La Belgique veut devenir un hub de l’hydrogène renouvelable

Vendredi, le gouvernement fédéral a approuvé une stratégie visant à faire de la Belgique une plaque tournante pour l’importation et le transit d’hydrogène renouvelable, faisant du pays un pionnier de cette technologie.

Les plans visent à réduire l’impact environnemental des industries lourdes, telles que la production et la transformation des matières premières. Ces industries représentent actuellement 30% des émissions de CO2 de la Belgique. La ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten, estime que l’hydrogène sera la clé de la décarbonisation du secteur, selon l’agence de presse belge.

« Pour que l’hydrogène renouvelable devienne un élément crédible du bouquet énergétique d’ici 2030, nous devons commencer dès aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Souvent vantée comme une énergie « propre » puisque sa combustion ne crée que de l’eau, en effet, la production d’hydrogène est très énergivore. Afin de réduire l’impact environnemental du processus de production, il est nécessaire d’utiliser des sources d’énergie renouvelables pour l’alimenter.

La stratégie de la Belgique est basée sur l’énergie solaire et éolienne et on espère qu’elle conduira à la création de 10.000 emplois. Cependant, bien que la Belgique développe sa capacité éolienne et solaire, en particulier avec des parcs éoliens et solaires offshore, les plans prévoient que le pays continue d’importer de l’énergie. Cependant, ce sera désormais « le soleil et le vent liquides » sous forme d’hydrogène liquide.

Outre les bénéfices écologiques de cette source d’énergie alternative, cette mesure permettrait à la Belgique de devenir plus indépendante d’un point de vue géopolitique car elle ne dépendrait plus des gisements d’énergies fossiles des pays exportateurs comme la Russie ou les pays du Golfe.

READ  Soudage robotisé : Son origine et qui l’utilise

Articles Liés

Contrairement aux combustibles fossiles qui se font de plus en plus rares, entraînant une demande et une concurrence pouvant entraîner des retombées politiques, les technologies renouvelables se développent et dépendent souvent des conditions météorologiques. Bref, l’offre d’énergie renouvelable est en croissance, ce qui va augmenter les prix et en faire une source d’énergie plus attractive.

D’ici 2030, les importations d’énergies renouvelables devraient représenter entre 3 et 6 TWh, soit l’équivalent de la production d’une centrale nucléaire. D’ici 2050, date actuellement fixée pour atteindre la neutralité carbone, les importations d’origine renouvelable pourraient atteindre entre 100 et 165 TWh.

Le gouvernement fédéral s’appuiera sur les fonds alloués à la transition énergétique verte de la Belgique et au plan national pour financer la stratégie, qui permettrait à la Belgique de devenir un leader mondial dans les domaines de la technologie et de la recherche et de l’innovation. La stratégie identifie également le développement comme une centrale électrique pour l’approvisionnement en hydrogène renouvelable en reliant les centres industriels.

À plus long terme, les plans pourraient également voir la Belgique fournir de l’hydrogène à d’autres pays d’Europe, à la fois pour les industries lourdes et pour la consommation d’énergie plus générale. La première phase du projet prévoit la pose de 100 à 160 km de canalisations pour le transport d’hydrogène liquide d’ici 2026.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here