Kwibohora 27 : l’envoyé du Rwanda en Belgique parle du parcours de transformation | Les temps nouveaux

Les Rwandais vivant en Belgique et au Luxembourg le dimanche 4 juillet se sont réunis à la fois physiquement et virtuellement pour célébrer le Jour de la Libération, un événement marqué par l’apprentissage du parcours de libération et de transformation du Rwanda.

L’ambassadeur du Rwanda en Belgique, Dieudonné Rugambwa Sebashongore, a expliqué que le 4 juillet 1994 marquait la fin du génocide de 100 jours contre les Tutsis qui a fait plus d’un million de morts et dont les restes sont toujours découverts 27 ans plus tard.

Expliquant au public les tâches immédiates du FPR après la lutte de libération, il a dit ;

« Il fallait faire le point sur le pays, définir un cadre et créer des instances dédiées à la mise en œuvre de la reconstruction de notre nation. Cette image a été discutée lors des débats tenus dans le village d’Urugwiro entre 1998 et 1999 qui ont jeté les bases de la nouvelle constitution, adoptée par le peuple en 2003 », a-t-il déclaré.

En termes de gouvernement, a-t-il dit, ils ont été confrontés au défi de rétablir la justice dans un souci d’unité et de réconciliation de la population.

« Nous avons trouvé des solutions dans la tradition et dans nos juridictions Gacaca traditionnelles », a-t-il déclaré, faisant référence au système judiciaire dans lequel près de deux millions de cas de génocide et de crimes connexes ont été jugés.

Il a déclaré qu’un autre problème endémique pour lequel le nouveau gouvernement voulait étouffer dans l’œuf était la corruption, qui a conduit à la création du bureau du médiateur qui a permis de réguler les obstacles au développement économique.

READ  Les Palestiniens publient une déclaration anti-américaine sur Durban

Sur le plan économique, a-t-il dit, la Rwanda Revenue Authority a été créée pour améliorer l’administration fiscale et permettre progressivement au pays de financer son budget national et de réduire sa dépendance vis-à-vis de l’aide internationale.

Dans le budget actuel, dont la mise en œuvre a commencé au début du mois, 67% des dépenses seront mobilisées à l’échelle nationale.

En termes de développement social, la création d’interventions de protection sociale telles que le système d’assurance maladie communautaire (Mutuelle de Santé) qui permet à chaque Rwandais de recevoir des soins de santé de base est une étape importante, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que des solutions d’inspiration locale telles que le programme de stratification sociale d’Ubudehe et le programme Girinka pour une vache par famille ont également contribué à réduire la pauvreté.

Le gouvernement, par l’intermédiaire du Rwanda Development Board (RDB), a également donné la priorité à la création d’un climat d’affaires et d’investissement favorable pour que le secteur privé prospère et catalyse la croissance économique globale.

D’autres réalisations notables incluent l’égalité des sexes, dont l’envoyé a noté qu’elle a dépassé les objectifs initiaux, avec 61 pour cent de femmes au parlement et plus de 50 pour cent au gouvernement.

Il a ajouté que des millions de personnes sont sorties de la pauvreté.

Unité et réconciliation

La sénatrice Marie-Rose Mureshyankwano, qui s’est virtuellement adressée aux participants, a réitéré que d’énormes progrès ont été accomplis dans la promotion de l’unité et de la réconciliation tout en soignant les survivants du génocide.

Il a déclaré que les juridictions Gacaca ne sont pas seulement destinées à conduire à la condamnation des auteurs du génocide, mais ont également facilité le chemin du pays vers la réconciliation.

READ  La Belgique durcit les règles pour les voyageurs de retour

Le législateur a noté d’autres initiatives telles que Ndi-umunyarawanda comme l’une des solutions locales qui ont joué un rôle important dans l’unification des communautés gravement fracturées par le génocide.

[email protected]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here