Éric La reconquête de Zemmour – L’Atlantique

En octobre, Éric Zemmour, l’auteur français à succès et personnalité médiatique qui a gagné un public dévoué en appliquant un éclat intellectuel de retour à une xénophobie populiste familière, a dépassé la porte-drapeau d’extrême droite française, Marine Le Pen. , dans les sondages pour le mois d’avril. élection présidentielle. Il a officiellement déclaré sa candidature fin novembre et a tenu son premier meeting électoral à Paris dimanche dernier. L’événement, initialement prévu pour l’arène du Zénith de 9 000 places, a rapidement dû être déplacé dans le plus grand Parc des Expositions, un immense centre de congrès de la banlieue parisienne de Villepinte, à quelques minutes en taxi de Charles de Gaulle et à une demi-heure en train de la Gare du Nord.

Lors d’une randonnée avec deux amis américains, j’ai réfléchi à une époque où, plusieurs années plus tôt, j’avais reconnu Zemmour dans la rue : un petit homme mince aux cheveux noirs clairsemés et à la peau bronzée, vêtu d’un costume bleu foncé de qualité, un téléphone portable. pressé contre son oreille. Paris est une petite capitale dense qui regroupe pour la France toutes les fonctions – politique, finance, mode, art, médias, divertissement – qui aux Etats-Unis se répartissent entre New York, Washington et Los Angeles. Tôt ou tard, vous verrez tout le monde. Le souvenir a souligné à quel point la vitesse et l’ampleur de l’ascension transformatrice de Zemmour étaient improbables, d’un journaliste provocateur mais grand public dont l’observation n’a pas suscité d’émotion énorme à la figure que j’étais sur le point d’observer électriser une foule bouillonnante et violente. .

Nous nous étions approchés du hall par la mauvaise direction et nous nous sommes retrouvés à errer dans l’immense propriété sous la pluie, passé un virage du parking où une douzaine de béliers noirs se tenaient de manière incongrue sur une pente herbeuse. J’ai engagé la conversation avec le seul autre participant en vue, un homme plus âgé qui s’est identifié comme étant Gabin Abina, originaire du Cameroun, gaulliste et membre d’un groupe appelé les Amis d’Éric Zemmour. Abina a apprécié la capacité du politicien à dire la vérité, s’est contentée de s’expliquer. En tant qu’étranger, Zemmour n’était pas un produit de « bouillabaisse politique« (Une version plus savoureuse de » le marais « à Washington, DC). « Il dit des choses qu’on dit depuis les années 1990 », poursuit Abina, simplement que les immigrés doivent s’assimiler, ils doivent « s’adapter » à la France. « La culture française est la mienne depuis que je suis en Afrique. » Du point de vue d’Abina, les médias, considérant Zemmour (qui est juif) comme un antisémite et un xénophobe, ont essayé de le présenter comme quelque chose qu’il n’est pas. « Le racisme est partout en France, mais il est aussi en Afrique », a-t-il répondu lorsque je lui ai demandé ce que c’était que d’être un supporter noir de Zemmour. « Il y a des racistes là-bas. Je suis né là-bas. Il y a du racisme partout. Il y a aussi du racisme à gauche ».

READ  "Histoires d'une génération avec le pape François", 25 décembre, Netflix

Il s’est avéré qu’Abina serait le premier et le dernier partisan de l’ascendance africaine que j’ai remarqué ce jour-là. En me promenant dans la salle, j’ai acheté un journal étudiant à un groupe de bénévoles. Le titre disait: « L’immigration en ce qui concerne l’intérêt national. » L’image de couverture était une illustration improbable d’un bateau chargé de personnes à l’air confus représentant toutes sortes d’ethnies non blanches, blotties les unes contre les autres, un soleil brûlant se couchant de façon inquiétante derrière eux. Les portes s’étaient ouvertes à 13 heures. Le début de l’événement était prévu à 14h30. Ils approchaient de 3 heures du matin. Des milliers de participants s’accrochaient ou se drapaient dans des drapeaux tricolores qui circulaient autour. La foule a étonnamment déformé la jeunesse et la classe moyenne, sans montrer le laisser-aller de la gilets jaunes émeutes, l’ancien mouvement populiste qui a secoué l’establishment français pendant une solide année avant COVID-19. Norah Jones chantait paresseusement dans les haut-parleurs. Il aurait été facile d’oublier que nous étions à un rassemblement politique de droite s’il n’y avait pas eu les bandes de jeunes blessés qui parcouraient régulièrement la foule, entourant et interrogeant, semblait-il, quiconque ressemblait à un Arabe.

