PARIS (AP) – Le président français Emmanuel Macron se dit “très contrarié” par la façon dont les réseaux sociaux ont muselé Donald Trump à la fin de sa présidence américaine.

S’exprimant dans une conversation vidéo enregistrée avec des universitaires, Macron a cité l’exemple de Trump de plaidoyer pour une plus grande réglementation gouvernementale des plateformes de médias sociaux. Les commentaires, que Macron a tenus en anglais, ont été publiés jeudi par le groupe de réflexion du Conseil de l’Atlantique.

“Dès l’instant où ils étaient sûrs” qu’il ne détiendrait pas le pouvoir, les plates-formes qui avaient auparavant “aidé le président Trump à être si efficace” pour se faire entendre “ont soudainement coupé le micro et mis le micro en sourdine et tué … toutes les plates-formes où il était possible pour lui et ses partisans de s’exprimer », a déclaré Macron.

“C’était une réponse unique à apporter, mais ce n’est pas une réponse démocratique”, a-t-il déclaré.


Après des années de médias pour Trump pendant sa présidence, Facebook, Instagram et Twitter ont fait taire ses comptes lors de ses derniers jours au pouvoir, après que les partisans de Trump ont pris d’assaut le Capitole des États-Unis lors d’une “ insurrection meurtrière le 6 janvier. Twitter a définitivement fermé le compte de Trump, @ realDonaldTrump, qui comptait 89 millions d’abonnés.

Macron a déclaré que l’attaque et le silence ultérieur des comptes de Trump étaient choquants. Il a déclaré qu’une plus grande réglementation des réseaux sociaux est nécessaire “pour restaurer l’ordre public et démocratique dans ce nouvel espace où nos gens pensent, vivent”.

READ  AXIS: Ruffier, les raisons d'un licenciement - football

“Je ne veux pas vivre dans une démocratie où les décisions clés et la décision de couper le micro … sont décidées par un acteur privé, un réseau social privé”, a déclaré le dirigeant français.

“Je veux que cela soit décidé par une loi votée par votre représentant ou par un règlement, une gouvernance, démocratiquement discutée et approuvée par les dirigeants démocratiques”.