Alors que les manifestations contre le coup d’État militaire, qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu du chef civil Aung San Suu Kyi, entraient dans leur quatrième semaine, les forces de sécurité ont entamé une violente répression contre les manifestants dans les villes du pays.

Dans la plus grande ville, Yangon, un manifestant a été abattu lorsque la police a ouvert le feu sur des manifestants, selon Reuters, citant un médecin de l’hôpital. Le médecin, qui a demandé à ne pas être identifié, a déclaré que le manifestant avait été transporté à l’hôpital avec une blessure par balle à la poitrine. Les médias locaux Mizzima ont également rapporté la mort dans le canton de Thingangyun à Yangon.

Dans le sud du pays, trois personnes ont été tuées et plus d’une douzaine ont été blessées lorsque la police a ouvert le feu sur des manifestants dans la ville de Dawei, selon les médias de Dawei Watch. Le politicien local Kyaw Min Htike a confirmé que la police avait abattu des manifestants à Dawei.

C’était le plus grand nombre de victimes en une seule journée.

La police et le porte-parole du conseil militaire au pouvoir n’ont pas répondu aux appels téléphoniques sollicitant des commentaires.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont capturé l’escalade des affrontements entre les manifestants et les forces de sécurité.

Tir depuis le quartier de Hledan à Yangon, des coups de feu ont pu être entendus. Les médias locaux ont rapporté qu’au moins cinq personnes avaient été blessées lors de ces affrontements. Les coups de feu ont également pu être entendus dans une diffusion en direct publiée sur les réseaux sociaux par les médias locaux dans la ville de Tamwe à Yangon, dans laquelle des foules de manifestants fuyaient la police. Au moins cinq étudiants ont été arrêtés dimanche lors de manifestations dans le centre-ville de Yangon.

READ  Netanyahu et Smotrich promettent de persuader Bennett de ne pas former un gouvernement de `` gauche ''

Dimanche marque le deuxième jour de la répression intensifiée par l’armée contre les manifestants anti-coup d’État, au cours de laquelle des centaines de personnes, dont des journalistes, ont été arrêtées. Samedi, dans des villes du Myanmar, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc, des canons à eau et ont tiré leurs armes en l’air pour disperser les manifestants.

Les manifestants crient des slogans alors que la police arrive lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire à Mandalay le 28 février 2021.

Après le coup d’État, au moins sept manifestants et un policier ont été tués, selon Reuters. Le groupe militant, l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP), a déclaré que jusqu’à samedi, il avait documenté 854 personnes qui avaient été arrêtées, inculpées ou condamnées lors du coup d’État du 1er février. Le groupe a cependant noté que “des centaines de personnes” avaient été arrêtées samedi à Yangon et dans d’autres lieux.

L’ambassadeur de l’ONU défie les militaires

Les affrontements surviennent le jour après que la junte militaire au pouvoir a limogé l’ambassadeur de l’ONU pour avoir fait un motif passionné à l’Assemblée générale des Nations Unies pour l’action d’aide internationale renverser le coup.

Le samedi, La télévision d’Etat MRTV a annoncé la destitution de l’ambassadeur de l’ONU Kyaw Moe Tun, affirmant qu’elle avait “abusé du pouvoir et des responsabilités d’un ambassadeur permanent” et “trahi le pays”.

S’adressant à Reuters après son limogeage, Kyaw Moe Tun a déclaré qu’il “avait décidé de réagir le plus longtemps possible”.

S’adressant à l’assemblée à New York vendredi, Kyaw Moe Tun a défié les dirigeants militaires qui contrôlent désormais le pays et a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU et le monde à utiliser “tous les moyens nécessaires” pour sauver le peuple du Myanmar. militaire à rendre compte.

READ  Le critique de Poutine, Navalny, accuse la prison de lui avoir refusé un traitement médical

“Nous avons besoin de l’action la plus ferme possible de la part de la communauté internationale pour mettre immédiatement fin au coup d’État militaire, pour arrêter d’oppresser des innocents, pour rendre le pouvoir de l’Etat au peuple et pour restaurer la démocratie”, a-t-il déclaré.

L'ambassadeur de l'ONU Kyaw Moe Tun du Myanmar prend la parole à l'Assemblée générale le 26 février.

Kyaw Moe Tun a déclaré qu’il prononçait le discours au nom du gouvernement de Suu Kyi, qui a remporté massivement les élections du 8 novembre. Suu Kyi est maintenant détenue avec d’autres dirigeants du gouvernement, dont le président Win Myint.

Dans un spectacle provocant, l’ambassadeur a également lancé le salut à trois doigts «Hunger Games» utilisé par les manifestants dans les rues du Myanmar et adopté par les récentes manifestations dans la Thaïlande voisine.

À la fin du discours, le diplomate a reçu de rares applaudissements de la part de ses collègues des Nations Unies. La nouvelle ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a salué les remarques «courageuses» de l’envoyé.

“Les États-Unis continuent de condamner fermement le coup d’État militaire au Myanmar”, a-t-il déclaré vendredi, s’adressant à l’assemblée. “Et nous condamnons le meurtre brutal de personnes non armées par les forces de sécurité.”

Thomas-Greenfield a ajouté que les États-Unis “continueront de fournir une aide humanitaire vitale, y compris les Rohingyas et d’autres populations vulnérables dans les États de Chin, Kachin, Rakhine et Shan”.

Richard Roth, Hamdi Alkhshali, Kristina Sgueglia et Zamira Rahim de CNN ont contribué.