Vers 17 heures, d’élégantes vidéos promotionnelles ont commencé à être diffusées, des images des rassemblements d’avant-campagne que Zemmour avait récemment organisés en province. A Bordeaux, un groupe de lycéens a affiché une banderole indiquant ZEMMOUR MEILLEUR CRU 2022 (« meilleure année ») ; en Corse, s’exprimant devant un décor méditerranéen chatoyant, Zemmour a déclaré que la France est « déjà très différente ». Citant la Savoie, la Bretagne, la Normandie et d’autres cultures régionales, il a assuré à son auditoire : « Nous avons toute la diversité dont nous avons besoin ! Bientôt, un méli-mélo d’orateurs est monté sur scène. Le premier, un « fils d’immigrés » à la peau brune, a suscité une ovation avec la phrase « L’assimilation est antiraciste ». Un autre a accusé le président Emmanuel Macron d’être un « progressiste, multiculturel, transhumaniste qui liquéfie notre société ». Un jeune de 22 ans a souligné la nécessité de « rendre sa fierté à la France ». Tout le monde a qualifié le pays de variante de la « plus belle nation du monde ». Un homme politique, Paul-Marie Couteaux, a noté qu’en 27 ans d’amitié avec Zemmour, les deux n’ont jamais « parlé de livres sur l’histoire de France ». Il a conclu que Zemmour, qui « n’est pas un homme politique, mais un homme d’État », doit être rendu « roi de France», qui a rencontré une approbation surprenante.

READ  N'est-il pas temps de laisser le Titanic seul?

Les Français ont tendance à ne pas aimer les rois, ni même les présidents qui deviennent trop « jeunes ». Ils n’ont certainement aucun respect pour les politiciens. L’été dernier, lors d’une réunion à Tain-l’Hermitage, un homme qui se dit enragé par le « déclin » de la France impulsivement giflé Macron au visage. Dans une situation similaire, un autre homme dans une ligne de poignée de main une fois violemment tiré sur le président de l’époque, Nicolas Sarkozy pour la veste, le tirant presque au sol. Ce soir-là, lorsque Zemmour arriva enfin sur scène par un chemin taillé directement au centre du public, un jeune Arabe jeté en avant et l’a pris avec un puissant serre-tête avant que la sécurité ne puisse le libérer. Zemmour se ressaisit rapidement, continuant sur scène et faisant même un clin d’œil à Sarah Knafo, son directeur de campagne de 27 ans, mais quelque chose dans l’atmosphère a changé.

« Pas de fausse modestie », a-t-il commencé. « Les enjeux sont immenses ». Presque immédiatement, une énorme agitation a éclaté. Il était impossible de voir tout ce qui se passait. Des dizaines de supporters ont afflué au fond de l’espace semblable à un hangar à la recherche de quelque chose. Comme les membres du public autour de nous, nous nous sommes levés sur nos chaises pour mieux voir. Zemmour continua, sans réagir, mais personne dans mon voisinage n’écoutait. Un de mes amis a rapporté avoir vu des gens jetés sous ce qui semblait être des bâches noires, puis battus. Un cordon de jeunes gardiens empêchait l’approche des curieux. Alors que les gens commençaient à quitter les sorties, nous avons été rejoints par une vague de jeunes hommes, dont certains avaient retiré leurs ceintures de cuir et les avaient transformées en armes. Ils ont été repoussés par encore plus de policiers en tenue anti-émeute à l’entrée du bâtiment. C’est alors que nous avons remarqué les objets de la poursuite : un jeune homme et deux jeunes femmes, tous trois saignant abondamment de blessures à la tête, et maintenant rejoints par des policiers et des reporters de télévision implacables. Il s’agissait de manifestants non violents du groupe SOS Racisme.

READ  Mediawan Studio France & Israel Outfit ADD Content Team For Series About Activist & Ex Soldier Ziv Shilon

Nous avons été conduits par la police jusqu’à la gare et sur le quai du RER, où nous avons embarqué avec les partisans de Zemmour qui avaient été poussés dans le délire quelques instants plus tôt à la perspective d’arrêter l’immigration. Arrêt après arrêt, alors que nous revenions à la gare du Nord, la composition de la voiture a été physiquement reconfigurée car elle était remplie des types mêmes de visages que Zemmour avait perçus comme symbolisant une nouvelle colonisation à l’envers. Voilà un microcosme de « substitution » qui s’opérait en temps réel alors que les visages blancs étaient éparpillés, entourés, puis rendus presque invisibles lorsque nous arrivions à Paris. Je me demandais ce que ces supporters pensaient maintenant. Que voudraient-ils Faire à ces gens, ils devraient avoir leur chemin en avril? De retour à la maison, reprenant le reste du discours qui nous avait échappé, nous avons senti le début d’une réponse pas vraiment subtile. Zemmour avait nommé son nouveau parti politique Reconquête, évoquant l’expulsion médiévale des musulmans de la péninsule ibérique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here