Le maire de Tokyo remporte une « grosse surprise » pour un candidat vivant en Belgique | Belgique

Une Japonaise vivant en Belgique a été élue maire d’un quartier de Tokyo après être devenue célèbre grâce à sa campagne en ligne pendant la pandémie de Covid.

Satoko Kishimoto, 47 ans, qui vit depuis dix ans dans la ville belge de Louvain avec son mari et ses enfants, est aujourd’hui maire de la ville de Suginami, un quartier de 500 000 habitants, à plus de 5 800 miles de chez elle.

Kishimoto travaille comme coordinateur de projet pour l’Institut transnational à but non lucratif d’Amsterdam, mais ces dernières semaines, il s’est rendu au Japon pour faire une campagne en personne.

Le mari de Kishimoto, Olivier Hoedeman, a déclaré que le résultat des élections était toujours une « grosse surprise » et qu’ils n’étaient pas encore déterminés à déménager au Japon car leur plus jeune fils est encore au lycée.

Inscrivez-vous à la première édition, notre newsletter quotidienne gratuite, tous les matins en semaine à 7h00 BST

Il a déclaré à la radio flamande : « Pendant la crise du Covid-19, quand tout s’est passé en ligne, Satoko a beaucoup participé aux débats publics en ligne au Japon depuis Louvain.

« Satoko s’intéresse beaucoup à la politique et, grâce à son travail pour le Transnational Institute d’Amsterdam, elle en sait beaucoup aussi. Elle est devenue très populaire auprès du mouvement progressiste au Japon et a été invitée à se présenter à la mairie de Suginami.

« Satoko a vécu les 25 premières années de sa vie au Japon. Elle a ensuite déménagé aux Pays-Bas puis à Louvain, où nous vivons ensemble depuis plus de 10 ans et avons maintenant deux enfants.

« Le résultat des élections a été une grande surprise. Satoko a battu le maire conservateur sortant. Apparemment, son message politique a séduit de nombreux citoyens. Satoko veut moins de privatisation et plus de participation citoyenne ».

Kishimoto, qui a édité un livre sur les alternatives à la privatisation de l’eau, a gagné par seulement 200 voix après avoir réussi à déjouer les critiques de ses opposants au sujet de sa résidence en Belgique.

Selon une option discutée par la famille, Kishimoto retournera vivre au Japon et le reste de la famille la rejoindra plus tard.

Hoedeman a déclaré: «Notre plus jeune fils est encore à l’école secondaire et a encore quelques années à faire. Alors déménager au Japon ne sera pas si facile. Il faut encore y penser. »

READ  La Belgique revient dans le top 10 européen

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here