparition

Appelez cela l’effet Sagan si vous le souhaitez, mais ce n’est plus suffisant pour être rapide. Les hommes rapides modernes doivent également être capables de grimper et de tenir des cailloux (ou du gravier). Il s’agit d’une tendance à venir, mais elle n’a jamais été aussi prononcée que cette année. Du moins, c’est ainsi qu’ils semblent regarder les résultats récents en une journée, avec Tadej Pogačar dépassant Julian Alaphilippe à Liège ou Wout van Aert privant le sprinter Giacomo Nizzolo d’une victoire à Gent-Wevelgem.

L’ère du pur spécialiste du sprint semble révolue, avec une ligne de plus en plus floue entre les sprinteurs, les garçons classiques et même les coureurs GC les plus rapides. En remportant l’Oxyclean Classic Brugge-De Panne, Sam Bennett a également prouvé qu’il était capable de rester coincé dans l’action dans les parcours difficiles d’une journée.

Groenewegen, est plus proche de la vieille idée d’un pur sprinter que la plupart des autres noms ci-dessus. Il sera fascinant de voir comment il s’adapte à la nature changeante de la course après près d’un an d’absence.

Regardez les étapes finales alors que Jakobsen et Groenewegen s’affrontent dans un sprint

Pas assez de leçons apprises sur les finitions dangereuses

L’une des plus grandes histoires de l’année à ce jour a été les nouvelles règles de sécurité de l’UCI, y compris l’interdiction des boss super-tuck. Richard Carapaz est le dernier coureur à avoir enfreint les nouvelles règles, mais alors que les disqualifications de haut niveau se poursuivent pour super roll-up et désordre, peu de choses ont changé lorsqu’il s’agit de s’assurer que les arrivées de sprint sont plus sûres dans un cycliste professionnel post-polonais.

Groenewegen a subi beaucoup de chaleur suite à l’accident qui a blessé Jakobsen, mais les organisateurs du Tour de Pologne ont également eu une part de responsabilité, bien que principalement sur les réseaux sociaux, plutôt que sur toute forme de censure de la part de l’UCI elle-même. Les barrières utilisées pour aligner la ligne d’arrivée ont été particulièrement examinées, ainsi que les derniers kilomètres de descente du parcours à Katowice, garantissant un sprint toujours incroyablement rapide. Cette étape particulière a été annulée du Tour de Pologne maintenant, mais les courses utilisent toujours les barrières dangereuses – avec celles de type polonais utilisées lors du Tour de Turquie plus tôt ce mois-ci.

Dans la quatrième étape de Turquie, un accident s’est produit dans la dernière ligne droite et après que plusieurs coureurs sont entrés en collision avec ces barrières, certains ont été emmenés de la scène sur des brancards portant des minerve, dont Manuel Belletti d’Eolo-Kometa, Noah Granigan (Wildlife Generation) et Hijiri Oda (Nippo-Provence-PTS). Il se souvenait horriblement de tout de l’accident de Jakobsen et de l’accident qui le hante sans aucun doute, lui et Groenewegen.

Liège – Bastogne – Liège

Temps forts: Pogacar revendique Liège-Bastogne-Liège devant Alaphilippe

25/04/2021 à 17:32

Liège – Bastogne – Liège

Opinion: Ineos promet de se réinventer en tant qu’artiste

25/04/2021 à 17:12

READ  Zidane à tiqué sur Aouar

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here