Le Danemark vote sur des liens de défense plus étroits avec l’UE face aux inquiétudes de la Russie

COPENHAGUE, 1er juin (Reuters) – Les Danois votent mercredi pour décider s’ils rejoignent la politique de défense de l’Union européenne, devenant potentiellement la dernière position du bloc à signer alors que l’invasion russe de l’Ukraine oblige les pays à réévaluer radicalement leur sécurité.

Le Danemark est le seul membre du bloc des 27 pays à ne pas participer à la politique de sécurité et de défense commune, ayant obtenu des exemptions de celle-ci et de l’euro lors d’un référendum de 1993 sur le traité de Maastricht, qui a jeté les bases de l’UE moderne.

Si les Danois, notoirement critiques à l’égard de l’UE, votent pour abolir l’opt-out, comme le suggèrent les sondages, cela marquerait un autre changement important dans la politique de l’Europe après le lancement de l’invasion par la Russie en février.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La Suède et la Finlande ont décidé ce mois-ci de demander leur adhésion à l’OTAN. Le Danemark et l’Allemagne se sont déjà engagés à augmenter considérablement les dépenses de défense. Lire la suite

« L’OTAN restera évidemment notre outil le plus important, mais l’UE nous offre un autre outil pour assurer notre défense à l’Est », a déclaré Mogens Jensen, porte-parole de la défense des sociaux-démocrates au pouvoir.

Le Danemark est un membre fondateur de l’OTAN, mais la plus grande puissance militaire de l’alliance, les États-Unis, a signalé que les alliés européens doivent assumer davantage la responsabilité de leur propre sécurité.

La participation à la politique de sécurité et de défense commune permettrait au Danemark de participer à des opérations militaires conjointes de l’UE, comme celles en Somalie, au Mali et en Bosnie.

READ  Caroline du Nord incluse dans la dernière trace de prévision de l'ouragan Elsa :: WRAL.com

Et tandis que l’UE bénéficiera de la vaste expérience du Danemark dans les opérations militaires sous l’OTAN et d’autres alliances, un oui serait surtout considéré comme une victoire symbolique à Bruxelles, selon Kristian Soby Kristensen, chercheur principal au Centre d’études militaires. .

« L’importance politique l’emportera sur la contribution militaire », a déclaré Kristensen à Reuters.

Une large majorité au parlement recommande la suppression de l’opt-out. Le vote de mercredi sera la troisième tentative de ce type des législateurs danois pour révoquer l’un des opt-outs de 1993 après les votes sur l’euro en 2000 et sur la justice et les affaires intérieures en 2015, qui ont tous deux échoué.

Les sondages préliminaires ont montré une solide avance des votants favorables à la suppression de l’opt-out, avec près de 48 % pour et 31 % contre.

Les opposants ont déclaré que la coopération en matière de défense de l’UE était mise à rude épreuve par la bureaucratie et un processus décisionnel inefficace, craignant également la perspective de devoir contribuer à une éventuelle armée supranationale de l’UE.

L’UE n’a pas l’intention de mettre en place une armée supranationale au sein du bloc, mais a décidé de former une force de déploiement rapide pouvant compter jusqu’à 5 000 hommes. Lire la suite

Les bureaux de vote ferment à 18h00 GMT. Le résultat est attendu en fin de soirée.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Nikolaj Skydsgaard; Montage par Alison Williams

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here