Économie

URL courte

Alors que le prix du Bitcoin bat un record après l’autre, la question se pose de l’influence de Pékin sur la crypto-monnaie la plus célèbre. La Chine fait pression pour promouvoir sa monnaie numérique. Pour Julien Béranger, spécialiste de la crypto-monnaie, l’Empire du Milieu n’est pas encore capable de menacer sérieusement Bitcoin.

Mais où va-t-il s’arrêter? Ce 6 janvier à 14h04 UTC, le prix du Bitcoin (BTC) a atteint 34459,70 $ (27990,41 €). Jamais vu. Pour rappel, le prix de la crypto-monnaie la plus populaire a chuté sous les 5000 dollars en mars dernier.

EST Bitcoin il n’affecte que les individus. Ces derniers mois, de nombreux fonds d’investissement ont misé sur la crypto-monnaie. Analystes banques d’investissement célèbres comme Citi ou JPMorgan suivent maintenant leur cours. Bitcoin serait une sorte d’or numérique, profitant de l’évasion de la presse de la banque centrale pour voir son prix monter.

Et la Chine s’y intéresse depuis longtemps. Depuis 2015, une étude La banque d’investissement Goldman Sachs a montré que 80% du volume des transactions BTC était en yuan. Un taux qui passera à 95% en mai 2016 selon un rapport par le spécialiste Coindesk.

“La Chine est l’adversaire potentiel le plus puissant de Bitcoin”

Du côté de l’infrastructure informatique sur laquelle repose le réseau BTC, la Chine joue également un rôle important. On estime que plus de la moitié des “Fermes minières” de la planète est dans le pays. Le minage est le nom donné à l’opération qui vise à valider une transaction en chiffrant les données et en les enregistrant dans la blockchain, en échange d’une récompense. Un processus qui demande beaucoup de puissance de calcul et donc beaucoup de matériel performant.

«Certaines études identifient des opérateurs miniers en Chine, notamment en raison des faibles coûts d’électricité, mais il faut prendre le temps de vérifier sur quelles données ces études sont basées», explique au micro de Sputnik Julien Béranger, responsable de Strat e crypto-monnaie.

Récemment, cependant, “Le gouvernement chinois a décidé de resserrer la vis sur les fermes minières”, ajoute l’expert. Début 2020, Pékin a commencé à inspecter ces usines.

READ  Une mutation du coronavirus ravive l'aversion au risque

Une étude universitaire publiée en octobre 2018 a déjà noté la menace potentielle que la Chine représente pour la CTB: “La Chine est l’adversaire potentiel le plus puissant de Bitcoin et nous avons constaté qu’elle avait un certain nombre de raisons évidentes d’attaquer le système, ainsi qu’un certain nombre d’opportunités, à la fois réglementaires et techniques, pour mener ces attaques.”

Julien Béranger relativise cependant la puissance gênante de l’Empire du Milieu:

«Ce n’est pas en interdisant aux mineurs chinois d’exploiter Bitcoin qu’il sera menacé. Si cela ne se produit pas en Chine, cela se produira ailleurs. Ce n’est pas parce que Bitcoin est extrait en Chine qu’il se retrouve dans les coffres du gouvernement chinois. On ne peut donc certainement pas dire que la Chine jouit d’une “position dominante” dans ce secteur “.

Début 2020, Larry Silbert, fondateur de Grayscale Investments, a fait état d’un phénomène de migration des fermes minières: “Ce que j’ai vu récemment, probablement au cours des trois à six derniers mois, est une tendance croissante aux tentatives de transfert de cette entreprise hors de Chine, plus particulièrement aux États-Unis et au Canada.”

E- yuan contre Bitcoin

Le gouvernement chinois tenterait-il d’attaquer la BTC pour promouvoir sa monnaie virtuelle? “Ces nouvelles restrictions visent également à forcer les mineurs à fournir une infrastructure dédiée aux technologies blockchain soutenues par l’État”, rapporte le Global Times, ” un journal chinois proche du pouvoir. Pékin a l’ambition de lancer un yuan numérique dans les années à venir. Cet e-yuan serait échangeable contre du yuan chinois via des échanges électroniques “, une enquête de Florian Bayard précisée en septembre dernier pour Cryptoast.

READ  ce que le gouvernement propose

Cette devise, appelée DCEP (paiement électronique en monnaie numérique) ou “Yuan numérique”, a été conçu depuis 2014 et est actuellement testé dans plusieurs grandes villes chinoises. Contrairement à la BTC, le yuan virtuel sera émis par la Banque centrale, comme le cours légal actuel. Une grosse différence.

Julien Béranger, ancien professeur de chinois, s’est rendu à plusieurs reprises en Chine. Lors de son dernier voyage en 2017, il a été frappé par l’importance que les monnaies numériques ont acquise dans la vie quotidienne des habitants.

«Je voulais acheter un Coca dans la rue et le commerçant m’a présenté un QR code pour régler la transaction. La Chine a joué un rôle de premier plan dans l’utilisation des monnaies numériques », explique l’expert.

Et Pékin semble déterminé à changer de vitesse, comme le souligne le journaliste économique Jean-Marc Sylvestre sur Atlantico. Rappelez-vous que la banque centrale chinoise a proposé que le yuan numérique devienne la crypto-monnaie officielle du pays: «Il s’agissait, bien sûr, d’empêcher les fortunes chinoises de s’échapper via Bitcoin. Mais pour ce faire, la Chine a choisi d’intégrer le yuan numérique dans la monnaie officielle de la République populaire de Chine. Cela revient à exclure effectivement toute autre crypto-monnaie avec, par conséquent , des peines et amendes relativement sévères proportionnelles au montant créé et à une peine de prison “.

Julien Béranger souhaite s’éloigner de ces considérations “Trop financier et spéculatif”. Selon lui, il s’agit d’une petite partie de la valeur de la crypto-monnaie.

«Les États veulent à la fois punir la fraude et encourager l’innovation. Dans le contexte de l’explosion de notre secteur, cet équilibre est difficile à trouver. Le Web 3, en tant que mouvement, défend une forte décentralisation, la capacité de vérifier les données et la sécurité du réseau. Puisque ces nouvelles techniques sont open source, les Etats pourraient y contribuer plus activement », conclut l’expert.