Le Canada lève des fonds pour l’Ukraine en vendant des obligations

WINNIPEG, 28 octobre (Reuters) – Le Canada vendra des obligations à cinq ans garanties par le gouvernement afin de lever des fonds pour l’Ukraine, le premier pays à le faire, et imposera de nouvelles sanctions à 35 citoyens russes, dont Gazprom. (GAZP.MM) dirigeants, a déclaré vendredi le premier ministre Justin Trudeau.

« Les Canadiens pourront désormais se tourner vers les grandes banques pour acheter leurs obligations souveraines qui arriveront à échéance après cinq ans avec intérêt », a déclaré Trudeau lors d’une réunion annuelle du Congrès ukrainien canadien à Winnipeg.

« Ces fonds serviront à soutenir le gouvernement ukrainien afin qu’il puisse continuer à soutenir le peuple ukrainien », a-t-il déclaré.

Le Canada possède l’une des plus grandes diasporas ukrainiennes au monde en dehors des pays limitrophes de l’Ukraine, et la communauté a fait pression sur Ottawa pour imposer des sanctions de plus en plus sévères contre la Russie depuis qu’elle a envahi l’Ukraine en février.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a remercié Trudeau sur Twitter, affirmant que le lien « permettra à chacun de contribuer à notre victoire ».

Trudeau n’a pas précisé quand les obligations seraient mises en vente.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a refusé de dire si le Canada limiterait la valeur totale des obligations qu’il cautionnait.

Le produit « aidera le gouvernement (ukrainien) à poursuivre ses opérations, y compris la fourniture de services essentiels aux Ukrainiens, tels que les retraites, et l’achat de carburant avant l’hiver », indique un communiqué.

L’équivalent des revenus collectés sera acheminé « directement vers l’Ukraine » via un compte administré par le Fonds monétaire international, selon le communiqué.

READ  Le gouvernement israélien approuve le nouveau budget de l'État pour la première fois en trois ans

Trudeau a également annoncé de nouvelles sanctions contre 35 hauts responsables d’entités du secteur de l’énergie, dont Gazprom « et ses filiales », selon un communiqué, ainsi que six autres « entités du secteur de l’énergie ».

« Nous continuerons de serrer la vis à quiconque favorise cette invasion illégale », a déclaré Trudeau.

De plus, le Canada a l’intention d’imposer de nouvelles sanctions « aux membres des secteurs de la justice et de la sécurité russes, notamment les policiers et les enquêteurs, les procureurs, les juges et les agents pénitentiaires, impliqués dans des violations graves et systématiques des droits de l’homme contre des dirigeants de l’opposition russe », indique le communiqué. a dit.

Reportage de Steve Scherer à Ottawa et Rod Nickel à Winnipeg; Écrit par Steve Scherer; Montage par Howard Goller et Josie Kao

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here