La maison en 50 objets du monde #21 : pièce maîtresse pour 100 convives

Vous n’avez peut-être pas eu beaucoup de chance de sortir votre vaisselle ces derniers mois. Mais avec la fin de la réglementation Covid pour beaucoup d’entre nous, certains pourraient entendre un dîner approcher. Relevez la barre de l’inspiration avec ce centre de table monumental pour 100 convives commandé par Napoléon III, neveu de Bonaparte, en 1852.

Réalisée pour une table en bronze argenté de 30 mètres par les vénérables artisans de Christofle, cette pièce, exposée au Musée des Arts Décoratifs de Paris, n’est qu’une des 15 sections. Des décolorations et des cloques témoignent d’un incendie qui a détruit le palais des Tuileries lors de l’insurrection de la Commune de Paris en 1871.

Napoléon III fut le premier président et le dernier monarque de France. Son « autogolpe » en 1851 lui permet de devenir empereur. Mais pour être un aristocrate et un autocrate, il était étrangement progressiste, modernisant l’économie française et concevant le plan du baron Haussmann pour remplacer les bidonvilles de Paris par des boulevards et des parcs aérés. Ses réformes sociales comprenaient des hôpitaux et des logements sociaux pour les pauvres, le droit de grève et l’éducation pour les femmes.

Cela n’enlève rien à son goût pour l’opulence, bien sûr, ni à celui de ses contemporains. Ces immenses centres de table sculptés – d’abord en métaux précieux, puis en porcelaine – font fureur dans l’aristocratie européenne depuis le XVIIe siècle, chargés d’épergnes, de plateaux en miroir et de candélabres.

Tout en engageant des décorateurs pour modéliser des desserts épiques, les plus modestes se sont appuyés sur des créateurs de goût comme Mme Beeton. En elle Livre de gestion familiale (1861), a longuement conseillé sur l’arrangement floral, recommandant ouvertement les fleurs sauvages saisonnières « si l’économie est un objet ».

READ  Le Premier ministre grec présente un plan en 6 points pour une économie durable lors d'une conférence en France

L’équivalent moderne du point d’appui de l’empereur est le paysage de table, un terme inventé par la chef de la télévision américaine Sandra Lee, dont Cuisine semi-maison a duré 15 saisons sur Food Network. Ses créations fantastiques ressemblaient plus à « des décors d’opéra métropolitain qu’à des décorations de dîner », a commenté le magazine Vogue. La voir Topiaire italien, une chaise antique peinte en or enveloppée de fleurs de soie et de fausses vignes.

Le décor de table est en plein essor, avec des présentoirs thématiques disponibles à la location auprès d’entreprises comme Lay London et Instagram #meubles de table enregistrant 4,4 millions de messages à ce jour ce mois-ci.

Plus c’est extravagant, mieux c’est. En 2015, une écrivaine gastronomique de Slate a décrit comment elle avait convaincu son frère « d’abattre un vide sanitaire abandonné d’un arbre pour l’utiliser comme pièce maîtresse pour compléter l’atmosphère sauvage et boisée » d’une table de Thanksgiving.

Quant à mes futurs convives, j’espère qu’ils aiment les tulipes.

madparis.fr

Suivre @FTProperty sur Twitter ou @ft_houseandhome sur Instagram pour découvrir nos dernières histoires en avant-première

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here